Quelles sont les conséquences de la migration climatique ? – Lire l’interview

Par Katrin Millock

Contact : millock@univ-paris1.fr
Page personnelle 

Revenir au billet principal
_______________________

Vidéo 1- Les migrants environnementaux

Que savons-nous avec certitude sur ces flux migratoires ?
On sait qu’il y a aura plus de flux vers les villes, plus de migration à l’intérieur d’un pays et donc une urbanisation accrue. Le plus grand problème, à mon avis, est de gérer cette urbanisation, d’abord parce que cela peut avoir des impacts importants sur le marché du travail, mais aussi parce que cela va créer des problèmes de logement, d’intégration. Cela peut, en soi, engendrer des flux de pollution accrue dans les villes. Il s’agit d’une autre causalité dont on parle peut-être moins. Dans mes recherches et dans celles de la plupart de mes collègues, on suppose que les évènements climatiques sont exogènes et qu’ils causent la migration. Mais la réalité est plus compliquée. Il y a des effets secondaires : suite à la migration, on peut observer qu’il y a plus de pollution. On peut le voir dans l’utilisation des ressources naturelles. Par exemple, les réfugiés de certains pays ont besoin de bois pour se chauffer, pour faire du feu, pour cuisiner. Ils vont donc utiliser plus de ressources naturelles dans leurs nouveaux lieux de destination. Donc on a des exemples d’un surplus d’utilisation de ressources naturelles qui provient de la migration, et pas l’inverse, ce qui est normal. Il faut le prendre en compte, et c’est pour cela que les politiques d’adaptation doivent être notamment focalisées sur le fait d’aider les gens à rester sur place, surtout lorsqu’il y a une affection pour le lieu de résidence, comme dans les petites îles par exemple. Dans l’alliance des petites îles insulaires comme les Maldives, les îles Marshall, Tuvalu et Kara bâti, les gens ne souhaitent pas migrer mais ils se voient contraints de le faire dans un futur proche.

Les migrants climatiques partent-ils à l’étranger ?
Dans les débats sur les migrants climatiques, on envisage souvent de grands flux migratoires vers les pays riches, vers les pays de l’OCDE ou vers l’Europe. Quand on fait des analyses économétriques, donc statistiques, sur les données du passé, on voit que l’on ne peut pas trouver de liens affirmés entre les flux de migration internationaux et les évènements climatologiques. Ce que l’on trouve, et plusieurs études le montrent, c’est qu’il y a une incidence accrue de la migration rurale urbaine, à l’intérieur d’un pays. Ce que l’on sait avec une grande certitude aujourd’hui est qu’il y aura plus de migration interne, éventuellement régionale. C’est-à-dire que, dans les pays africains touchés par la sècheresse, il va y avoir plus d’urbanisation. Des villes qui accueillent déjà des millions de personnes vont être encore plus surpeuplées, avec encore plus de problèmes de bidonvilles et de problèmes sur le marché du travail. On sait aussi que ces migrants qui migrent vers les villes se retrouvent souvent dans des zones encore plus vulnérables aux évènements climatologiques. On a noté, au Sénégal par exemple, que les migrants qui arrivent à Dakar sont dans les zones côtières, donc ils sont encore plus exposés. Il n’est pas sûr, finalement, qu’ils aient trouvé un meilleur endroit après avoir migré.

La migration permanente pose-t-elle des problèmes ?
Ce n’est pas quelque chose de mauvais pour ces pays. Une fois sur place, les migrants vont envoyer des fonds au pays d’origine. Ces transferts de fonds peuvent être très importants, ils dépassent largement l’aide au développement donnée par les pays riches. Du coup, une autre politique d’adaptation serait de faciliter ces transferts de fonds vers les pays d’origine des migrants. C’est un nouveau sujet de recherche. On commence à étudier à quoi sont utilisés ces fonds. Si ces fonds sont utilisés pour la consommation… cela aide, peut-être, mais à court terme. Mais dans les pays d’origine qui sont sujets aux changements climatiques tels que des évènements extrêmes, si ces fonds sont réinvestis, par exemple, dans le secteur agricole, dans l’irrigation, dans l’adoption de nouvelles cultures qui résistent mieux à la sècheresse, alors cela peut aider les pays à s’adapter, grâce aux migrants. La convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique voit la migration comme une stratégie d’adaptation parmi d’autres depuis 2009.

