Quelle réponse européenne à la crise migratoire ? – Lire l’interview

Par Hillel Rapoport

Contact : hillel.rapoport@univ-paris1.fr
Page personnelle 

Revenir au billet principal
________________________

Vidéo 1 : Comment gérer les grands flux migratoires

Que peut apporter un économiste à cette réflexion ?
Si l’on essaie de s’abstraire de l’actualité, on peut se demander si, en tant qu’économiste, on peut apporter un regard qui permette d’orienter la réflexion à long terme, en essayant de s’abstraire de la conjoncture et de l’actualité.
Il y a deux choses auxquelles les économistes peuvent contribuer. L’une, dont je ne vais pas trop parler parce que l’on manque de recul, porte sur la potentielle contribution économique de ces vagues de réfugiés. Cette contribution pourrait se lire en termes de soulagement de déficit démographique par exemple, mais c’est assez spéculatif et il est sans doute encore trop tôt pour se prononcer. On sait bien que tout cela dépendra de la qualité de l’intégration, du type d’immigration suivant ses niveaux de qualifications, sa structure par âge. On n’a pas vraiment d’idées de comment ces flux vont se répartir entre les différents pays. Je pense que c’est une réflexion qui sera importante à avoir, mais on ne peut pas en dire grand-chose à ce stade.
La deuxième chose à laquelle on peut contribuer en tant qu’économiste, d’un point de vue plus théorique, serait de se demander quelle serait la bonne allocation des réfugiés, des migrants, au niveau européen. C’est une question d’expertise et on a, en économie publique, un certain nombre d’outils qui permettent de réfléchir à cette question.

Quels sont ces outils ?
Il y a deux outils que l’on a cherché à mobiliser, avec un co-auteur, pour parler de cette question. L’un concerne la question des quotas échangeables. L’autre est ce que l’on appelle le « matching », ou « l’appariement ».
Le matching, ce sont des modèles, des algorithmes, qui permettent d’améliorer la qualité de l’appariement entre deux individus ou deux parties qui doivent se choisir réciproquement. Cela vient du mariage, « match » : on doit trouver un partenaire et ce partenaire doit nous choisir. Ces modèles de matching ont été appliqués à des situations comme le choix d’école, le choix d’une université, l’affectation des internes dans des hôpitaux. Les économistes ont développé, depuis un certain nombre d’années, des algorithmes permettant d’optimiser la qualité de l’appariement entre deux parties. Le cas des réfugiés correspond bien à un problème de « matching » parce que l’on a des gens qui ont des préférences quant à leur destination, et l’on a des pays qui ont des préférences quant au type de migrants ou de réfugiés qu’ils souhaitent recevoir. Dans la situation actuelle, l’Europe ne dit rien par rapport à cela. On parle de placement purement administratif et c’est assez aléatoire. Améliorer la qualité du « match » est essentiel parce que cela peut permette de réduire les coûts d’intégration et d’améliorer l’intégration future des migrants.

Pourquoi faut-il considérer les préférences des réfugiés ?
Les tenants essentiellement juridiques disent qu’un « vrai réfugié » doit accepter d’aller n’importe où. On ne doit pas tenir compte des préférences des personnes quant à leur destination parce que, si l’on commence à le faire, on va créer un appel d’air qui va attirer des gens qui ne sont pas de véritables réfugiés mais des migrants économiques qui vont chercher à abuser du système d’asile pour entrer « par cette porte », au lieu de rentrer par la porte, qui est fermée par ailleurs, de la migration économique.
A l’autre extrême, les ONG, les groupes qui défendent les intérêts des réfugiés et des migrants disent, et ils ont raison, que permettre aux gens de choisir leur destination est la première condition d’une bonne intégration future. Le matching permet d’avoir un juste milieu, c’est-à-dire que l’on va tenir compte, dans la mesure du possible, des préférences des migrants quant à leurs destinations et des préférences des pays quant aux types de migrants qu’ils reçoivent. L’algorithme ne va pas garantir à chacun d’aller dans sa destination préférée ou dans sa seconde destination préférée, mais on va essayer de lui donner une de ses destinations préférées.

