La valeur du temps en économie – Lire l’interview

Par François Gardes

Contact : francois.gardes@univ-paris1.fr
Page personnelle

Revenir au billet principal
_________________________

Vidéo 1 : La valeur du temps en économie 

Pourquoi faut-il s’intéresser à la valeur du temps en économie ?
En économie, le temps est une ressource. Tout individu a sa vie économique, à côté de ses autres vies (sa vie sociale, sa vie familiale, etc.). C’est une ressource absolument essentielle puisqu’elle est complémentaire à toutes les activités. Lorsqu’on a une activité économique, on utilise de l’argent, mais aussi du temps en même temps que de l’énergie physique, de la mémoire, etc. Finalement, on a peu valorisé cette ressource essentielle de l’activité économique. Cela a commencé à l’être dans les années 60 avec la parution d’un article très important du grand économiste américain Becker qui a montré que le temps était une ressource différente en quantité selon les individus. C’est une ressource valorisée différemment également : quelqu’un qui va être très occupé va avoir une valeur du temps plus importante que quelqu’un qui est très peu occupé.

Est-ce que le temps peut être un marché ?
Le temps est un marché puisqu’on peut s’échanger du temps. On peut, par exemple, amener à l’école les enfants d’un voisin le lundi, puis il fait la même chose le mardi. On se substitue, ainsi, des heures de travail. On peut même imaginer des marchés du temps beaucoup plus complets. Cela commence à exister, par exemple en Amérique latine. Des gens vont, par exemple, aider une personne âgée à faire ses courses à Paris et augmenter ainsi leur capital de temps dans une entreprise qui compte le temps que l’on fournit à quelqu’un. Puis, à Toulouse par exemple, la grand-mère de cette personne va être aidée pour un autre type d’activité. Donc on peut imaginer, effectivement, un marché du temps. Il y a des problèmes, évidemment, de comparaison de l’heure que l’on donne à Paris et de l’heure qui nous sera remboursée à Toulouse, parce que ce ne sont pas forcément les mêmes emplois. Ce type de marchés, qui commence à exister dans certains pays et qui pose un certain nombre de problèmes économiques, va très probablement se développer. Des entreprises vont se créer qui feront ces transferts de temps. Il y aura, évidemment, des problèmes de comptabilisation, etc. Mais l’un des gros problèmes est que l’Etat viendra dire « ce temps que vous donnez est un substitut d’une valeur monétaire, c’est un service non-payé monétairement, donc on veut le taxer ». L’Etat peut essayer de réduire ce type d’activités qui, grâce aux méthodes nouvelles comme internet, etc., pourrait tout à fait se développer.
Le temps est quelque chose d’intime à l’homme puisqu’on ne peut pas le donner physiquement, mais on peut prêter une partie de son temps. C’est quelque chose qui a toujours été sur un marché et dont l’univers marchand va certainement beaucoup se développer dans les années qui viennent.

La valeur du temps est-elle la même partout ?

Le temps a une valeur très différente selon les sociétés, les périodes et les individus. Pour quelle raison ? Une première valorisation possible du temps est de dire que lorsqu’on passe du temps à une activité domestique, par exemple regarder la TV, la perte correspond à ce qu’on aurait pu obtenir sur le marché en travaillant. Je pourrais me mettre sur mon ordinateur, travailler et obtenir un rendement, qui serait par exemple le taux de salaire moyen lorsque je travaille sur mon ordinateur. A ce moment-là, la valorisation du temps va dépendre, pour l’individu, de son taux de salaire et peut être, éventuellement, le double de la valorisation du temps de son conjoint ou d’une autre personne. La valorisation du temps dépend essentiellement des salaires, qui sont, si l’on veut, le coût d’opportunité du temps : c’est ce que l’on pourrait gagner si l’on utilisait le temps en travaillant. Elle dépend également d’un certain nombre d’autres éléments, en particulier les contraintes de temps.

Le temps domestique est-il considéré de la même manière que les activités économiques?

Toutes ces activités que l’on appelle « domestiques » (mais qui peuvent être au-delà de l’espace familial) devraient être valorisées par l’économiste puisqu’elles s’ajoutent à la production nationale telle qu’elle apparaît dans les comptes nationaux comme production normale, référencée par l’entreprise, etc. donc production passant par le marché. Une des façons de valoriser cette production domestique est de considérer le temps consacré à cette production domestique, par exemple au fait de s’occuper de ses enfants, de fabriquer un repas, de se transporter par ses propres moyens avec sa voiture, etc. Si l’on valorise le temps de cette activité domestique, on peut obtenir une valeur de la production domestique qu’on ajoutera à la valeur de sa production marchande. C’est une deuxième raison importante dans la mesure où l’on s’aperçoit que la production marchande, c’est-à-dire tout ce qui est officiellement valorisé dans les comptes nationaux, n’est qu’une partie, peut-être la moitié, peut-être même moins de la moitié, de tout ce qui est produit. Il est très important d’essayer de valoriser ce qui est produit en dehors du marché.