Quels sont les effets économiques qu’induit cette augmentation des flux
Les désastres naturels créent des dégâts économiques. Cela peut aller jusqu’à 5 % du PIB, selon les études et le type de désastre, ouragans ou inondation. Donc il y a déjà un coût direct. Après, suite à une migration, si elle prend la forme d’une urbanisation accrue. Il y a des travailleurs qui arrivent en ville, ce qui peut créer un déséquilibre sur le marché du travail en ville donc affecter le taux de chômage des habitants en ville. Cela peut créer des problèmes de construction de plus de bidonvilles, etc. Il y a donc de vrais problèmes, à la fois de travail, de santé, d’intégration. Ces coûts-là sont difficiles à chiffrer, mais ils sont très grands, probablement. On peut chiffrer, par exemple, l’effet sur la probabilité de trouver un travail suite à un flux de migrants.
C’est pour cela qu’il faut mener des politiques sur les deux fronts. A la fois pour aider les migrants à s’intégrer sur le nouveau lieu de destination et pour aider ceux qui sont restés sur place. Et l’une des façons de le faire, c’est de faciliter le transfert des fonds des migrants vers des personnes restées sur place.

Vidéo 2: Les politiques à mener face aux risques environnementaux

Que peut-on faire face à ces risques climatiques?      

D’abord, il faut essayer d’augmenter la capacité à vivre avec ce changement climatique puisqu’on sait qu’il est inévitable. Il s’agit d’augmenter ce que l’on appelle les capacités d’adaptation. Jusqu’ici, dans les débats  du changement climatique, on ne pouvait pas mentionner le mot « adaptation ». On parlait que de  « mitigation », c’est-à-dire d’atténuation en français, à savoir la réduction des gaz à effet de serre. Maintenant que l’on sait qu’on ne va pas atteindre l’objectif de contenir la température en-dessous des 2 degrés, on sait qu’il y aura un certain niveau de changement climatique. Il faut se préparer, avec l’adaptation. Ce qui est le plus important, pour les pays du Sud, est de renforcer le secteur agricole pour qu’ils deviennent plus « résiliants ». Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire qu’ils deviennent plus robustes, qu’ils puissent résister à des chocs climatologiques. Cela peut inclure, par exemple, des investissements dans d’autres cultures plus résistantes à la sècheresse. Cela peut impliquer aussi la construction de digues dans les pays qui sont très vulnérables aux inondations et à la montée des mers.

De quoi dépendent ces capacités d’adaptation ?
Ces capacités d’adaptation dépendent beaucoup de capital et de financement. C’était l’une des grandes questions lors de la COP 21 à Paris en décembre 2015. Comment financer l’adaptation des pays plutôt pauvres qui vont, finalement, subir le plus l’impact du changement climatique ? Le secteur agricole est au centre de cette adaptation. Mais on sait aussi que les flux vont aller vers les villes, et il y aura une urbanisation accrue. Donc tout ce qui peut aider à créer des travaux dans le secteur urbain, à préparer les villes à recevoir ces flux de migrants peut être aussi une forme d’adaptation, mais c’est plus difficile.

Quelles seraient les bonnes stratégies d’adaptation ?
Suite au changement climatique ou aux évènements extrêmes météorologiques, on peut imaginer plusieurs stratégies d’adaptation. Des pays qui ont de grandes capacités d’adaptation ont pu renforcer les bâtiments, créer des digues, donc ils sont moins vulnérables. On peut s’adapter dans l’agriculture, on peut vendre du bétail et changer de culture. On peut envoyer un membre du ménage travailler en ville. Après, lorsqu’on a épuisé toutes ces autres stratégies d’adaptation, souvent il ne reste que le choix de migrer, de faire migrer tout le ménage. La migration est une stratégie d’adaptation parmi d’autres. Pour le GIEC, la migration doit être considérée comme une adaptation normale. L’homme a toujours migré suite à des destructions de son habitat normal. Ce qui risque de se produire est une fréquence plus élevée d’ouragans, d’évènements extrêmes, d’inondations, qui conduirait à une augmentation de ces flux.