Où en sont ces propositions ?
Ces propositions sont, au départ, des propositions d’économistes, essentiellement des théoriciens qui utilisent des modèles qui ont été appliqués dans d’autres contextes. La nature du problème étudié et les propriétés des modèles qui se sont révélées dans d’autres contextes leur font penser que ce serait une bonne application, avec des adaptations et une originalité qui naît de l’adaptation de ces outils à un contexte spécifique. Il y a une demande en Europe, aujourd’hui, de réforme sur cette question. A vrai dire, les européens sont assez désespérés, ils ne savent pas trop quoi faire, et d’une certaine manière ils sont ouverts à de nouvelles propositions. Dans ce cadre-là, j’ai été en juin au Parlement européen qui a fait une audition publique, « public hearing », sur la crise des réfugiés, « l’après Dublin », pour voir quelles pistes de réflexion permettraient de réformer le système européen d’asile. Ils avaient invité une dizaine d’experts, pour la plupart des juristes, des spécialistes du droit humanitaire, des gens issus des ONG, mais également un économiste, en l’occurrence moi, donc pour parler de ces propositions. Elles ont été relativement bien accueillies, et on a pu voir la traduction de ces propositions dans un vote du parlement européen, qui s’est traduit par un certain nombre d’orientations, de demandes pour la Commission. C’est la première traduction politique concrète. La deuxième traduction politique concrète est que le gouvernement suédois nous a demandé de rédiger un rapport sur nos propositions. La Suède est assez intéressée par ce que l’on propose parce que c’est un des pays qui reçoit le plus de migrants. La semaine dernière il y a eu une annonce du Premier ministre et du ministre des Affaires étrangères suédoises. C’est une coalition social-démocrate écologiste. Ils ont annoncé, avec beaucoup d’émotion d’après ce qui a été traduit par la presse internationale, la fin de la tradition suédoise d’asile. C’était un crève-cœur visiblement pour eux. La Suède a déclaré ne pas pouvoir faire face à l’afflux habituel, et a exigé qu’il y ait plus de solidarité en Europe pour la gestion de ces flux. C’est exactement ce que l’on propose, et d’une manière qui convient aussi aux gens qui cherchent à défendre les droits des demandeurs d’asile parce que, pour la première fois, on propose aussi de prendre en compte leurs besoins, dans la mesure du possible. C’est la deuxième traduction politique. Mon co-auteur a été à Stockholm il y a deux semaines pour une réunion au cabinet du Premier ministre, une autre réunion un peu plus large est prévue en janvier, puis à Bruxelles au mois de mars. Ce sont les prochaines étapes de nos propositions.

Vidéo 2 : Les avantages du « Matching » et des quotas échangeables

Comment votre position améliore la situation ?
 Imaginons quelqu’un qui va être affecté en tant que réfugié au Portugal, mais qui souhaiterait aller en Allemagne. Dans le système actuel, on a toutes les chances que cette personne parte du Portugal et cherche à gagner illégalement l’Allemagne et y reste comme travailleur clandestin. Avec le matching, cette personne a plus de chances d’obtenir une destination qui soit plus acceptable pour elle qu’une destination aléatoire. Donc on améliore et on réduit la re-migration grâce au matching.
Notre deuxième proposition est d’avoir un système de quotas échangeables. Chaque pays européens a reçu, c’est la proposition qu’a faite la Commission, un certain quota. Ce que l’on propose, c’est qu’il puisse y avoir une sorte de caisse de compensation, organisée selon le mécanisme de quotas échangeables. Il s’agit de mettre les différents partenaires autour de la table et de trouver un moyen pour que chacun contribue à ce qui constitue un bien public, à savoir, l’accueil des réfugiés, soit en les accueillant, soit en compensant financièrement les pays qui accueilleraient plus de réfugiés que leur quota. Cela ressemble à un système de quotas échangeables et cela permet deux choses essentielles.
Cela permet de réduire le coût escompté pour les pays d’accueillir les migrants. Certains pays, même si cela nous paraît dommage, mais c’est la réalité, ont des coûts très élevés à accueillir les réfugiés. Quand je parle de coûts, je ne parle pas de coûts d’accueil, je ne parle pas de coûts économiques, je parle de coûts politiques, de coûts culturels. Il y a certains pays qui sont xénophobes et qui ont vraiment un problème d’identité. Ils voient cela comme une menace et c’est absolument rédhibitoire pour leur cohésion sociale et leur identité. C’est la réalité, il faut en tenir compte lorsqu’on propose quelque chose sur le plan politique. Ici, on leur donne un moyen de prendre moins de réfugiés, mais en compensant des pays qui vont prendre plus de réfugiés, et d’une manière qui fixe un prix et donc qui rende les décisions des uns et des autres compatibles.

