Pauvreté et emploi. Lire l’interview

Par Jean-Luc Outin

Contact : Jean-Luc.Outin@univ-paris1.fr

Revenir au billet principal

____________________________________

Le phénomène des travailleurs pauvres est-il nouveau ?

C’est un phénomène nouveau et en même temps c’est un phénomène ancien. Au XIXe siècle la pauvreté au travail, c’était la réalité. Mais effectivement c’est un phénomène nouveau, disons des 20 ou 30 dernières années. À la sortie de la guerre, on avait plutôt la relation entre pauvreté et inactivité : les pauvres, c’était les personnes âgées. C’est ce qui a expliqué la mise en place du minimum vieillesse. Puis avec la crise des années 70-80, c’est le recouvrement entre pauvreté et chômage qui se dessine : le RMI a été mis en place dans cette perspective-là pour aider des chômeurs à reprendre un emploi et à bénéficier d’un revenu minimum.

On voit bien que l’évolution des formes d’emploi (ce que l’on appelle la « flexibilisation des formes de l’emploi ») amène le développement de l’emploi à temps partiel, des formes d’emploi précaire, etc. et des recouvrements entre situation de pauvreté et situation d’emploi. Là aussi, la mesure est compliquée car on va se fonder sur des conventions. Les ressources, on les appréhende au niveau du ménage (il peut y avoir plusieurs personnes), la situation d’emploi on l’appréhende au niveau d’une personne, donc on va mélanger deux dimensions.

Quels sont les enjeux propres au phénomène de la pauvreté laborieuse ?

La question centrale pour les travailleurs pauvres, c’est : est-ce que c’est un état pérenne, ou est-ce que c’est une situation transitoire ? Ca n’a pas du tout la même signification, à la fois d’un point de vue individuel et d’un point de vue social, si c’est toujours le même groupe ou la même personne qui est en situation de pauvreté, ou si la population des personnes pauvres se renouvelle. Est-ce que ces emplois qui exposent à la pauvreté sont des emplois de transition, d’insertion pour les jeunes ou de retour sur le marché du travail pour certaines catégories, ou au contraire, du fait de la segmentation du marché du travail, du fait des secteurs d‘activité dans lesquels ces emplois se sont développés, ce sont des emplois desquels on ne sort pas ? Il y a les deux phénomènes qui jouent.

Comment l’État lutte-t-il contre la pauvreté ?

On considère que le système français est assez complexe puisqu’il y a 11 minimas sociaux, mais il y en a 5 ou 6 importants, les autres ont une importance tout à fait marginale. Ils couvrent près de 10 millions de personnes au total : ce sont les allocataires de ces prestations, plus leurs enfants, leurs conjoints, etc.

Quand on regarde les ressources qui sont mobilisées – puisqu’il y a débat sur combien ça coûte – en termes de prestations sociales, c’est faible. Rapporté au budget des prestations sociales, c’est de l’ordre de 3,5 % de la masse des prestations sociales. Et en termes de PIB, c’est faible, 1 %. 10 % de la population se partagent 1% du PIB. Alors c’est plus compliqué que ça, parce qu’en réalité ces personnes ont aussi des prestations d’aide au logement ou des prestations en matière de santé.

Est-ce que ces politiques publiques ont des résultats ?

La question est : faut-il une politique ciblée ou une politique universelle ? Quelles sont celles qui sont les plus efficaces ? On pourrait penser que ce sont les politiques qui sont ciblées sur les personnes les plus en difficulté, puisqu’a priori elles sont calibrées, adaptées à leurs besoins, à leurs trajectoires, à leurs situations. Puis, quand on regarde les choses, finalement ce sont plutôt les politiques universelles qui permettent de palier l’entrée dans la pauvreté. Par exemple, on sait qu’en France la pauvreté a beaucoup diminué chez les personnes âgées en relation avec le développement des pensions de retraite et l’arrivée à l’âge de la retraite de personnes qui avaient des carrières complètes. De même, le salaire minimum, le SMIC, a une incidence : sa revalorisation ou sa non revalorisation a une incidence sur l’évolution du salarié du bas de l’échelle des salaires.

Alors, bien sûr, les politiques ciblées luttent contre la grande pauvreté et l’intensité de la grande pauvreté ; elles luttent moins, sans doute, contre l’extension de la pauvreté.

Vidéo 2  – Le RSA

Le RSA permet-il de réduire la pauvreté ?

La réponse est un peu compliquée. Je pense que cela a été présenté comme un dispositif original, nouveau, qui allait modifier assez sensiblement le dispositif antérieur du RMI, qui allait simplifier les prestations minimales puisqu’il a abouti à inclure l’allocation parents isolés dans le dispositif et il a étendu la garantie de revenus à une partie des travailleurs pauvres. Donc il y avait clairement un double objectif de lutter contre la pauvreté d’une part, et de faciliter l’insertion professionnelle des bénéficiaires d’autre part.