Qu’est-ce que la production domestique ?
La production domestique n’est pas véritablement la production que l’on fait dans son ménage, à la maison comme on pourrait l’entendre d’après la terminologie. C’est tout ce qu’on fait et qui va produire un bien ou un service qui a une certaine valeur économique mais qui ne doit pas passer par le marché. On ne va pas mettre sur le marché ce service que l’on produit. Si l’on transporte son voisin pour l’emmener faire des courses, il y a une valorisation par le voisin, peut-être par soi-même si l’on est altruiste, mais on ne le fait pas payer, donc il n’y a pas de valorisation monétaire, mais par contre il y a une valeur économique de ce service. C’est cela la production domestique, tout ce qu’on fait en dehors du marché. Cela peut être d’une utilisation personnelle ou d’une utilisation sociale ou familiale, comme par exemple s’occuper de ses enfants, les faire travailler, les emmener à l’école, etc.

Vidéo 2 : La valeur économique du temps

 Comment valorise-t-on ce temps ?
Valoriser le temps est extrêmement difficile. On peut éventuellement le faire en construisant des modèles théoriques. Premièrement, on considère la façon dont les gens produisent en utilisant du temps, par exemple comment on va produire un repas avec des biens comme de l’électricité, des aliments primaires, etc., et du temps. Puis on regarde comment toutes ces activités s’agrègent pour fournir la satisfaction des gens. On peut construire des modèles dans lesquels on arrive à valoriser le temps.
Ces modèles indiquent, pour les sociétés développées où le travail a été mené, à savoir principalement en France, au Canada et aux Etats-Unis, que la valeur du temps est en gros la moitié du taux de salaire net des individus. Ce n’est pas très loin en général des taux de salaire minimum dans les nations où l’on utilise cela. Cela varie selon un certain nombre de caractéristiques de l’individu, et en particulier cela augmente avec les revenus, mais également avec leur positionnement relatif dans la société. Par exemple, un individu qui fait partie d’un groupe de personnes, que l’on appelle une classe de référence, très riche, du fait par exemple de son milieu familial ou du type d’études qu’il a faites, mais qui est relativement pauvre par rapport à cette catégorie va avoir une valorisation du temps plus faible qu’un individu de la même classe sociale mais qui est mieux situé dans cette classe sociale. Donc cela dépend de plusieurs d’éléments mais surtout du taux de salaire qui est le coût d’opportunité sur le marché.

Comment valoriser le temps au niveau d’une société ?
Lorsqu’on considère la société dans son ensemble, on pourrait dire qu’il y a une ressource totale en temps pour tous les membres de la société, et donc qu’il y a peut-être un optimum de l’organisation sociale de ce temps. Le temps de l’individu va se répartir entre des activités marchandes qui lui rapportent un salaire, des activités domestiques « productives », par exemple il va préparer un repas qui est un substitut à l’achat d’un repas dans un restaurant, et enfin des activités de loisirs qui sont non productives de biens mais qui sont productives en termes de satisfaction de l’individu. On pourrait probablement optimiser ces trois activités, pas simplement au niveau de l’individu mais au niveau de la société. L’individu, lui, fait des choix et à chaque période, il répartit son temps global, admettons ses 24 heures, entre ces trois activités. Il fait des choix en fonction d’un certain nombre de paramètres, et en particulier en fonction de la valeur qu’il donne à son temps au moment où il décide, ce qui peut changer entre le moment où il a 20 ans, le moment où il a 50 ans, et qui peut changer entre le lundi et le samedi matin. Essayer de faire ce calcul au niveau de la société serait extrêmement compliqué parce qu’on ne connaît pas, lorsqu’on se place au niveau du planificateur, la valeur du temps des gens. On peut éventuellement la calculer, mais c’est un calcul statistique, et la valeur qu’un individu donne à son temps peut être le double ou la moitié de ce qu’on a calculé. Donc on ferait probablement des erreurs énormes en essayant de répartir de manière étatique ce temps global de la société.