Les quotas échangeables ont-ils d’autres avantages ?
La deuxième chose qu’amène ce système de quotas échangeables – en mettant un prix implicite, il ne s’agit pas d’un vrai marché mais c’est un prix qui va chercher à coordonner les décisions – c’est que, dans les propositions que j’ai faites avec mon co-auteur Jesús Fernández-Huertas Moraga, le prix du quota échangeable permet aussi de faire une sanction sur les pays qui refuseraient de participer au système. Cette sanction est incitative, c’est-à-dire qu’un pays dont le quota ne serait pas fourni, parce que par exemple il n’y aurait pas assez de personnes qui l’auraient listé comme destination souhaitable dans la procédure de « matching », devrait payer une sanction égale à la part non-fournie de son quota multiplié par le prix déterminé sur le marché des quotas. Cette sanction est dissuasive car, par construction, elle serait supérieure au coût véritable pour ces pays d’accueillir les réfugiés. Cela permet de faire en sorte qu’un pays, par exemple la Hongrie qui, dans le système actuel, a intérêt à ne pas être choisi comme destination et à dire aux migrants « si vous venez chez nous, vous allez être maltraités, donc ne venez pas », serait au contraire incité à être attractif. On voit que l’association des deux mécanismes que l’on propose, le matching d’une part qui garantit à un migrant d’aller uniquement dans un pays qu’il a listé comme destination potentielle, et le système de quotas échangeables, permet d’éviter l’inconvénient principal d’un système de quotas échangeables s’il n’y avait pas de matching. On pourrait appeler l’« Humanitarium dumping » un système où les pays riches paieraient les pays pauvres pour accueillir des migrants, mais les migrants seraient dans de mauvaises conditions. Grâce au matching, on évite l’inconvénient du système des quotas échangeables. D’un autre côté, avec les quotas échangeables, on donne aux pays une incitation à être choisi par les migrants dans la procédure d’appariement. On pense qu’avec ces deux propositions, on peut améliorer de façon substantielle la politique actuelle.

Est-ce que ce double système « matching » et « quotas échangeables » peut s’appliquer aux migrants économiques ?
Le système de quotas échangeables avec matching est un système qui, initialement, était issu d’une réflexion théorique partant de l’idée que la migration internationale contribue à un certain nombre de biens publics à l’international. Je suis un économiste du développement, qui travaille sur l’immigration. Dans ce domaine, on a pas mal de certitudes qui montrent que la migration internationale permet de réduire la pauvreté dans les pays d’origine. D’une part, par une extraction directe de gens qui sont pauvres et qui cessent de l’être par le fait d’immigrer, selon la définition internationale de la pauvreté. D’autre part, par des effets de retour, des effets de feedbacks positifs pour les pays d’origine. A partir de là, si l’on réfléchit à la politique de développement d’un pays, par exemple comme la France ou les Etats-Unis, on se demande ce que ces pays peuvent faire pour réduire la pauvreté globale. Cela peut être de l’aide au développement, la réduction de dettes, mais cela peut être aussi de l’immigration. Quand, par exemple, la France ou l’Allemagne accueillent des migrants de pays pauvres, elles contribuent à réduire la pauvreté globale, ce qui est bien aussi pour les autres pays qui se soucient de la pauvreté globale, c’est ce que l’on appelle une externalité. Le bénéfice que tirent les Etats-Unis du fait que l’Allemagne, en accueillant des migrants pauvres, réduit la pauvreté dans le monde, n’est pas pris en compte par l’Allemagne lorsqu’elle fixe sa politique d’immigration. C’est une externalité. Pour l’aide au développement, les pays riches ont compris depuis longtemps qu’il fallait qu’elle soit coordonnée, et donc on a substitué progressivement une aide multilatérale à une aide bilatérale. On comprend aussi que les réductions de dettes n’ont de sens que si elles se font de manière coordonnée. Mais, pour l’immigration, il n’y a rien, il n’y a pas d’organisation internationale qui gère les flux migratoires. L’idée, au départ, était que chaque fois qu’un visa est accordé, il y a des effets pour les autres pays. Une manière d’organiser cela, ce sont les quotas échangeables. Ici, à la différence des quotas dans l’environnement, il faut tenir compte du fait que les migrants ont des préférences sur leurs destinations, d’où l’association entre quotas échangeables et matching. Avec mon co-auteur, on avait écrit un article qui a été publié l’année dernière dans le Journal of Public Economics et qui s’appelle « Tradable immigration quotas » et qui expliquait le mécanisme de manière théorique avec trois applications suggérées. L’une était la réduction de la pauvreté globale, l’autre les réfugiés climatiques, qui est un problème de bien public international, et le troisième était les réfugiés humanitaires de manière générale.