Sur la lutte contre la pauvreté, le niveau du RSA reste nettement inférieur au seuil de pauvreté, donc ceux qui n’ont pas d’emploi sont loin de sortir de la pauvreté.

À quoi sert le RSA s’il n’aide pas à sortir de la pauvreté ?

L’objectif du RSA c’est aussi de jouer le rôle de voiture balai de la protection sociale et d’accueillir des personnes qui sont à la marge d’autres dispositifs : ils sont âgés mais ils sont trop jeunes pour faire valoir leurs droits à une pension de retraite, ils ont des problèmes de santé mais ils ne sont pas assez handicapés pour être reconnus dans un dispositif de type allocation handicapé adulte or ils ont tout de même des difficultés pour intégrer le marché du travail.

Côté insertion professionnelle, comment cela fonctionne-t-il ?

Le RSA avait misé sur deux mécanismes, un mécanisme d’incitation, avec l’idée que la personne gagnerait de l’argent dès la première heure de travail, et puis l’accompagnement.

L’incitation fonctionne, mais elle fonctionne moins bien qu’on le pensait. C’est assez compliqué, la mécanique institutionnelle… La reprise de l’emploi peut avoir des répercussions sur le montant de l’aide au logement que l’on perçoit et du coup, même si on a un complément RSA, globalement les ressources peuvent diminuer parce qu’on a perdu de l’aide au logement, pour dire les choses de manière un peu simple. Donc c’est compliqué de faire intervenir ce mécanisme d’intéressement.

D’autre part, en termes d’accompagnement, on voit bien que les choses ne sont pas aussi faciles qu’on pouvait le penser. La mobilisation de Pôle emploi, l’implication des conseils généraux… : la coopération entre les différents acteurs chargés de l’accompagnement de ces personnes pose des problèmes de régulation et, finalement, de pilotage. Et puis, globalement, le contexte n’est pas très favorable : les entreprises, dans un marché aussi déséquilibré, ne vont pas se précipiter sur les moins facilement employables.

On retrouve, en réalité, les difficultés que l’on avait dans le cadre du RMI. Je crois qu’il y a eu, un peu, une illusion de la nouveauté. Alors, à la fois, c’était bien parce qu’on mobilisait, on remobilisait, les acteurs se sont mobilisés en partie. Mais on bute sur des difficultés structurelles relativement importantes.

Quels sont les résultats sur l’insertion professionnelle ?

Je pense que l’accompagnement, pour les personnes qui relèvent par exemple du RSA, il produit des effets assez variés en fonction des trajectoires, des caractéristiques de ces personnes. C’est vrai que certains bénéficient d’un accompagnement léger, mais en réalité c’est leur trajectoire antérieure qui va déterminer leur sortie du dispositif et leur insertion durable. Ça, c’est l’exemple typique des jeunes. Pour d’autres, leur devenir est beaucoup plus difficile car ils ont des difficultés d’insertion sociale, de conciliation vie familiale–vie professionnelle, de mobilité et, du coup, les politiques ne sont pas suffisantes, l’accompagnement en tant que tel n’est pas suffisant pour régler ces problèmes, même si cela permet d’accéder à des ressources. Et puis d’autres sont en grandes difficultés sur le marché du travail parce qu’en réalité ils ont des caractéristiques telles que, dans un contexte aussi dégradé, les perspectives de retour à l’emploi sont assez défavorables.

Donc il y a à la fois des personnes dont on pourrait se dire « elles n’ont pas véritablement besoin de l’accompagnement », même si l’accompagnement active, en quelque sorte, il les met sur les rails, il leur permet d’aller plus vite. Pour d’autres, l’accompagnement, ce n’est pas simplement l’accompagnement vers l’emploi, ça peut être aussi l’accompagnement social ou l’écoute. Ce qui est très frappant, c‘est qu’un certain nombre de travaux ont montré que ce qu’attendaient les personnes les plus en difficultés, ce n’était pas nécessairement de retrouver un emploi, même si effectivement elles l’expriment, mais l’accompagnement permet une certaine reconnaissance, une certaine expression de leurs difficultés, donc un mieux-être. On retrouve des éléments évoqués par Sen, « pouvoir mieux vivre dans la société dans laquelle on est ».

Vidéo 3 – Comment définir la pauvreté ?

Comment peut-on définir la pauvreté ?

Je vais développer deux grandes approches assez différentes.