Est-ce que la satisfaction augmente la valeur du temps ?
Le temps concourt, évidemment, à la satisfaction, au bonheur de l’individu d’une manière qu’il est assez difficile d’imaginer parce que c’est très multidimensionnel. Cela dépend des activités que l’on fait. Il y a des activités que l’on peut faire très vite, par exemple avec des ressources monétaires en dépensant 20 euros, ou que l’on peut faire avec les mêmes ressources monétaires ou moins mais beaucoup plus lentement. Ce sera la même activité finalement. Par exemple si l’on construit un bateau en bois, cela ne donnera pas la même satisfaction selon qu’on l’a fait vite ou lentement. D’une part, si on l’a fait vite, on a gagné du temps pour d’autres activités mais on l’a fait d’une manière plus pénible, on ne s’est pas « donné le temps », comme on le dit couramment, pour profiter de cette activité. Ce sont des choses extrêmement complexes, le lien entre la façon dont les gens vivent leur temps et la satisfaction qu’ils récupèrent par l’activité qu’ils font pendant ce temps.
On peut imaginer des analyses économiques purement statistiques de cela. On a des indicateurs de satisfaction, soit par les déclarations de satisfaction des individus en demandant aux gens « êtes-vous très heureux ? Etes-vous satisfait de vos conditions matérielles, etc. ? ». On a des mesures souvent qualitatives. Les gens répondent selon l’échelle qualitative et pas continue. En repérant cette mesure de la satisfaction, on peut essayer de l’expliquer par le temps passé dans les activités, et éventuellement par des indications sur la pression de temps que les gens subissent : « est-ce que vous l’avez fait de manière pénible ou pas ? Est-ce que vous trouvez que vous n’avez pas assez de temps pour faire cette activité ? ». Donc on pourrait imaginer des choses comme cela.
Le plus simple, et qui à ma connaissance n’a pas encore été fait mais qui serait intéressant, serait simplement de mesurer un revenu de l’individu qui intègre la valeur de son temps, ce qu’on appellerait un revenu complet, qui serait la somme de tous ses revenus monétaires et la valorisation de son temps libre. Ayant une telle mesure du revenu complet, on pourrait ensuite étudier comment la satisfaction des gens dépend de ce revenu complet et non pas uniquement du revenu monétaire et expliquer un certain nombre de paradoxes de la littérature, comme le paradoxe d’Easterlin où les gens ne voient pas leur satisfaction augmenter alors que leurs revenus monétaires augmentent.

Qu’en est-il pour ceux qui exercent des métiers dit de « passion » ?
On pourrait envisager de demander à quelqu’un qui obtient une grosse satisfaction à travailler de payer pour travailler plus. Certains journalistes disent que le meilleur journal qu’on pourrait créer serait celui où les gens qui écrivent un article paieraient pour que l’article soit imprimé, pour pouvoir dire à leurs voisins « vous voyez, on a imprimé mon article ». Dans ce cas, le journaliste n’est pas rémunéré parce qu’il a trop de plaisir à montrer qu’il a écrit un article.
Eventuellement il est possible de tenir compte de cela, c’est-à-dire de la satisfaction marginale apportée, qu’elle soit positive ou négative, par l’heure de travail supplémentaire. Mais c’est toujours pareil, cela entraîne des difficultés de mesure de cette satisfaction. Ce n’est pas impossible de la mesurer mais c’est difficile, et on s’aperçoit qu’on peut faire beaucoup d’erreurs lorsqu’on entre dans cette finesse de raisonnement. Donc quelques fois il vaut mieux une règle simple plutôt que d’essayer de différencier la valorisation marginale de l’heure complémentaire selon les caractéristiques des gens. On peut faire beaucoup d’erreurs et on peut inciter les gens, eux-mêmes, à faire des erreurs dans leurs choix.

Vidéo 3 : La valeur du temps à travers le temps

La valeur du temps est-elle sensible à la conjoncture ?
Effectivement, la valeur du temps varie beaucoup d’une période à l’autre. Par exemple, pendant la récession américaine récente, la valeur du temps a baissé d’à peu près 10 % en moyenne entre 2007 et 2009. Cela montre bien qu’il y a des évolutions de courtes périodes, pas seulement des évolutions de longue période, de cette valeur économique du temps.

Quelles étaient les conséquences de la crise sur le temps ?
Il y a eu cette grande crise dans les années 2008-2009. On s’est aperçu qu’il y avait des réallocations de temps et d’argent très importantes à l’occasion de la crise. Il y a des gens qui perdent leur emploi et se retrouvent avec 35 ou 40 heures libres dans la semaine qui étaient auparavant consacrées au travail. On s’est aperçu, grâce à un article récent d’Aguiar et Hurst « A new method to estimate price elasticities and the value of time on micro-data », qu’aux Etats-Unis 50 % de ce temps libéré par le chômage ou l’emploi à temps partiel était consacré à du loisir, 30 % à de la production domestique et seulement 10 % à la recherche d’un nouvel emploi. Si la valeur de ce qu’on fait à la maison est à peu près comparable à ce qu’on produit lorsqu’on travaille en entreprise, cela veut dire qu’il n’y a pas 100 % de perte mais seulement 70 % de pertes, entre guillemets, car le fait d’avoir du temps de loisir peut augmenter votre productivité par ailleurs parce que vous êtes plus reposé, etc. La perte sociale qui est liée au chômage en période de récession est beaucoup moins importante qu’on ne le pensait. Lorsqu’on regarde les évolutions, par exemple, des niveaux de satisfaction des individus pendant cette récession de 2008 à 2009, la satisfaction en moyenne a baissé de 6 % alors que les revenus baissaient de 10 à 12 %. Cela veut dire qu’il y a une compensation à la perte de revenu monétaire par le fait que les gens ont plus de temps disponible.