Vidéo 3 : La migration : notions de base

Quelle est la différence entre un migrant et un réfugié ?
Un migrant est quelqu’un qui passe d’un point à un autre. Il devient un migrant international dès qu’il franchit une frontière. Le terme migration désigne simplement un mouvement de population. On peut migrer à divers titres. On peut être un migrant économique, c’est-à-dire qu’on cherche à migrer pour des raisons économiques. On peut être un migrant familial si l’on cherche à rejoindre les membres de sa famille. On peut être un migrant au titre de l’asile quand on cherche à être un « réfugié » parce qu’on estime être persécuté, en danger dans son propre pays, et que c’est ce qui pousse à partir, à chercher un asile dans un autre pays. La plupart des migrants, actuellement, dans le contexte européen, sont des gens qui fuient une situation de crise, de guerre, notamment en Syrie, ou de crise humanitaire ou de crise d’extrême pauvreté. Ils sont désespérés et souhaitent pouvoir gagner un asile, un lieu plus calme, et ils le font en tant que réfugié, en tant que demandeur d’asile, c’est-à-dire des personnes qui cherchent à obtenir le statut de réfugié.

Quelles sont les différentes catégories de migrants dont on parle ?
Dans la situation actuelle, les migrants qui arrivent au titre de la demande d’asile et du statut de réfugié représentent l’essentiel de la migration vers l’Europe aujourd’hui, c’est-à-dire cette année et l’année dernière. C’est vraiment quelque chose de conjoncturel. Dans les grandes lignes, la plupart des pays européens ont une migration qui est essentiellement au titre du regroupement familial, notamment la France. On va dire que les 2/3 ou les 3/4 de la migration vers la France, qui représente au total à peu près 200 000 entrées par an, se fait au titre du regroupement familial. Le reste se divise à peu près également entre la migration que l’on va qualifier d’économique et la migration de réfugiés, donc des personnes qui sont arrivées dans un pays, par exemple, la France, qui ont demandé l’asile et l’ont obtenu. Chaque pays est indépendant de ce point de vue-là. Il y a des pays qui privilégient tel ou tel type de migration. Il y a des pays qui sont plus ou moins « ouverts ». La France est grosso modo dans la moyenne européenne et dans la moyenne de l’OCDE avec environ 10 % de sa population qui est née à l’étranger. Dans certains pays c’est beaucoup plus, par exemple au Canada c’est plus de 20 %. Dans d’autres c’est moins. La France se situe plutôt en dessous, surtout pour ce qui est des migrations récentes qui sont relativement faibles. L’essentiel de la migration en France est une migration relativement ancienne, arrivée dans les années 1960, 1970, 1980. Maintenant, chaque pays comme je l’ai dit, a une politique migratoire différente. Certains privilégient la migration professionnelle. Par exemple, beaucoup de pays anglo-saxons ont des systèmes par points qui cherchent à favoriser la migration économique des personnes les plus qualifiées. D’autres, comme la France, favorisent la migration familiale. D’autres comme les pays scandinaves, ont une structure de migration assez équilibrée entre migration économique, familiale et humanitaire.

