Inégalités de genre. Hommes et femmes au travail et dans la famille. Lire l’interview

par Catherine Sofer

Contact : catherine.sofer@univ-paris1.fr

Revenir au billet principal

________________________________________________________________________

Comment les inégalités hommes-femmes se traduisent-elles sur le marché du travail ?

La première forme, qui est bien connue maintenant, c’est celle des inégalités de salaire, puisque les salaires des femmes sont inférieurs d’environ 25 % du salaire masculin, en moyenne.

Il est bien connu aussi l’aspect plafond de verre, c’est-à-dire que les femmes ont des difficultés particulières de promotion, d’accès à des emplois particulièrement bien payés dans les entreprises, etc. C’est une chose qui est bien connue et contre laquelle les lois contre les discriminations au travail luttent, et l’évolution est bien celle d’une réduction des écarts de salaire entre hommes et femmes.

Une autre manifestation de ces inégalités, c’est dans la ségrégation que l’on observe sur le marché du travail entre les emplois masculins et les emplois féminins, c’est-à-dire que les femmes occupent en moyenne une minorité d’emplois qui sont bien concentrés, par exemple dans le secteur de la santé, infirmière par exemple ou sage-femme, dans le secteur des services, un certain nombre limité de services. Ce sont des aspects bien connus maintenant, mais qu’il faut continuer à analyser bien entendu en économie, mesurer les discriminations, mesurer les évolutions.

Ces inégalités sont-elles propres au marché du travail ?

Justement, il est très important d’essayer de relier ce qui se passe sur le marché du travail et ce qui se passe dans la famille, pour plusieurs raisons. La première, c’est que la famille influence, par exemple, l’éducation des filles. Il est question, justement dans le débat sur la théorie du genre, d’un certain nombre de stéréotypes. On a l’impression que les tenants de la théorie du genre – de cette théorie, donc, qui n’existe pas – défendent becs et ongles un certain nombre de stéréotypes qui vont déboucher sur des inégalités entre hommes et femmes, et en particulier les stéréotypes qui se traduisent en termes de filières scolaires, le fait qu’on va orienter les filles plutôt vers la coiffure, et les garçons plutôt vers la mécanique ou vers des études d’ingénieur. Et là, c’est plus problématique, parce que cela va se traduire, plus tard, par des inégalités de filière et des inégalités de salaire, y compris à durée d’études égale puisque les filles font de plus en plus d’études longues, et même maintenant elles ont dépassé les garçons dans ce domaine, mais dans des filières qui vont être moins rentabilisées sur le marché du travail. Le fait par exemple que les filles, à égalité de résultat en math, s’orientent plus rarement, ou soient orientées plus rarement vers les écoles d’ingénieur par exemple, c’est une chose contre laquelle il est important de lutter car l’égalité de salaires est à la clé sur le marché du travail derrière.

Y a-t-il aussi des inégalités entre hommes et femmes au sein des familles ?

Autant les femmes ont massivement maintenant investi le marché du travail, même si évidemment la situation n’est pas égalitaire comme on vient de le voir, dans la famille les choses ont évolué peu, beaucoup moins en tous cas, puisqu’il y a encore une forte inégalité dans le partage des tâches, une ségrégation des tâches, une division du travail très marquée par les rôles de genre. Par exemple, en ce qui concerne le travail domestique, les femmes en font beaucoup plus que les hommes : si l’on rapporte au travail effectué par les hommes, les femmes en font 80 % de plus, ce qui paraît absolument énorme ; évidemment c’est seulement 45 % si l’on rapporte au travail des femmes, mais c’est néanmoins très considérable comparé aux 25 % d’écarts des salaires hommes-femmes.

Alors quelles en sont les conséquences ? Elles sont assez immédiates sur le marché du travail. Cette inégalité de tâches domestiques implique en particulier que beaucoup de femmes travaillent à temps partiel sur le marché du travail, ce qui évidemment participe aux inégalités de salaires hommes-femmes. Dans les 25 %, il y a pour partie les écarts entre temps plein et temps partiel. Si l’on considère uniquement en équivalent temps plein les écarts de salaire hommes-femme, on est seulement à 20 %. Et si l’on considère les « vrais » temps plein, on est seulement à 16 % environ d’écart. Donc cette inégalité des tâches a évidemment des conséquences sur le marché du travail, mais elle va avoir aussi des conséquences en matière de divorce par exemple, dans les revenus entre les hommes et les femmes, en matière de pauvreté, les femmes sont plus à risque de pauvreté. Donc elle a tout un tas de conséquences en termes de revenu.

