Le plein emploi. Lire l’interview

par Bernard Gazier

Contact : bernard.gazier@univ-paris1.fr

Revenir au billet principal

_____________________________________

Que vont-on dire par plein emploi ?

Le plein emploi est l’idée majeure autour de laquelle les sociétés se sont organisées depuis à peu près 200 ans, avec l’idée qu’une société juste, efficace, doit garantir le plein emploi à ses membres. La première chose serait que celui qui veut et qui à besoin de travailler puisse travailler. Le critère que l’on a trouvé pour définir le plein emploi est basé sur le taux de chômage, ceux qui n’ont pas d’emploi et qui en cherchent, avec l’idée que plus le taux de chômage est bas, plus le plein emploi est atteint, élevé, satisfaisant.
Cette définition a un défaut tout simple, par exemple, si l’on met plein de gens en préretraites, alors qu’il y a, par ailleurs, des femmes au foyer qui voudraient travailler mais qui ne se présentent pas sur le marché du travail. En fait, on pourrait considérer que c’est une société qui pourrait faire travailler plus efficacement certains de ses membres. Alors on est passé à une autre définition qui est tout simplement le taux d’emploi. Le taux d’emploi, c’est simplement la proportion, dans une classe d’âge donnée, des personnes qui travaillent (par exemple un taux d’emploi de 60 %, 70 %, 80 %…) L’idée à laquelle on est arrivé, notamment au niveau de l’Union européenne, depuis une vingtaine d’années à peu près, c’est l’idée que les taux d’emploi s’élèvent.
Cela paraît une bonne idée, mais on peut encore l’approfondir : imaginons que beaucoup de personnes occupent des petits boulots, de mauvaise qualité, des boulots mal payés, sans avancement, éventuellement même des boulots dangereux (des boulots sans protections physiques etc.). On voit bien qu’il faut déboucher vers autre chose, que les gens doivent être satisfaits dans leur rapport au travail et à l’emploi. Cela veut dire que le plein emploi devrait déboucher sur la qualité de l’emploi pour tous.

Qu’est-ce qui nous éloigne du plein emploi ?

C’est un grand débat pour les économistes. Depuis très longtemps, il y a eu de nombreuses théories. Je crois qu’il faut reconnaître aujourd’hui, avec un peu d’humilité, que l’on n’a pas tellement avancé. Le savoir économique est devenu très sophistiqué, on a énormément d’idées, de possibilités de vérification mais on ne s’en sort pas très bien en ce qui concerne les causes du chômage. Or les causes du chômage viennent du marché du travail, donc c’est un marché qui ne fonctionne pas bien. Cela vient peut-être des salaires trop élevés, des rigidités dans les décisions que prennent les gens sur ce marché. Il y a tout un courant qui soutient que c’est bien de cela qu’il s’agit. Mais imaginez un pays où la croissance est ralentie, et même éventuellement où la croissance s’arrête, c’est un pays où le chômage va apparaître, un chômage conjoncturel qui peut d’ailleurs s’enkyster, rester. Cela montre qu’il y a aussi des déterminants ailleurs : un pays qui n’est pas compétitif, qui a du mal à exporter, dont la croissance n’est pas satisfaisante, un pays par exemple qui est intégré dans l’Union européenne et qui a encaissé la crise avec des réponses hétéroclites et qui aujourd’hui fait de l’austérité… Tous ces éléments sont à combiner, les économistes le savent mais ils ont du mal à les combiner.

Que faudrait-il faire pour retrouver le plein emploi ?