Qui décide du statut de réfugié ?
A l’heure actuelle, les pays sont souverains. Chaque pays décide, selon ses propres critères, qui, parmi les personnes qui demandent l’asile chez lui, va l’obtenir. La plupart des juristes qui s’intéressent à cette question proposent de substituer à ce système, qui reste complètement national, un système européen. Après tout, le système de quotas revient à dire : « vous demandez l’asile dans l’Union européenne, et vous êtes assigné à l’un des pays de l’Union européenne par une procédure administrative qui peut, ou non, tenir compte d’un certain nombre d’éléments comme vos préférences ». Ceci est souhaitable en soi, puisqu’il paraît logique que ce soit une instance européenne qui décide et coordonne les décisions. Le risque est que certains pays soient plus tolérants que d’autres sur les critères, que d’autres soient très stricts, et que l’on ait en fait une sorte de compétition vers le bas qui amènerait à ne pas reconnaître comme réfugiés des gens qui sont authentiquement en demande d’asile. Le Commissariat des Nations Unies aux réfugiés a un rôle important à jouer, puisque c’est lui qui gère la question des réfugiés au niveau international. Pour ce qui est des réfugiés qui sont dans les pays frontaliers, c’est le Haut-commissariat des Nations Unies aux réfugiés qui donne le statut de réfugiés. Par exemple, pour les personnes actuellement dans des camps de réfugiés en Turquie ou au Liban, et qui ont une demande de relocalisation, leur statut de réfugié leur a été donné par le Haut-commissariat. Donc, bien évidemment, cette institution a un rôle important à jouer dans toute évolution en termes de coordination de la politique européenne.

Quels sont les coûts pour les pays qui accueillent des migrants ?
Chaque pays est différent, et ce pour plein de raisons. Chaque pays a des coûts différents à accueillir des réfugiés. Cela peut venir de problèmes de structures démographiques : on a des pays jeunes et des pays vieux. On peut supposer que, toute chose égale par ailleurs, les pays jeunes ont des coûts moindres à accueillir les réfugiés que les pays vieux. On a des pays qui sont en croissance économique et d’autres en croissance moindre, ou en récession. On peut se dire que, pour des pays en croissance économique, l’intégration des migrants est plus facile, qu’il y a des besoins de main-d’œuvre, ce qui n’est pas forcément le cas pour les pays qui connaissent un taux de chômage important. Et puis il y a des préférences de goûts. Pour certains pays, la diversité ne pose pas de problèmes, d’autres ont des problèmes avec cette diversité. Pour toutes ces raisons, les coûts d’accueil des réfugiés sont différents. Cela peut aussi venir du fait que certains pays ont déjà une immigration importante, et d’autres pas. Tout cela crée des différences de coûts. Ce que permet un système de quotas échangeables c’est précisément d’exploiter ces différences de coûts, de faire en sorte que les pays qui ont les coûts moindres puissent accueillir plus de personnes, mais en étant compensé pour cet accueil.
J’aime bien expliquer ce système en disant deux choses. D’une part on permet aux pays qui ont un avantage comparatif dans l’hospitalité d’exploiter cet avantage comparatif. Donc c’est efficace. Et on permet à chaque pays de choisir les modalités de sa solidarité, soit en accueillant des réfugiés, soit en finançant l’accueil de ces réfugiés par d’autres.

Vidéo 4 : Le système actuel d’accueil des migrants

De quelle manière l’Europe gère-t-elle ses flux de migrants ?
La manière dont l’Europe gère ses flux de migrants est, pour l’instant, assez chaotique. La plupart de ses migrants cherchent à être accueillis en tant que réfugiés. Or le système qui gère les demandes d’asile en Europe, appelé le « système de Dublin », pose le principe selon lequel quelqu’un qui arrive en Europe doit demander l’asile dans son pays de première entrée. Donc, quelqu’un qui va arriver en Grèce ou en Italie doit demander l’asile dans ce pays-là. Comme ces pays de première entrée ne sont pas, généralement, les destinations souhaitées par les personnes qui migrent, cela crée beaucoup de chaos parce que cela génère des flux secondaires quand les gens essaient de gagner leurs destinations préférées comme l’Allemagne, la Suisse ou la Suède notamment. Ceci crée de grosses difficultés logistiques pour l’accueil dans les pays de première arrivée, et ensuite pour gérer le flux de transit pour les pays souhaités par les migrants.