Et puis elle a des conséquences moins immédiates, et c’est le travail des économistes de la famille, dont je fais partie, d’étudier ce genre de choses. Elle a des conséquences en termes de pouvoir de négociation. Les recherches en économie de la famille montrent que le pouvoir de négociation et le pouvoir de décision au sein de la famille sont assez largement fonction du salaire de chacun, et que tout ce qui est consommation, tout ce qui est décision, par exemple sur le lieu où l’on habite, sur le type d’éducation que vont recevoir les enfants, dans les pays en développement sur la santé des enfants, et bien tout cela dépend des salaires de chacun, et en particulier des salaires relatifs de chacun. Donc accroître le revenu, accroître le salaire des femmes, c’est aussi accroître très sensiblement leur pouvoir de négociation dans la famille. 

___________

En savoir plus : Comment agir contre les inégalités de genre ?

Qu’est-ce que la théorie du genre ?

Pour répondre à votre question, il faut d’abord préciser que la théorie du genre n’existe pas. Il n’existe pas une théorie en tant que telle, il existe des recherches sur le genre, des études sur le genre, qui sont d’ailleurs représentées au CNRS par l’Institut du genre qui les encourage, et il existe par exemple une sociologie du genre, une anthropologie. Ma spécialité de recherche, c’est l’économie du genre, dans laquelle je m’intéresse particulièrement aux inégalités entre hommes et femmes, et à leurs aspects en particulier économiques, que ce soit sur le marché du travail ou en ce qui concerne l’économie de la famille.

Que peuvent faire les politiques pour réduire ces inégalités ?

Tout d’abord sur le marché du travail, des politiques directes comme les lois contre les discriminations sont très utiles, même si aujourd’hui ce n’est pas à poste égal que l’on rencontre des inégalités de salaires : à poste égal, les hommes et les femmes gagnent la même chose. Donc le problème des inégalités, c’est surtout que les femmes n’ont pas suivi les mêmes filières d’éducation et ne sont pas promues de la même façon que les hommes, et donc ne se retrouvent pas à poste égal avec les hommes.

On peut aussi, et cela me paraît très important, influencer ce qui se passe dans la famille. La loi sur l’égalité entre hommes et femmes qui vient d’être votée au parlement me paraît assez symptomatique dans son volet congés parental. Il faut vraiment lutter contre les stéréotypes de genre qui font que maman doit être à la cuisine et papa doit lire son journal devant la télévision. Il faut vraiment promouvoir le partage des tâches domestiques, cela me paraît vraiment quelque chose de très important. Pour cela, la lutte contre les stéréotypes passe par le fait que les hommes doivent se rendre compte qu’ils sont très compétents pour élever de jeunes enfants par exemple, pour subvenir à leurs besoins, donner des soins aux bébés, etc. Donc le partage du congés parental, comme il se pratique déjà d’ailleurs dans la plupart des pays nordiques et dans d’autres pays d’Europe comme l’Allemagne, l’Italie,… l’incitation au partage du congés parental me paraît être une chose vraiment importante, de même que la lutte contre les stéréotypes dans la pub, dans d’autres domaines me paraît quelque chose qu’il est important de mettre en œuvre.

Jusqu’où peuvent aller les politiques ?

Par exemple lutter contre les stéréotypes de genre à l’école paraît un bon moyen de diversifier les filières suivies par les filles et de les inciter par exemple à faire des sciences plutôt que des filières dites plus féminines, entre guillemets. De ce point de vue, l’école peut vraiment avoir un rôle très important, et bien sûr cela se décide au niveau politique.

Un autre aspect que l’on peut mettre en avant en matière de politique, c’est le rôle des quotas. C’est un moyen qui est sujet à débat, puisqu’il crée une sorte d’inégalité à rebours. Quand on dit qu’il faut 50 % de femmes en politique, dans les postes politiques ou sur les listes électorales, à l’Assemblée nationale, ou dans les conseils d’administration, c’est une contrainte, d’une certaine façon. Mais, de mon point de vue, c’est un bon moyen pour promouvoir l’égalité. Bien entendu, cela doit être un moyen provisoire, il y a bien un moment où l’on renonce aux quotas car la situation est devenue très largement satisfaisante, ou en tous cas beaucoup plus satisfaisante que la situation de départ. Je pense que les quotas sont un bon moyen de parvenir à un certain nombre de résultats, même si à un moment, évidemment, il faut y mettre fin.

________________________

En savoir plus : Vers une réduction des inégalités de genre ?

Comment évoluent les inégalités entre les hommes et les femmes ?

De même que sur le marché du travail les inégalités de salaire tendent à se réduire, même si c’est lentement, même s’il y a des paliers, dans la famille les choses évoluent aussi, mais très lentement.