La solution ne serait-elle pas d’encourager la migration ?
On voit souvent la migration comme un problème. En fait la migration est sélective. Tous les gens qui sont touchés par un désastre naturel ne peuvent pas migrer. Souvent ce sont les personnes avec le plus de ressources, le plus d’éducation, qui migrent. En fait ce sont ceux qui ont de la chance qui peuvent migrer. Ceux qui sont les plus vulnérables, les plus pauvres, restent, ils sont piégés sur place.
Donc il faut envisager deux politiques. Il faut aider ceux qui veulent migrer. Il faut essayer de démanteler les barrières contre la migration. Cela va à l’encontre de ce qui se dit dans les débats sur la migration, mais il faut essayer d’aider les personnes qui souhaitent migrer. On note que les gens ont un vrai attachement pour leur lieu de résidence, donc ils ne souhaitent pas migrer mais ils le font en dernier recours.

Vers qui devrait être dirigée l’aide aux personnes affectées par le changement climatique ?
Il faut que les politiques se focalisent sur les personnes qui restent sur place. Dans les débats, on se focalise sur les migrants. Or, comme la migration est sélective, ceux qui migrent sont ceux qui ont les ressources pour migrer. Migrer, surtout franchir des frontières est coûteux, cela demande des ressources. Les personnes qui sont les plus vulnérables n’ont souvent pas la chance de migrer, et ce sont elles qui restent sur place. Donc il faut essayer d’aider ces gens qui sont piégés dans une zone où il y a des désastres naturels ou climatologiques. Les gens qui migrent ont la chance de migrer, donc, il faut faciliter leur migration et leur adaptation dans les nouvelles résidences. A ce propos, il y a une initiative de la petite île Tuvalu où les habitants sont menacés par la montée des niveaux des mers. Ils ont mis en place des programmes d’adaptation pour les personnes qui souhaitent migrer afin de les aider à s’adapter, une fois arrivées en Nouvelle-Zélande ou en Australie, par exemple. Cela ne concerne que ceux qui souhaitent migrer, parce qu’il n’y a pas d’urgence en ce moment, en revanche on prévoit de futurs flux de migration. C’est une forme de politique de soutien.

Quelles sont les autres formes de politique de soutien ?
Les autres formes de politique de soutien pourraient être une meilleure veille et de meilleurs systèmes d’alertes pour avertir la population locale lorsqu’il y a des incidences climatologiques. Il faut aussi renforcer les bâtiments pour résister aux ouragans, par exemple. Il faut aider les gens qui ne souhaitent pas migrer à se loger d’une façon temporaire. En effet, ce qui caractérise les évènements soudains tels que les ouragans ou les inondations, c’est que les gens migrent en urgence mais à courte distance et d’une façon temporaire, après ils reviennent. Ce n’est pas ce genre d’événements climatiques ou météorologiques qui vont créer de grands flux à long terme. Là il s’agit plutôt d’apporter une aide d’urgence, pendant le déplacement temporaire. Ensuite il y a d’autres évènements tels que la sècheresse qui agissent plus à long terme. Un ménage agricole peut résister une année ou deux années, mais après il va prendre une décision de migration, et là ce sera d’une façon permanente. Il s’agit davantage de changement climatique à long terme, dans la température et les précipitations, qui peut induire des flux de migration permanents.

Vidéo 3 : Qu’est-ce que la migration climatique ?