Tout le monde sait aujourd’hui que l’on ne peut pas laisser déraper les salaires. En même temps, est-ce que baisser les salaires est la bonne solution ? Pas nécessairement.  Imaginez que vous baissiez les salaires dans certaines industries qui sont concurrencées par les Chinois, est-ce que cela veut dire qu’il faut les baisser jusqu’au niveau des Chinois ? On voit qu’il y a des difficultés énormes là-dedans, et une partie de la solution est dans les politiques de l’emploi, dans la formation.
Je voudrais évoquer brièvement l’idée qui a été, en France, rejetée, et qui est devenue une sorte de tabou : c’est l’idée du partage du travail. Je vais partir d’un exemple qui est celui que, très souvent, on admire aujourd’hui en France : l’exemple de l’Allemagne. L’Allemagne a un taux de chômage de 5 % aujourd’hui. Selon beaucoup de critères, c’était cela le plein emploi : entre 5 et 3 % de chômage. Prenons l’Allemagne de 1994, il y a à peu près 20 ans, 5 ans après le choc de la réunification de l’Allemagne, la fin du mur de Berlin. C’est une Allemagne réunifiée, à peu près en état de marche, puis on regarde en 2012, cela fait presque 20 ans d’écart. On se rend compte que l’Allemagne a fait travailler beaucoup plus de gens : il y avait en fait 37 millions d’Allemands qui avaient un emploi en 1994, et en 2012, il y en a 41 millions. On pourrait dire 4 millions d’emplois de plus, c’est un progrès, ils exportent beaucoup, ils sont très efficaces donc l’Allemagne a raison.
Oui, mais si l’on regarde le nombre d’heures effectuées par ces personnes qui travaillent, on a 58 milliards d’heures en 1994 et en 2012, c’est aussi 58 milliards d’heures. Cela veut dire que l’Allemagne, avec toute son efficacité, avec tous ses efforts – de l’austérité salariale, de la discipline, ils ont innovés, ils sont forts en industrie –, et bien ils travaillent le même nombre d’heures qu’en 1994. Il en résulte quelque chose de très simple, à savoir qu’il y a forcément des gens qui ne travaillent pas longtemps, pour des petits boulots, ils sont plus nombreux qu’avant, et ce sont très souvent des femmes. Des femmes qui travaillent entre 6 et 10 heures par semaine, payées 6 € de l’heure… On voit apparaître des tous petits boulots qui ne donnent pas d’indépendance – ces femmes sont dépendantes de leurs maris, si elles divorcent, c’est catastrophique, etc. C’est très régressif.
Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire que l’horizon, aujourd’hui, de la lutte contre le chômage et du plein emploi, c’est un horizon de partage raisonné du travail. En France, cela a été condamné, cela a été tabou, parce que nous avons eu l’expérience controversée des 35 heures, qui était une manière un peu rigide et coûteuse de le faire. Je crois qu’aujourd’hui, il faut repartir sur d’autres bases en ce qui concerne le partage du travail.

Pour aller plus loin …

Peut-on mesurer la qualité du travail et de l’emploi ?

La qualité de l’emploi, depuis une quinzaine ou une vingtaine d’années, se mesure très bien : il s’agit d’indicateurs statistiques rassemblés en 4 blocs.
Un premier bloc est la qualité de l’emploi. Avant tout, c’est le niveau de salaire que l’on peut obtenir grâce à cet emploi. Mais il y a aussi, dans la qualité de l’emploi, la sécurité de l’emploi : est-ce que vous êtes en CDI, en contrat durable, ou bien en contrat très court, parfois hyper-court, un CDD de 2 semaines ?
À l’autre bout, vous avez la qualité du travail lui-même : est-ce que le travail est intense, fatigant, gratifiant ? Est-ce que vous avez de l’autonomie ? Il existe des emplois dans lesquels les travailleurs qui sont côte-à-côte n’ont pas le droit ou la possibilité de se parler, parce qu’il y a trop de bruit, parce que c’est interdit, etc. Cela dégrade évidemment la qualité de votre emploi, de votre travail. Donc le deuxième bloc est la qualité du travail. On met aussi dans ce bloc la capacité d’expression : est-ce que vous avez des délégués syndicaux à qui vous pouvez formuler des demandes, etc. ?
Entre les deux premiers blocs, il y a deux blocs intermédiaires. D’une part un bloc sur la formation, sur la possibilité d’évoluer : est-ce que vous avez accès à la formation continue ? Est-ce que vous pouvez bénéficier de l’appui de l’entreprise, d’un congé ? Est-ce que si vous êtes formé, on prendra en compte cette formation ? C’est le bloc sur la dynamique, sur la possibilité d’évoluer. Et puis un dernier bloc sur la conciliation entre travail et vie familiale : est-ce que vous pouvez vous occuper de vos enfants si vous le souhaitez, est-ce que vous avez la possibilité d’avoir des horaires aménagés, est-ce que l’entreprise à une crèche, est-ce que si votre enfant est malade, vous pouvez rentrer chez vous temporairement, pendant ½ journée quitte à la rattraper plus tard… ?
Ces 4 blocs sont aujourd’hui mesurés de manière systématique à l’échelle européenne, et de plus en plus à l’échelle nationale.

Est-ce que la quantité et  la qualité de l’emploi ont un effet sur la croissance ?

