Santé et développement. Lire l’interview

par Josselin Thuilliez

contact : Josselin.Thuilliez@univ-paris1.fr

 Retour au billet principal

_________________________

Pourquoi s’intéresse-t-on, particulièrement aujourd’hui, au lien entre santé et développement ?

D’abord une petite définition : la santé affecterait le développement, et le développement pourrait affecter la santé. On appelle cela la « circularité », ou « l’endogénéité santé-développement ».

Quatre points pour expliquer ce regain d’intérêt pour santé et développement :

– le premier, ce sont les Objectifs du millénaire pour le développement qui viennent d’une littérature importante en économie de la santé, notamment des aspects théoriques sur le capital humain, l’accumulation de capital humain.

– le deuxième point, ce serait le développement de financements orientés vers la santé au sein de l’aide au développement, avec des mannes importantes qui sont orientées sur ce sujet-là : la création du Fonds mondial pour la lutte contre le VIH, contre le paludisme par exemple.

– le troisième point, ce serait des aspects plutôt institutionnels, c’est-à-dire essayer de comprendre comment cette manne financière est gérée au niveau local, comment on peut l’évaluer, et quels aspects institutionnels d’organisation des systèmes de soin pourraient expliquer le lien entre santé et pauvreté, ou des cercles vicieux.

– et le quatrième point, ce sont des aspects purement théoriques et empiriques, qui viennent de la théorie économique, et qui sont influencés par des innovations dans le domaine médical, et réciproquement la théorie économique influence aussi le domaine médical.

Quel est l’impact de la santé sur le développement économique d’un pays ?

Il y a beaucoup de questions qui interagissent, dans le lien entre santé et développement, notamment des questions démographiques. On sait que la forte fertilité peut être liée à une forte mortalité par exemple. Il peut également y avoir des questions d’arbitrage ou de choix entre des questions de fertilité au sein d’un ménage, d’une famille, et des questions d’éducation. C’est ce qu’on appelle « l’arbitrage qualité-quantité d’éducation ». Ces aspects peuvent influencer non seulement la dynamique démographique d’un pays, mais également la structure démographique de ce pays, avec des questions de dividende démographique qui peuvent avoir lieu, ou des questions de dépendance démographique à un certain type de population.

Supposons par exemple qu’on ait une forte proportion de la population qui est très jeune, et donc une forte population d’enfants dans une population : mécaniquement, cela aura un impact sur le produit intérieur brut du pays, puisque dans le calcul du produit intérieur brut du pays n’entrent en compte que la productivité, la production également, des adultes. Donc, mécaniquement, la population étant plus importante à cause du nombre d’enfants, on aura un abaissement du PIB. Voilà pour les aspects plutôt démographiques.

On peut également avoir des aspects plus qualitatifs. La santé peut affecter la nutrition, la santé peut affecter aussi l’éducation des enfants, c’est le cas par exemple du paludisme. Je mène des travaux sur le paludisme en Afrique, et on s’aperçoit que des formes sans symptôme de la maladie peuvent affecter le développement des enfants, leur développement cognitif, leur développement au niveau de l’éducation du primaire ou du secondaire. Donc voilà pour les aspects que j’appellerais « capital humain, démographie ».

Ensuite, il y a l’aspect accumulation de capital physique, accumulation d’épargne. D’un côté, on peut penser que plus on a de chocs de santé dans une population, plus on va accumuler d’épargne pour se protéger contre ces chocs de santé. D’un autre côté, on peut aussi penser que plus on a une espérance de vie élevée, plus on va avoir tendance à accumuler pour alimenter ce cycle de la vie et investir dans l’éducation de ses enfants.

Donc ce sont, à peu près, les gros maillons du système d’impact santé et développement.

Y a-t-il d’autres enjeux économiques ?

La maladie ayant un impact sur la santé et l’éducation, il est nécessaire d’investir pour lutter contre cette maladie. C’est le rôle par exemple du Fonds mondial pour la lutte contre le paludisme, et d’autres instituts comme le Pep-Phare, ou comme la Fondation Bill Gates qui finance la recherche contre le paludisme, parmi d’autres institutions. Cet argent est utilisé sur le plan de la recherche et sur le plan concret institutionnel. On sait qu’il y a d’énormes masses financières qui sont attirées dans les pays en développement, et cela peut créer des biais au niveau de la corruption, au niveau de la mise en place même de ces structures.

C’est pourquoi il est nécessaire d’évaluer les interventions du fonds mondial, et c’est une question totalement différente de l’impact de la maladie sur une société, c’est-à-dire ce sera l’impact d’une intervention sur l’élimination de la maladie, et sur l’amélioration de tout un tas d’autres indicateurs qu’il convient de prouver.

Il peut également y avoir des effets non attendus, que l’on appelle en économie des externalités, à savoir par exemple : quand on met en place une politique de santé dans un pays en développement, quel va être l’effet sur le secteur privé ? Est-ce que le fonds mondial, en mettant à disposition des populations des médicaments qui vont arriver gratuitement dans le pays, mais qui sont issus d’une industrie pharmaceutique plutôt du Nord, va inhiber le secteur privé du Sud ? C’est ce genre d’externalités négatives que l’on peut soit observer soit au moins anticiper.

________________________

En savoir plus : Le travail sur le terrain

 

Au quotidien, comment travaillez-vous ?

D’une part, pourquoi partir du terrain, et pourquoi aller sur le terrain pour évaluer des maladies ? On pourrait rester dans nos bureaux à modéliser théoriquement la maladie. Cela n’empêche pas la modélisation, mais le terrain nous permet de glaner des intuitions, d’avoir une approche qui est relativement adaptée à la réalité.

Donc depuis 2006, je travaille notamment avec un centre de recherche biomédicale sur le paludisme. C’est un centre de recherche médicale et, en tant qu’économiste, je vais dans ce centre de recherche, qui est un centre de référence sur le paludisme en Afrique et qui mène des études dans différents villages au Mali. On va dans le village et on obtient un consentement éclairé de la population. Ensuite on peut démarrer une étude qui est validée par un comité d’éthique et qui répond à une certaine question.

À quelles problématiques avez-vous à répondre ?

On peut prendre des questions d’efficience des systèmes de soin par exemple. Donc est-ce qu’un centre de santé répond de façon adéquate à une demande de santé particulière, supposons une demande en moustiquaires imprégnées ? Est-ce que ce sont les gens qui sont le plus infectés qui vont recevoir le plus efficacement ces moustiquaires ?

Un autre type de question peut être directement l’impact de la maladie sur des variables socio-économiques telles que l’éducation. Dans le cas de l’exemple que je prenais tout à l’heure, l’impact du paludisme sur l’éducation primaire des enfants, on peut analyser cet effet en collectant des données d’éducation dans une école et en collectant de façon parallèle, en lien avec un laboratoire, des paramètres biomédicaux de parasitémie ou autre, mais également en prenant en compte des aspects de perception individuelle de la santé au sein du ménage. Donc il y a plusieurs dimensions qui s’imbriquent ici, et qui permettent de répondre à une question précise.

Le type de méthodologie va dépendre de la question. On peut, comme je l’ai dit tout à l’heure, avoir des méthodes de tirage aléatoire, on peut avoir simplement un suivi d’une politique de santé, comme par exemple l’introduction d’un traitement sur l’amélioration de l’éducation, ou encore des politiques d’éducation à la santé : est-ce que ces politiques d’éducation à la santé modifient les comportements préventifs ou de traitement des ménages ?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.