Que veut-on dire par  « réfugiés climatiques » ?
D’abord, on peut dire que les réfugiés climatiques n’existent pas légalement. C’est beaucoup utilisé dans le débat pour susciter de l’émotion, de l’action, sur ce sujet important. Il y a des migrants environnementaux, qui migrent suite à des désastres naturels, par exemple. On pense qu’il y en aura beaucoup plus suite au changement climatique. Des initiatives sont prises, actuellement, par des ONG d’avocats par exemple, pour essayer de créer un statut qui s’appellerait « réfugié climatique ». Mais on ne sait pas si cela va se réaliser. Il y a aussi des initiatives de certains Etats, comme la Suisse et la Norvège. Il y a une initiative qui s’appelle « l’initiative de Northen » et qui travaille d’une façon internationale pour aider les gens à se déplacer suite à des désastres naturels, y compris les évènements météorologiques ou climatiques. Mais le statut de réfugié climatique n’existe pas, et la plupart des gens qui font de la recherche sur cette question préfèrent parler de migrants climatiques ou de migrants environnementaux.

 Pourquoi est-il plus approprié de parler de « migrants environnementaux » ?
C’est probablement plus approprié de parler de migrants environnementaux que de réfugiés climatiques, tout d’abord parce qu’il n’y a pas de statut légal. Ensuite parce que le terme de « migrant » implique un choix volontaire. Il peut y avoir des migrants forcés : il y a des déplacements forcés suite à l’élévation des niveaux des mers, il y a des îles entières qui peuvent disparaître, donc l’habitat de ces personnes vont disparaître, ils n’ont pas de choix, ils vont migrer. Mais pour la plupart des autres phénomènes météorologiques ou climatologiques, il s’agit d’évènements à long terme, comme la sècheresse, des inondations plus fréquentes, des changements à long terme de température et de pluie. Là, les facteurs climatologiques ne sont qu’un facteur parmi beaucoup d’autres, socio-économiques, politiques, démographiques.

Le changement climatique va-t-il conduire à une augmentation des migrants climatiques ?
On sait déjà qu’un grand nombre de personnes sont déplacées suite aux désastres naturels. L’Institut pour la veille sur les personnes déplacées à l’intérieur des pays, l’IDMC, a commencé à collecter des données en 2008. Les derniers chiffres qui datent de l’année 2014 disent qu’il y a peu près 19 millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays suite à des désastres naturels. C’est beaucoup, mais il y a quand même 38 millions de personnes, pour la même année, qui sont déplacées suite à des conflits. On voit donc que les facteurs environnementaux ou climatologiques ne sont pas le plus grand facteur de déplacements. Ceci dit, ce chiffre porte sur ceux qui ont été déplacés, aujourd’hui, en l’occurrence en 2014. Mais personne aujourd’hui ne s’aventurerait à donner des projections pour le futur.

Pourquoi personne ne tente de faire des projections ?
Parce qu’il y a déjà beaucoup d’incertitude. On sait qu’il y a un changement climatique, qu’il y a actuellement une concentration de CO2 dans l’atmosphère de 400 ppm/million, ce qui est complètement inédit. On sait que l’année 2015 a été la plus chaude depuis que les observations météorologiques ont commencé. Mais on ne sait pas bien prévoir les flux. On peut étudier ce qui se passe aujourd’hui mais on n’a pas de chiffres. Le rapport Stern, qui a été commandé en 2007 par le gouvernement anglais, et qui a été très influent dans les débats sur le changement climatique, se limite à dire qu’il y a environ 250 millions de personnes vulnérables dans le monde, c’est-à-dire des personnes qui pourraient être affectées par des évènements extrêmes climatologiques, et qui pourraient donc être conduites à migrer. Mais c’est juste une définition de la population vulnérable. On ne sait pas, finalement, combien vont migrer. Même le GIEC dit, dans son rapport qui est un peu la Bible sur le changement climatique, que l’on sait avec une grande confiance qu’il y aura des futurs flux de migrations mais qu’on a très peu de fiabilité quant aux données chiffrées. On ne peut pas quantifier les flux. On peut dire qu’il y a tant de millions de personnes vulnérables qui habitent dans des zones au bord de la mer, des îles inondables, etc. On sait que les incidences des ouragans, des évènements extrêmes vont augmenter, donc il y a aura une augmentation des flux. Mais on ne peut pas bien le quantifier actuellement. Donc il y a urgence à collecter des chiffres et à faire de la recherche dessus.   