Il y a une approche que je vais qualifier « par les ressources ». Dans une définition qui a été donnée par le Conseil de l’Europe en 1984, étaient considérées comme pauvres les personnes dont les ressources matérielles, culturelles et sociales sont si faibles qu’elles sont exclues de la société dans laquelle elles vivent. C’est une définition très large qui met l’accent sur plusieurs dimensions.

La première, c’est la référence à un niveau de vie minimum acceptable, avec des approches objectives (est-ce que vous accédez à des biens ou services ?) ou des dimensions plus subjectives (est-ce que vous vous sentez bien dans la société dans laquelle vous êtes ?).

Deuxième élément qui est aussi important, c’est une dimension relative, ce qui veut dire que l’appréhension de la pauvreté ne peut pas être complètement déconnectée de l’appréhension des inégalités. En quelque sorte, la pauvreté c’est l’expression ultime des inégalités de revenu ou des inégalités sociales. Le groupe des personnes en situation de pauvreté est le groupe qui se trouve en bas de la distribution des ressources.

Et puis il y a un troisième élément qui est important, ce sont les multiples dimensions qui sont mentionnées par cette définition, les dimensions matérielles, sociales, culturelles pour appréhender la pauvreté. Être pauvre ce n’est pas simplement une question de revenu, même si effectivement les revenus dans une société comme la nôtre sont importants.

Vous évoquiez une autre approche ?

C’est l’approche d’Amartya Sen, qui propose un dépassement de cette approche par les ressources. L’approche d’Amartya Sen est importante à double titre parce qu’elle met l’accent sur la notion de capacité. Il ne faut pas simplement disposer de biens et services, mais il faut pouvoir s’en servir. Au fond, c’est la capacité, la liberté que l’individu a de choisir, en quelque sorte, le mode de vie qui lui est favorable, qu’il souhaite, entre différentes possibilités. Et donc la pauvreté renverrait à l’absence de capacité, dans cette perspective. Les personnes sont pauvres parce qu’elles n’ont pas la possibilité de choisir leur mode de vie.

Vidéo 4 – Les pauvres en France aujourd’hui

Combien y a-t-il de personnes pauvres en France aujourd’hui ?

En 2011, au seuil de 60 % soit 977 €, il y a 8 729 000 personnes en situation de pauvreté, ce qui donne un taux de pauvreté de 14,3%.

Ce qui est intéressant, ou préoccupant, c’est que si l’on prend le seuil de 50 %, grosso modo on a 4 677 000 personnes. Donc un taux de 7,9%.

Donc, à à peine 200 € d’écart, on a divisé par deux le nombre de personnes pauvres. Ce qui veut dire qu’il peut y avoir un noyau dur, et puis un halo, en quelque sorte, de personnes qui entrent, sortent, restent. Cela montre une représentation plus complexe que la simple évaluation par le chiffre.

Qui sont-ils ?

Si l’on regarde quelles sont les personnes ou les populations qui sont concernées, du point de vue de la situation familiale ce sont plutôt les familles monoparentales ou les familles nombreuses : elles ont des taux de pauvreté très largement supérieurs à la moyenne globale.

Du point de vue des âges, ce sont plutôt les jeunes, les 18-29 ans qui sont particulièrement touchés par ces phénomènes-là.

Du point de vue des groupes sur leur situation par rapport au marché du travail, bien sûr on retrouve les chômeurs, mais tous les chômeurs ne sont pas en situation de pauvreté : ils ont un taux de pauvreté de l’ordre de 40 %.  Mais les personnes qui ont un emploi sont aussi, pour une partie d’entre elles, en situation de pauvreté, de l’ordre de 8 %. Donc on peut avoir un emploi et être en situation de pauvreté.

Y a-t-il d’autres façons d’identifier les pauvres que par leurs revenus ?

Il y a une autre approche qui est l’approche en termes de conditions de vie, en termes de privation, qui est aussi intéressante. Là, ça découle d’une enquête auprès des ménages, on les interroge sur les difficultés qu’ils rencontrent dans la vie ordinaire et, par convention, s’ils expriment 8 difficultés ou privations sur un ensemble de 29 items, et bien on considérera qu’ils sont pauvres.

Pour l’année 2010, ces données montraient qu’il y avait 13,3 % de la population française qui était pauvre en termes de privation ou de condition de vie, donc on pouvait se dire que grosso modo 14 %, 13 %, c’est à peu près ça la population pauvre en France.

Mais en réalité, ces deux approches ne se recouvrent pas, ou ne se recouvrent que partiellement. Ce qui veut dire très clairement qu’une partie des personnes qui sont pauvres selon le critère monétaire ne sont pas appréhendées comme pauvres en termes de conditions de vie, et réciproquement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.