Oui, cela génère de la croissance, car une main-d’œuvre mieux organisée, homogène, adaptable, et qui apprend au cours du temps, dont la formation s’améliore, permet d’être compétitive – pas toute seule, il faut l’utiliser correctement, avec des emplois qui soient bien organisés. Finalement, dans la définition du plein emploi vers laquelle on va aujourd’hui, il y a l’idée que ce n’est pas une quantité homogène que l’on donnerait à tout le monde, c’est plutôt l’idée qu’il faut peut-être commencer à temps partiel, prendre un emploi avec des responsabilités mineures, ensuite un emploi qui vous occupe d’avantage, puis peut-être après un congé, pour s’occuper d’un parent dépendant, pour faire autre chose, par exemple faire une expérience dans le bénévolat, etc.
Donc c’est par séquence que l’on peut organiser, aujourd’hui, de manière négociée, les carrières, les compétences et les mobilités.

Quelles-sont les solutions pour améliorer la qualité de l’emploi ?

Ces différentes séquences dont je viens de parler, les entreprises les organisent déjà pour une partie de leurs salariés. En fait, les salariés les plus favorisés ont déjà ça, d’ailleurs vous avez la même chose dans le cadre de l’université, du CNRS, etc. Cela repose sur l’idée que l’on va faire une mobilité, une « séquence » : si vous avez besoin d’un congé maternité, on pourra le faire ; s‘il faut un congé de conversion, ce que demandent parfois les chercheurs, c’est possible. Cela veut dire que les grandes entreprises et les grandes administrations savent très bien faire cela pour les plus favorisés, c’est leur intérêt bien compris de le faire.

Qu’est-ce-que cela veut dire ? Cela veut dire qu’à l’autre bout, cela devrait être une responsabilité collective, et cela devrait relever de la redistribution. Est-ce que c’est nécessairement la redistribution de l’État ? Ce n’est pas sûr, cela pourrait se faire au niveau régional, de manière négociée entre les partenaires sociaux. En tout cas, l’idée que cela serait une grande cathédrale réglementaire n’est pas la bonne idée. Il faut préférer l’idée, passionnante, de droits de tirages sociaux. C’est l’idée que, lorsque vous arrivez, par exemple, sur le marché du travail comme jeune, on peut vous donner un capital ou un droit à deux années de formation, vous les utilisez ou vous ne les utilisez pas puis, au bout de 10 ans, vous avez d’autres droits qui apparaissent et que vous pouvez utiliser. Cette idée de droits tirages sociaux est maintenant centrale dans l’organisation du marché du travail.

Pourquoi nos voisins européens semblent-ils s’en sortir mieux que la France ?

Le taux de chômage en Allemagne est de 5 % aujourd’hui, et celui de l’Autriche est de 4 %. Lorsque l’on regarde la trajectoire de l’Autriche dans la crise, on se rend compte qu’elle n’a quasiment pas eu de problème d’emploi, alors pourquoi cela ? Cela tient tout d’abord à la position géographique de ces pays, puisqu’ils sont à la limite avec les pays de l’Europe de l’Est, qui sont des marchés extrêmement dynamiques, et ils ont su profiter de cette opportunité. Cependant, au regard des statistiques de croissance de ces pays, ils n’ont pas une croissance extraordinaire, ce qui renvoie à un constat de plus en plus clair. Un taux de croissance de 5 % par an correspond au taux de la France dans les années 1960. Aujourd’hui, c’est un taux que l’on observe plutôt en Chine ou en Inde. Dans ces pays, d’ailleurs, c’est encore plus élevé mais c’est en train de ralentir. Ce sont donc des taux de rattrapage car la plupart des taux de croissance aujourd’hui sont autour de 2 %, c’est ce que l’on peut espérer de mieux en sortant de la crise. Maintenant, si vous prenez le taux de croissance de la productivité, c’est-à-dire l’efficacité, et notamment l’efficacité du travail, ce qu’il permet d’obtenir par heure de travail, cela progresse également, et la progression est à peu près du même ordre, c’est-à-dire 1 à 2 %. Si l’on met les deux chiffres ensembles, un taux de croissance de 1 à 2 % et un taux de productivité qui augmente de 1 à 2 %, cela signifie que vous n’avez pas besoin de plus de monde, de plus d’heures pour produire ce qui sera demandé par la croissance. Moralité, on revient sur quelque chose d’assez simple, nous allons vers des croissances ralenties. Cela suppose, tout de même, des personnes très dynamiques et très adaptables, ce n’est pas du tout l’idée qu’il n’y qu’à laisser faire et ne pas chercher à être compétitif. Pas du tout, il faut rester compétitif, tout en sachant que partager le travail permet d’arriver vers cette croissance ralentie, mais aussi vers la transition écologique. Parce que finalement le capitalisme a beaucoup pollué, et aujourd’hui la croissance ralentie est un horizon quasiment inévitable.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.