Est-ce que la technologie fait évoluer la valeur du temps ?
L’une des constations récentes, depuis une trentaine d’années, est que le temps disponible pour les individus est extrêmement réduit. Il s’est réduit, en particulier, par la multiplication des activités des individus, même dans des domaines extrêmement précis comme la culture par exemple. Il y a 50 ans, un individu avait un certain type de culture, par exemple il allait assister à des concerts classiques mais il n’allait pas dans d’autres types de concerts. Maintenant, les gens vont écouter plusieurs types de musique, vont aller à plusieurs types de concerts, donc il y a une multiplicité des activités qui réduit le temps disponible. Il y a 50 ans, le long des rivières en France, on voyait des pêcheurs tous les 10 mètres ; maintenant il n’y a plus un pêcheur parce que la pêche est quelque chose de relativement peu rentable en termes de valeur marchande car lorsque vous attrapez un poisson qui vaut 3 euros à l’étal, ce n’est pas très intéressant. Par contre c’est extrêmement lourd en termes de consommation de temps.
Il n’y a pas de doute qu’un certain nombre de modifications technologiques, depuis une cinquantaine d’années, et maintenant la numérisation qui fait qu’il y a beaucoup de temps passé sur l’ordinateur, à regarder la TV, etc., ont réduit le budget temps disponible des individus et ont donc entraîné chacun d’entre nous à nous interroger sur un usage optimal de notre temps, et par ailleurs à valoriser de manière économique ce temps disponible. C’est une très grosse difficulté car le temps est utilisé pour des activités ponctuelles mais il est aussi utilisé à vous constituer en tant qu’être. Celui qui a étudié de manière très intéressante le temps de manière non-bergsonienne, c’est M. Heidegger dans Etre et temps, son premier ouvrage de 1927. On voit bien que dire qu’on a une activité ou plusieurs activités est complètement différent de dire qu’il y a, par ailleurs, un temps continu pendant lequel notre être se constitue. En multipliant les activités, éventuellement, vous ne faites plus ce processus d’intégration de vous-même à votre être profond, qui est quelque chose d’évidemment fondamental pour l’individu.

Vidéo 4 : Pourquoi accorder une valeur au temps ?

A quoi servent ces travaux sur la valeur du temps ?
Une des applications de tous ces travaux est de valoriser la vie humaine. La vie humaine a été valorisée par les économistes pour des raisons de politiques publiques. Par exemple, on supprime un point noir sur une route : on sait que cette suppression va économiser, admettons, un mort tous les 3 ans, si c’est la fréquence de ces accidents mortels. On va faire cet investissement de sécurité seulement si le montant de l’investissement ne dépasse pas trop la valeur économique de ce qui est gagné, c’est-à-dire 1/3 de mort par an. Il y a un certain nombre de raisons pour lesquelles on doit essayer d’avoir une valeur économique de la vie humaine, y compris éventuellement pour compenser la perte d’un individu auprès de sa famille ou de manière générale pour la société mais aussi pour savoir si un investissement de sécurité permettant de gagner des vies humaines permet de gagner, au niveau de la collectivité et au niveau des familles, une certaine valeur économique.
l y a plusieurs modes de valorisation. L’un des modes est de dire que l’individu vit un certain temps, admettons 82 ans dans les sociétés développées, et que ce temps est valorisé par la valeur du temps de chaque heure qu’un individu vit, incluant ou pas son sommeil (c’est l’un des gros problèmes).
En intégrant toutes ces valeurs ponctuelles du temps de l’individu qui a vécu ses 81 ans, on obtiendra une valeur de la vie humaine qui se trouve être assez comparable à celle des mesures qui sont faites par ailleurs, par exemple des mesures en termes de revenu gagné par les individus. La valeur économique va être le total des revenus gagnés par l’individu au cours de tout son cycle de vie. Cela se trouve aux environs de 3 millions d’euros, 3 millions de dollars dans les pays développés, donc c’est effectivement quelque chose d’important.