Ce qui se passe, c’est que les hommes font un petit peu plus de travail domestique en moyenne, même si l’on voit que, par exemple, pour les conjoints de femme qui travaillent, cela évolue très peu, on est à 0 d’évolution entre 2 enquêtes « emplois du temps » qui permettent de mesurer ces choses-là et qui se passent à 10 ans d’intervalle : entre maintenant et il y a 10 ans, on ne voit pratiquement pas d’évolution du côté des hommes.

Mais on en voit plus, et ce depuis un certain nombre d’années, des décennies même : cela se réduit beaucoup plus sensiblement du côté des femmes, c’est-à-dire que les hommes font grosso modo la même chose qu’autrefois, passent le même temps au travail domestique et à l’éducation des enfants, mais les femmes en font de moins en moins. Et c’est très vraisemblablement grâce aux équipements qui sont de plus en plus perfectionnés, grâce aux substituts marchands (les biens domestiques, les plats touts préparés, etc.) Donc il y a convergence, même si cette convergence est très lente et on ne voit pas poindre d’égalité avant des décennies et des décennies.

Les conséquences de ce partage très inégal du travail domestique, c’est très vraisemblablement la persistance des blocages sur le marché du travail, puisque l’on anticipe que les femmes vont passer beaucoup de temps à la maison, qu’elles vont passer beaucoup de temps, plus que leur mari, à s’occuper des enfants, ce qui est le cas encore très sensiblement aujourd’hui, même si les pères en font un petit peu plus qu’autrefois, et surtout les jeunes pères. Tout cela contribue, bien entendu, à bloquer le mouvement vers plus d’égalité entre les hommes et les femmes sur le marché du travail. C’est particulièrement vrai, sans doute, pour les postes à responsabilité dans lesquels on demande beaucoup de disponibilités, beaucoup de temps passé à son travail. Il s’est enclenché une sorte de cercle vertueux, dans la mesure où les femmes sont plus diplômées, plus sur le marché du travail, et celles qui sont le plus sur le marché du travail et qui ont les salaires les plus élevés en font le moins à la maison et ce sont celles dont les conjoints en font le plus d’une façon générale, mais ce n’est pas complètement gagné, loin de là, il y a encore beaucoup d’évolutions à espérer. 

_________________

En savoir plus : Les inégalités de genre ailleurs dans le monde

Comment se manifestent les inégalités hommes-femmes ailleurs dans le monde ?

Bien entendu les inégalités, en particulier dans la division du travail entre hommes et femmes, ne sont pas limitées aux pays développés, elles sont même plus importantes dans les pays en développement. On peut même dire que les champions de l’égalité, ce sont les pays nordiques, et plus on va vers le Sud, plus les inégalités se creusent.

Dans les pays en développement, les inégalités sont très importantes, avec des conséquences qui sont exactement du même ordre que celles que j’évoquais tout à l’heure en matière de pouvoir de décision, c’est-à-dire qu’on a montré que plus le revenu des femmes est important, plus leur pouvoir de décision est important, et leur revenu ça peut être leur salaire, ça peut être leur patrimoine a mariage, ça peut être la dot. Il y a un certain nombre d’études de ce type qui montrent ce genre de résultats.

Ce sont les recherches en économie de la famille, qui sont reliées donc à l’économie du genre, qui ont incité les institutions internationales à de plus en plus préconiser de cibler les politiques sociales destinées à la famille. Cibler les politiques sociales destinées à la famille, cela veut dire cibler les femmes. Maintenant, dans un certain nombre de pays, en particulier en Amérique latine mais pas seulement, pour améliorer la santé ou l’éducation des enfants, les politiques sociales versent de plus en plus des prestations aux mères, plutôt qu’à la famille, de façon indifférenciée, ce qui veut dire aux pères, comme c’était le cas auparavant, avec des effets évidemment positifs sur la santé et l’éducation des enfants. 


6 réflexions au sujet de « Inégalités de genre. Hommes et femmes au travail et dans la famille. Lire l’interview »

  1. Catherine a reson de dire que l homme et la femme devraient se partagé les travaux ménagés .

  2. Ping : Inégalités de genre. Hommes et femmes au travail et dans la famille. – HOMMES, FEMMES, TRAVAIL

  3. Ping : Les inégalités dans le monde – HOMMES, FEMMES, TRAVAIL

  4. Ping : Marché du travail – HOMMES, FEMMES, TRAVAIL

  5. L’égalité de salaire entre les hommes et les femmes n’est pas encore gagnée. Néanmoins quelques évolutions du droit du travail nous en rapproche. L’employeur a l’obligation d’afficher dans l’entreprise, les textes de loi concernant l’égalité de rémunération. S’il ne respecte pas cette obligation, il s’expose à une amende de 4e classe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.