Comment l’Europe gère-t-elle les grands flux de migrants demandeurs d’asile ?
Ce qui s’est passé depuis environ un an, c’est un afflux massif de migrants vers l’Europe. Cet afflux a mis à mal le système européen d’asile, qui fonctionnait à peu près, même si beaucoup de gens étaient critiques de celui-ci. Cela fonctionnait à peu près pour accueillir des flux relativement faibles et réguliers. Cette crise et cet afflux massif ont créé des déséquilibres très importants avec certains pays qui ont reçus énormément de réfugiés et d’autres pratiquement pas. Deux types de pays ont de grandes difficultés. Les pays de première entrée, notamment l’Italie et la Grèce, la Grèce recevant l’essentiel des gens qui viennent du Moyen-Orient, et l’Italie l’essentiel de ceux qui viennent d’Afrique et qui traversent depuis la Lybie et la Tunisie. La deuxième catégorie de pays qui ont eu des difficultés, ce sont les pays préférés comme destination, vers lesquels se dirigent les demandeurs d’asile, une fois en Europe, de manière illégale. Le système d’asile vous impose de demander l’asile dans le pays où vous êtes entrés, mais évidemment on a vu se développer des stratégies, notamment de la part des pays d’accueil qui ont eu intérêt à laisser partir les gens qui souhaitaient aller plus au Nord, vers l’Allemagne par exemple. Donc les pays comme l’Allemagne, la Suède, le Danemark ont reçu également beaucoup de migrants après les re-migrations à l’intérieur de l’Europe et ont cherché à trouver des solutions au niveau européen, à pousser pour une répartition plus équitable, plus solidaire dans la gestion des flux de migrants. C’est la Commission qui a pris l’initiative, au mois de mai 2015, de proposer ce qu’ils ont appelé un nouvel agenda pour la migration en Europe. Ce nouvel agenda pour la migration en Europe comporte un certain nombre de mesures, certaines de l’ordre de la sécurité, d’autres de l’ordre de la protection des migrants en mer et, le plus important, le plus symbolique, était la proposition d’établir des quotas pour répartir les flux entre les différents pays européens.

Faut-il avoir recours au système de quotas pour la gestion de ces flux ?
Les quotas sont sans doute une solution que l’on ne peut pas éviter si l’on veut avoir une répartition relativement équitable des flux. Ce qu’a proposé la Commission européenne au mois de mai, c’était d’accueillir 60 000 migrants. Il faut souligner qu’à l’échelle des flux, on est très en-deçà, on est à 10, même moins, à 5% des flux totaux. Elle a fait, pourtant, ce premier pas. Ces 60 000 migrants (40 000 demandeurs d’asile qui étaient déjà en Italie ou en Grèce, et 20 000 réfugiés dont le statut était déjà reconnu mais qui étaient dans des camps de réfugiés au Moyen-Orient, en Turquie, au Liban, en Jordanie) que la Commission européenne proposait de répartir entre les différents pays européens devaient l’être selon un certain nombre de critères qui sont apparus assez consensuels. La part de chaque pays a été définie en fonction de son PIB, de sa population, de son taux de chômage et de ses efforts passés dans l’accueil de réfugiés. Avec une grille de distribution relativement consensuelle, la Commission espérait convaincre les gouvernements européens, lors du Conseil européen qui s’est tenu au mois de juin, d’accepter ce système de quotas pour soulager, ne serait-ce qu’un petit peu, et de faire preuve de solidarité dans l’accueil des réfugiés.