 Que peut-on apprendre en regardant comment les individus allouent leur temps ?
Regarder comment les gens allouent leurs temps, c’est regarder tous leurs choix. Les économistes ont regardé uniquement les choix monétaires des individus en faisant des enquêtes, en demandant aux gens comment ils épargnent, comment ils consomment, etc. Si l’on regarde leur temps, on a peut-être beaucoup plus d’informations. On n’a pas une information aussi intime qu’on le voudrait, parce qu’il faudrait poser des questions qualitatives pour chaque activité, par exemple : « Comment avez-vous mesuré la dépense physique que vous avez fait pour telle activité ? Est-ce que cela vous a été pénible de faire telle autre activité, etc. ? ». On voit bien qu’on n’a pas toute l’information, mais au moins on a une information essentielle, et cette information est très diverse. C’est non seulement le temps passé à une activité, mais c’est le fait que, en même temps qu’on fait cette activité, on en fait d’autres, par exemple écouter ce qui se passe dans la rue tout en travaillant ou écouter de la musique. C’est en fait un phénomène extrêmement complexe à analyser, mais produisant probablement beaucoup d’informations sur le choix des individus.

Peut-on utiliser la valeur du temps pour indemniser les pertes de vies humaines ?
Récemment, on se demandait s’il fallait compenser la perte des êtres chers auprès des familles pour les personnes qui sont mortes dans les récents attentats de 2015 en France. Les chiffres proposés ont été extrêmement faibles, entre 5 000 et 45 000 euros selon qu’il s’agissait de grands-parents ou de cousins ou de conjoints. C’est extrêmement peu par rapport aux valeurs dont je vous parle.
L’un des intérêts de la valorisation par le temps est qu’elle fournit des choses assez coordonnées avec le revenu des individus. C’est de l’ordre de la moitié du revenu de l’individu pendant tout son cycle de vie. C’est aussi autour des valeurs moyennes d’autres méthodes d’évaluation. Mais ces autres méthodes d’évaluation ont un très gros désavantage qui est qu’elles sont extrêmement dispersées. L’une des valorisations de la littérature est de 500 000 à 80 millions de dollars, donc pour un pays comme les Etats-Unis, on ne sait pas comment choisir la valeur de la vie humaine entre 500 000 et 80 millions de dollars lorsqu’on prend les méthodes habituelles. Par cette valorisation par le temps, on obtient des choses un peu plus resserrée, mais ceci dit assez diverses d’un individu à l’autre : cela peut aller du simple au triple selon les individus.   

Quel est intérêt d’inclure la production domestique dans les comptes nationaux?

La valorisation de cette production domestique et son introduction dans les comptes nationaux est une opération absolument fondamentale, qui a été notée en particulier dans le rapport Stiglitz, il y a quelques années, qui disait qu’en particulier en période de crise on peut produire moins en termes économiques mais  faire plus de production domestique. A ce moment-là, il peut y avoir une compensation par son temps passé dans la famille, par exemple à faire du bricolage, à s’occuper de ses enfants, à se cultiver soi-même, c’est-à-dire augmenter ce que l’on appelle « son capital humain ». Donc il peut y avoir une production qui a un grand intérêt pour l’individu et pour la communauté, pour la nation. Valoriser cette production et l’ajouter aux comptes est absolument fondamental.

Les statistiques officielles commencent-elles à inclure une valorisation du temps ?Cette valorisation du temps et de la production domestique a été discutée dans un rapport d’un comité qui a été présidé par Stiglitz et qui disait que la production nationale qui mesure les activités marchandes de l’ensemble des agents économiques n’était pas suffisante pour représenter l’ensemble de la production économique des individus sur le territoire national. D’une part, la proposition était d’essayer d’introduire les biens publics, parce que ce qui est fourni par l’Etat gratuitement entre dans la situation des individus, donc il faut savoir comment cela se répartit dans la population. Tout le monde ne profite pas dans la même mesure des autoroutes, des télécommunications publiques, etc. D’autre part, valoriser la production domestique, et valoriser le temps est une façon de le faire. C’est très important. Par exemple, lorsqu’on regarde les inégalités, on s’aperçoit que si l’on mesure les inégalités non seulement sur les revenus monétaires mais sur les revenus qu’on appelle « complets », qui intègrent la valeur du temps de production domestique, les indices d’inégalité diminuent de 20 à 30 %. Cela veut dire qu’on surestime beaucoup les inégalités en regardant uniquement les inégalités monétaires. Les gens qui sont pauvres vont compenser en faisant plus de production domestique, en réparant eux-mêmes leur voiture, en faisant eux-mêmes leur jardin, en faisant eux-mêmes leurs courses au lieu de commander des produits tout faits, etc. Du coup, les inégalités en termes absolus, mais également probablement en termes de variation, c’est-à-dire les changements en cours dans une période de récession, sur la base des seuls revenus monétaires sont insuffisantes pour véritablement représenter les inégalités économiques entendues dans un sens plus large. C’est très important mais évidemment difficile à faire, et un peu dangereux parce qu’on doit faire des hypothèses à plusieurs étapes du travail, en particulier pour valoriser sa production domestique.