Vidéo 4: Pour qui et comment agir ?

La migration climatique affecte-t-elle aussi les pays riches ?
On évoque souvent des images comme celles des inondations au Bengladesh, des typhons aux Philippines lorsque l’on parle de migrants climatiques. Mais cela peut se passer même dans les pays riches. On l’a vu notamment lors du passage de l’ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans aux Etats-Unis. Il y a eu des déplacements de personnes en urgence. Tout le monde n’a pas pu migrer. Les personnes les plus vulnérables sont restées sur place. Les personnes les plus favorisées ont pu quitter la ville et se sont établies ailleurs. Cela dépend des réseaux, de l’insertion des individus, des moyens de s’adapter ailleurs. Une faible part de personnes sont quand même revenues à la ville, et cela est très intéressant. Actuellement, des chercheurs essaient d’étudier ce qui fait que certaines personnes retournent dans le lieu de source ou ce qui fait que la migration devient permanente pour d’autres. L’un des facteurs les plus importants est l’exposition aux inondations. Plus on avait une maison qui était inondée, plus on est susceptible de partir d’une façon permanente et de ne pas revenir.

Le changement climatique induit-il systématiquement de la migration ?
L’hypothèse à laquelle on s’attend est que plus il y a de changement climatique, plus il y a de flux de migration. Ceci n’est pas toujours vrai, cela dépend du type d’évènement climatologique ou météorologique. Pour des évènements soudains comme les ouragans ou les inondations, il y a souvent une migration soudaine, en urgence, mais elle est souvent temporaire. D’autres évènements comme la sècheresse pouvant diminuer le revenu des ménages agricoles, cela affaiblit les ressources, et peut empêcher le ménage d’avoir les ressources nécessaires pour financer l’immigration. Des études montrent par exemple que des ménages au Burkina-Faso migraient moins suite à une sècheresse. C’est un peu paradoxal. Les flux de migration auxquels on peut s’attendre dépendent beaucoup du contexte du pays à étudier, du type du changement climatique et du niveau de développement du pays.

Quelles sont les alternatives à l’adaptation ?
Il faut agir sur le fond du problème. Le problème vient du changement climatique et de l’accumulation des incidences des évènements extrêmes, météorologiques et climatiques. Donc il faut agir sur la réduction des gaz à effets de serre. C’est le sujet des négociations dans le cadre de la convention des Nations Unies sur le changement climatique qui ont été menées en décembre 2015 à Paris lors de la conférence de la COP 21. Cela permet d’agir sur le fond du problème.
Mais comme on sait que l’on ne va probablement pas arriver à maintenir le changement climatique en dessous de l’augmentation de température de 2°, on sait qu’il va falloir s’adapter. Ce qui devient crucial, c’est le financement de l’adaptation, surtout dans les pays pauvres, dans l’hémisphère sud, qui sont actuellement les plus vulnérables au changement climatique et qui ont le moins de capacités financières pour s’adapter. Il faut les aider avec des transferts de fonds, mais aussi des transferts de technologies et de savoir-faire. Par exemple, un pays comme les Pays-Bas construit des digues et a beaucoup d’expérience en la matière. Il faut aider les pays comme le Bengladesh à faire de même, si possible. On peut aider, également, avec la R&D dans des nouvelles variétés agricoles, dans les investissements d’irrigation, de sources complémentaires de la pluie. Il y a beaucoup de choses qui peuvent être faites.
Il ne faut pas voir la migration comme un problème. La migration, pour les gens vulnérables concernés par des catastrophes naturelles, c’est une chance. Donc il faut essayer d’aider cette migration et l’adaptation de ces migrants. Il faut aider aussi les transferts de fonds des migrants qui, ensuite, pourront aider les populations à rester sur place, à s’adapter, parce que cela constitue une grande masse d’argent, qui dépasse largement l’aide officielle des pays riches.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.