Cette solution est-elle acceptable pour les membres de l’UE ?
Cela a été refusé par les gouvernements européens au mois de juin. Au mois de juillet, les gouvernements ont proposé d’aller vers quelque chose d’équivalent mais au travers de quotas volontaires, et non de quotas contraignants. Chaque pays a proposé d’accueillir un certain nombre de réfugiés. On est arrivé pas très loin de l’objectif. Il y a eu ensuite les évènements assez dramatiques de l’été, que l’on a tous encore en mémoire, avec plusieurs personnes qui se sont noyées, avec l’image de cet enfant syrien noyé sur une plage turque. Les opinions publiques ont commencé à se retourner. Un certain nombre de dirigeants européens ont tapé du poing sur la table et ont essayé de pousser cette idée de solidarité européenne. Et donc, en septembre 2015, la Commission est revenue à la charge avec de nouvelles propositions qui comportaient des aspects quantitatifs : on est passé de 60 000 à 160 000 personnes, devant être réparties toujours selon le même système de quotas en termes de grille de distribution. Il y avait aussi des propositions pour aller plus loin dans un second temps et essayer de prendre en compte les besoins des migrants, leurs préférences en termes de destinations, essayer d’introduire des mécanisme de sanctions pour les pays qui refuseraient leur part. Dès le printemps, un groupe s’était constitué, que l’on appelé le groupe de Visegràd, qui comprenait essentiellement des pays de l’Est, totalement opposés au système de quotas. Parmi eux, la Pologne s’est finalement ralliée à la majorité, mais les autres, la Hongrie, la Slovaquie et la Roumanie restent des opposants farouches au système de quotas. Il va y avoir de nouveaux sommets au mois de décembre 2015 qui vont devoir statuer sur ces nouvelles propositions de la Commission.

D’où vient la règle qui fixe les quotas ?
Avec l’urgence de cette crise, l’Union européenne est arrivée avec une formule qui est celle qu’applique l’Allemagne pour faire la répartition des réfugiés entre Lander en Allemagne. Cela existe depuis une dizaine d’années. Quand des réfugiés arrivent, l’Allemagne les alloue par Lander en fonction de la population, du taux de chômage, du PIB de chaque Land. L’Europe a repris cette formule. Tout le monde a dit oui, « that makes sense ». Sans s’en rendre compte, ils ont franchi le premier pas, qui est le plus difficile parce que c’est celui où les contraintes de participation font que, généralement, cela ne marche pas. C’est pour cela que nous sommes relativement optimistes, parce que l’on propose un modèle en trois étapes, or la première est déjà là, et c’est généralement la plus difficile.

Vidéo 5 : Où vont les migrants ?

L’Europe est-elle plus attractive pour les migrants que les Etats-Unis?
On ne peut pas dire que l’Europe soit plus attractive que les Etats-Unis. Les Etats-Unis, à eux seuls, représentent la moitié des flux migratoires vers les pays de l’OCDE. De ce point de vue-là, l’Europe reçoit relativement moins de migrants que les Etats-Unis. Simplement, un des facteurs importants dans la migration est évidemment la proximité géographique. L’Europe étant proche des zones de conflit qui génèrent des réfugiés, dans la crise actuelle c’est la principale destination, parce qu’on peut y accéder relativement facilement, parce que l’Europe a des frontières avec la Turquie notamment, ou avec des pays proches de zones de conflits. C’est la principale raison qui rend l’Europe attractive dans la crise actuelle. Mais de façon générale, les Etats-Unis accueillent plus de migrants et sont relativement plus attractifs, notamment pour les migrants qualifiés du fait de l’inégalité salariale plus grande bénéficiant aux travailleurs qualifiés sur le marché américain.

Pourquoi la migration se fait-elle de préférence vers l’Allemagne et la Suède ?
Il y a plusieurs raisons à cela et il est difficile de les démêler. D’une part, l’Allemagne est un pays qui a des perceptives économiques qui paraissent séduisantes pour beaucoup de personnes. On migre pour trouver un asile, mais on veut aussi se construire un avenir, donc on veut pouvoir s’insérer économiquement, avoir des perspectives d’emplois, de revenus. De ce point de vue, l’Allemagne est un pays relativement attractif, et qui a aussi une demande d’un point de vue démographique pour le marché du travail qui fait que les migrants ont de bonnes perceptives de s’intégrer économiquement.
Les pays scandinaves, la Suède principalement, sont aussi des pays relativement riches, donc relativement attractifs. Sur le plan de l’asile, ils ont des politiques assez généreuses, ils ont une tradition d’asile assez ancienne et assez généreuse, dans le sens où les réfugiés qui arrivent et qui obtiennent le statut de réfugié obtiennent de bonnes conditions en termes de logement, de droits sociaux, d’aide à l’intégration économique.
Ces deux facteurs jouent en faveur de ces pays, puis il y en a un troisième important. Les migrants, qu’ils soient réfugiés ou non, cherchent à aller vers des endroits où il existe déjà des communautés de leur pays d’origine parce que cela facilite la transition, l’intégration.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.