Vidéo 5 : Le temps: entre philosophie et économie

Quel est le rapport entre le temps des philosophes et celui des économistes ?
Le temps philosophique, comme vous le savez, est quelque chose d’extrêmement compliqué. Il y a Bergson, la durée, etc. Il y a le deuxième Bergson, c’est-à-dire la discussion par Bergson des théories de la relativité. Il y a Heidegger, avec le temps comme moment où se constitue l’individu, où se constitue l’être. Il y a beaucoup d’autres analyses philosophiques du temps qui sont extrêmement complexes.
Le temps économique, ce sont simplement des laps de temps physiologique, si l’on veut, mesurés par une horloge. Un temps physiologique serait un temps qui pourrait être distendu par rapport au temps de l’horloge dans la mesure où un individu pourrait être à moitié endormi ou moins efficace à certains moments, etc. Le temps économique, ce sera simplement des laps de temps mesurés mécaniquement par une horloge, et éventuellement croisés avec des activités diverses, c’est-à-dire le temps utilisé pour telle activité, ou des activités multiples. On peut, pendant un laps de temps, faire plusieurs activités. C’est comme cela qu’on l’entend, mais on ne peut pas relier cette conception du temps aux discussions du temps par les philosophes, parce que là on entre dans un domaine complètement différent.

Bloc 22 : Comment s’est-on rendu compte de l’importance du temps ?
 Une des grandes applications de ces analyses de temps, qui ont commencé sur le plan théorique puis sur le plan empirique, plus lentement, dans les années 60, a été de s’apercevoir que beaucoup des modifications technologiques récentes concernant la vie domestique des familles ont entraîné des gains de temps, soit par la production de biens durables, par exemple des machines (les machines à laver, etc.), soit par la fabrication par le marché de biens intégrant du temps domestique, par exemple un surgelé que l’on met au micro-onde et qui est prêt en 30 secondes au lieu de 45 mn. Le marché, si l’on veut, a répondu à cette réduction du temps libre dans les sociétés modernes, qui est principalement liée à la multi-activité, au fait que le nombre d’activités, en particulier de loisirs des individus, a considérablement augmenté. C’est ce qu’on appelle, en sociologie, le comportement omnivore : les gens ont maintenant accès à une information beaucoup plus diversifiée qu’avant. Ils savent que leur loisir n’est pas simplement d’aller à la pêche, mais éventuellement de jouer au tennis, d’aller s’informer sur internet ou de regarder des spectacles, d’aller au cinéma, au théâtre, de faire du vélo etc. Ces multi-activités ont réduit le temps libre des gens, lui ont donné de la valeur, et ont provoqué la fabrication par le marché de biens et de services qui font gagner du temps. Tout cela est très imbriqué. Effectivement, par exemple le surgelé, est l’un des éléments de réduction très forte du temps consacré au repas. Le temps consacré au repas n’était pas simplement, il y a 50 ans, aller acheter et produire juste avant le repas, c’est-à-dire passer 15mn à faire cuire quelque chose. C’était souvent la veille ou le lundi matin, fabriquer des produits qui seront utilisés le vendredi, c’est-à-dire qu’on laissait un certain nombre des préparations durer, etc., de façon à les utiliser 3 jours après. Donc il y avait une complexité très grande de certaines activités domestiques, qui est réduite par l’apparition de ces biens durables ménagers, ou par l’apparition de nouveau types de biens ou de services.

Comment considérer le temps parmi les besoins fondamentaux de l’homme?
Si l’on analyse la pyramide de Maslow qui représente les besoins élémentaires de subsistance au départ, puis les besoins dits « supérieurs » dont le dernier est un besoin d’estime de soi, on constate que la façon dont l’individu organise son temps est très liée à cette hiérarchie des besoins, parce que chacun de ses besoins demande du temps. A la limite, l’estime de soi ne demande plus de temps : on a l’estime de soi et on en profite, mais on n’a pas besoin de temps. Par contre, tous les besoins qui sont liés à des interactions sociales (et l’estime de soi peut venir des interactions sociales car c’est dans le regard de l’autre que l’on mesure sa propre estime de soi), cela demande du temps. On voit que toutes les activités de l’individu sont liées à son usage du temps. C’est cela qui entraîne, d’une part, l’importance de la prise en compte du temps et, d’autre part, la complexité de cette prise en compte, parce que par exemple le fait de valoriser de manière unique une heure peut être très critiqué. On peut dire qu’une heure avec votre épouse au début du mariage vaut beaucoup, et peut-être que 40 ans après, cela vaut beaucoup plus ou beaucoup moins. Selon le type d’activité qu’on a, l’heure n’a pas la même valeur. Nous, on a simplement une réponse d’économiste qui dit qu’on mesure une valeur marginale d’une ressource et une valeur marginale moyenne, pour une activité donnée. Ensuite, il pourrait y avoir des valorisations différentes : si l’individu est un peu rationnel et qu’il essaie de s’organiser dans ses choix économiques, il va essayer d’égaliser les valeurs du temps selon  diverses activités. Il passera beaucoup de temps sur des activités qui, a priori, lui fournissent beaucoup de satisfaction, mais comme il y aura passé beaucoup de temps, la valeur marginale de la dernière heure aura un peu baissé. Il aura passé 40 heures dans la semaine, et non 10 heures, à discuter avec son conjoint et donc il aura égalisé la valorisation marginale de cette activité très satisfaisante avec une valorisation marginale moins satisfaisante qui est de discuter en prenant un café avec un collègue.

Vidéo 6 : L’Etat, la prime des heures supplémentaires et la valeur du temps

Quel est le rapport de l’Etat avec le temps de ses résidents ?
L’un des problèmes du temps est qu’il n’est pas fiscalisé. L’Etat va toucher une taxe sur tout ce que l’on produit monétairement, c’est-à-dire sur le travail marchand, sur la vente d’un bien, sur un héritage, etc. Tout ce qui est monétaire va être taxé, et la taxation a beaucoup évolué depuis 200 ans pour essayer de réduire le domaine des transferts monétaires qui ne sont pas taxés. Par contre le temps n’est pas taxé, donc l’Etat a du mal à concevoir cette ressource essentielle.
Par ailleurs, l’Etat peut utiliser cette intégration de la production domestique, si on la valorise, à la production nationale pour faire une espèce de produit national élargi ou d’indice de bonheur économique complet. L’Etat peut l’utiliser pour dire : « certes, le revenu des gens a diminué, la somme de tous les revenus a diminué, mais d’un autre côté, on s’aperçoit que les gens ont du temps libre, etc. ». On va le valoriser et dire que, finalement, il n’y a pas eu de crise. Il peut y avoir une utilisation statistique de cette intégration de la production domestique dans les comptes pour gommer un peu les évolutions de ce qui est quand même fondamental, c’est-à-dire l’activité marchande.

Comment est redistribuée la dépense publique par rapport à la valeur du temps ?
Il y a une grosse difficulté en économie, qui est de redistribuer la dépense publique sur la population. Quand un Etat fait peu de dépenses publiques, les gens ont un revenu qu’ils dépensent, mais ils prennent des routes qui ne sont pas formidables, etc. Dans un Etat qui fait beaucoup de dépenses publiques, il y a plus d’impôts, donc peut-être moins de revenu monétaire disponible pour l’individu pour son propre usage, mais il profite de ces dépenses publiques.
Le problème est que ces dépenses publiques ne sont pas faites de manière uniforme pour tous, et que certains vont les utiliser et d’autres pas. Tout le monde ne va pas à l’opéra, donc si l’opéra a un budget financé aux deux tiers par l’Etat, ce sont des gens éduqués, des gens riches qui vont profiter de cette dépense de l’Etat. Donc il y a une grosse difficulté d’arriver à valoriser la part de dépenses publiques utilisées par chacun pour avoir, finalement, un revenu de l’individu augmenté de l’usage qu’il fait de la dépense publique. L’une des façons de faire est de regarder le temps passé par les individus dans l’usage de ces dépenses publiques, c’est-à-dire le temps qu’ils passent sur une route, où ils utilisent une autoroute gratuite, le temps qu’ils passent à regarder la TV, où ils utilisent un bien qui est largement subventionné par l’Etat, etc. L’usage du temps des individus peut permettre de répondre à certaines questions qui ne sont pas encore abordées en économie mais qui sont absolument fondamentales.

Est-ce que la valeur du temps compte dans la survalorisation des heures supplémentaires ?
La survalorisation des heures supplémentaires a au moins deux explications. D’une part, une explication en termes d’incitation. Les heures supplémentaires prennent sur des reliquats de temps, après le temps de travail. Ce temps est plus rare qu’au début de la journée : on a déjà « mangé » 8 heures de la journée, donc si l’on vous demande 1 heure de plus, la valeur pour l’individu de cette heure supplémentaire est plus importante. D’autre part, le temps de travail de l’individu est valorisé par un taux de salaire unique pendant ses 8 heures d’activité quotidienne, mais il le fait également profiter d’autres avantages : en travaillant, il a des droits sociaux, des assurances. En plus de sa valorisation monétaire par un taux de salaire horaire, d’autres valeurs viennent s’ajouter au travail qu’il fait sur ses 8 heures. Ces autres valeurs, déjà acquises dans les 8 heures, doivent être éventuellement ajoutées pour une égalisation de la valeur de l’heure supplémentaire par rapport à la valeur de l’heure de travail normal.
Je pense que la principale justification est en termes d’incitation auprès des individus : il faut inciter les individus à travailler plus en les payant plus que pendant les heures normales, tout simplement parce que leur « budget temps libre » est réduit, une fois les 8 heures accomplies. Ces 50 % de survalorisation des heures complémentaires pourraient être considérés comme l’augmentation de la valeur du temps pour les dernières unités de temps par rapport aux unités de temps du début de la journée.

La survalorisation des heures supplémentaires devrait-elle être la même pour tout le monde?
Cette survalorisation des heures complémentaires n’est pas optimale d’un point de vue économique parce que la valeur relative de la neuvième heure par rapport à la première heure de travail, c’est-à-dire le coût marginal de la neuvième heure de travail, n’est pas la même selon les individus. Il y a un certain nombre d’individus pour qui une heure travaillée de plus équivaut à une des 8 heures de la journée, et ils accepteraient un taux de salaire de 1,1 par rapport à leur taux de salaire normal. Pour d’autres au contraire, c’est beaucoup plus embêtant, par exemple parce qu’ils ont des enfants et que leur prendre une heure de plus à la fin de la journée revient à réduire beaucoup leur temps disponible pour la famille. A ce moment-là, 1,5 soit 50 % d’augmentation de leur salaire pour l’heure complémentaire n’est pas suffisant. D’un point de vue économique, cette règle de survalorisation unique, ce taux de 1,5 de valorisation des heures complémentaires par rapport à leur grade n’est probablement pas optimal. Ensuite, s’il faut individualiser cette survalorisation, cela devient assez difficile sur le plan économique mais cela pourrait être possible si l’on arrive à mesurer la valeur du temps des individus, par exemple par des processus expérimentaux. Cela pourrait être considéré comme injuste parce que certains obtiendraient 87 %, admettons, de sursalaire pour leurs heures complémentaires et d’autres seulement 25 %. Cela ne serait pas véritablement injuste puisque cela collerait mieux à la valorisation par les individus de leurs heures complémentaires mais cela pourrait être considéré comme provoquant des problèmes d’injustice au niveau de la collectivité.

N’est-ce pas injuste que l’heure complémentaire soit plus élevée pour les salaires élevés ?
On pourrait également dire que quelqu’un qui a un revenu important, donc un taux de salaire horaire important, a moins besoin qu’on survalorise sa neuvième heure de travail que quelqu’un qui a un revenu beaucoup plus faible. Là encore, on raisonne en termes d’injustice : donner encore à des gens qui ont déjà des revenus importants. On constate que les besoins exprimés par les individus ne diminuent pas beaucoup avec leurs revenus, c’est-à-dire que la saturation des besoins si elle existait il y a 50 ans, elle existe beaucoup moins maintenant. Les gens développent des besoins que l’on appelle endogènes au fur et à mesure de l’augmentation de leurs revenus. Vous demandez à quelqu’un en France qui gagne, admettons, 60 000 euros par an : « de combien auriez-vous besoin pour être véritablement satisfait, faire tout ce dont vous avez envie ? ». Il vous dira 30 % de plus. Puis vous demandez à quelqu’un qui a exactement les mêmes caractéristiques d’âge, de localisation de famille et qui gagne 20 000 euros : « de combien vous auriez besoin ? ». Il vous dira 30 % ou 40 %. Donc la personne très riche aura développé des besoins car, consommant et ayant des interactions sociales avec des gens qui sont riches eux-mêmes et qui lui provoquent des besoins, son besoin ne diminue pas, il ne se sature pas avec le revenu. Dès lors, comme il faut survaloriser l’heure de travail supplémentaire pour inciter les gens à la faire. Si c’est l’intérêt de l’entreprise de faire travailler des gens le dimanche ou dans la soirée, on est bien obligé de survaloriser à un taux qui sera peut-être différent mais qui peut être identique pour la personne à faible revenu que pour la personne à revenu élevé. Là encore, le gros problème est le problème de l’efficacité économique qui, en l’occurrence, est pour l’entreprise de réussir à inciter les gens à travailler plus. Il y a ensuite le problème de l’injustice : on paie plus des gens qui sont déjà fortement rémunérés, mais si on ne les paie pas plus, le cadre ne travaillera pas une heure de plus bien que l’entreprise en ait besoin. Pour l’entreprise, il faut absolument sur-rémunérer l’heure de travail même si cela semble injuste.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.