Les grands déséquilibres mondiaux – Lire l’interview

Par Nicolas Canry

Contact : nicolas.canry@univ.paris1.fr
Page personnelle

Revenir au billet principal
________________________

VIDEO 1 : Les grands déséquilibres internationaux

Que veut-on dire par « grands déséquilibres » en commerce international ?
Les grands déséquilibres internationaux ne sont ni plus ni moins que l’apparition, depuis une quinzaine d’années, d’excédents ou de déficits commerciaux qui touchent certaines zones géographiques. Un excédent commercial est, pour un pays, l’apparition d’un excédent de ses exportations sur ses importations. Symétriquement, un déficit commercial est un excès des importations sur les exportations.
D’un point de vue comptable, on peut montrer que lorsqu’un déséquilibre commercial apparaît, cela se traduit forcément pour le pays concerné par un déséquilibre de même montant au niveau financier, donc, pour aller vite, d’une créance ou d’une dette. On peut aussi très facilement montrer, d’un point de vue comptable, que le déséquilibre commercial traduit l’excédent ou le déficit d’épargne du pays par rapport à ses besoins internes d’investissement. Un pays qui a un excédent commercial va vite avoir un excès d’épargne sur ses besoins d’investissement, tandis qu’un pays qui a un déficit commercial va plutôt révéler un besoin et un déficit d’épargne nationale.

Comment fait-on pour mesurer la position relative d’un pays ?
Pour mesurer le déficit commercial d’un pays, donc la position commerciale d’un pays, on va calculer la différence entre ses exportations et ses importations, et on va diviser cela par le PIB pour tenir compte de la taille du pays. Pour dire cela simplement, on ne peut pas comparer la position commerciale en calculant simplement la différence entre les exportations et les importations. Si, par exemple, on compare la Suisse et la Chine, on va vraisemblablement observer des choses beaucoup plus importantes en Chine, simplement parce que la Chine est un grand pays alors que la Suisse est un petit pays. Alors pour bien corriger ces effets « tailles », on ramène à la taille du pays et cette taille est mesurée par le PIB.

Comment se manifestent les grands déséquilibres mondiaux ?
L’un des premiers économistes à avoir constaté un excès global d’épargne au niveau mondial est Ben Bernanke qui, par la suite, est devenu le président de la Réserve fédérale américaine (la banque centrale américaine) qu’il a quitté il y a à peu près un an et demi et auquel Janet Yellen a succédé. Dans une de ses allocutions qui est restée célèbre dans le milieu académique, Ben Bernanke constatait un surcroît des montants épargnés au niveau mondial. Trois grandes régions du monde étaient principalement concernées par cet excédent. La première zone est l’Asie, principalement l’Asie du Sud-Est. Historiquement, un pays comme le Japon a un excès d’épargne, mais aujourd’hui d’autres pays sont concernés, des pays relativement petits comme la Corée du Sud. Le grand pays qui, aujourd’hui, dégage un taux d’épargne extrêmement important est la Chine. Cela s’explique principalement par le fait que les ménages chinois, et notamment les ménages chinois urbains, dégagent des taux d’épargne impressionnants, de l’ordre de 40 à 50% selon les études. A titre de comparaison, le taux d’épargne des ménages français est, aujourd’hui, de l’ordre de 15 à 16%.

Quelle est la seconde région concernée par cet excédent ?
Ce sont les pays producteurs de pétrole, principalement de l’OPEP. Dans les années 2000 notamment, ces pays ont bénéficié d’une envolée du prix du baril de pétrole, envolée qui était probablement soutenue par une demande très importante de la Chine. Cela a tendu le marché, fait augmenter le prix du baril, ce qui a permis à ces pays vendeurs de pétrole d’exporter des barils dans des quantités extrêmement importantes, et surtout à des prix très élevés, et donc de dégager des excédents commerciaux et de générer des montants d’épargne extrêmement importants.

Quelle est la dernière ?
La troisième région concernée depuis les années 2000, ce sont les pays de l’Europe du Nord, les pays scandinaves, et principalement l’Allemagne qui dégageait des excédents commerciaux très importants. Avant la crise de 2008, l’Allemagne avait un excédent commercial qui avoisinait les 7% de son PIB. C’est un excédent commercial très important.

VIDEO 2 : Les pays et leur épargne

Que peut-on dire des déséquilibres financiers entre pays ?
Depuis le milieu des années 1980, on a beaucoup développé les marchés financiers. Si on fait un petit historique, on pourrait dire qu’au sortir de la Seconde guerre mondiale, on a essayé de promouvoir le développement des échanges entre les pays. Tous les accords de ce que l’on appelait à l’époque le GATT, et qui est devenu l’OMC, visaient à promouvoir le développement des échanges dont on espérait qu’ils soient relativement équilibrés. A partir du milieu des années 80, on a essayé de développer les marchés financiers, et donc de permettre des déséquilibres, le transfert de créances ou de dettes au niveau international. Cela implique, et c’est ce que l’on observe aujourd‘hui, qu’il y a des pays qui ont un excès d’épargne et qui prêtent cette épargne à des pays qui dépensent plus qu’ils gagnent. Est-ce que cela signifie que des pays sont plutôt « fourmi », les pays créanciers, et que d’autres sont plutôt « cigales » et s’endettent ? Pas forcément. Il faut bien comprendre qu’un déséquilibre financier n’est pas forcément une mauvaise chose. Cela peut simplement traduire le fait que l’on cherche à se développer. Lorsqu’on est un pays pauvre et qu’on se développe, on va devoir, à un moment, emprunter de l’argent. Si on se développe bien, on peut utiliser cet argent pour acheter des machines, puis l’achat de ces machines donc l’accumulation de capital va permettre d’être plus productif. Une fois que l’on sera riche, on pourra rembourser ses créanciers. C’est généralement une entreprise qui investit : pour un pays, cela peut être pareil. Cela ne veut pas dire que tous les déséquilibres sont bons, mais en soi un déséquilibre financier, l’endettement d’un pays n’est pas forcément quelque chose de néfaste. On observe même que la plupart des pays d’Asie sont tout sauf des pays « cigales », or ils ont eu, notamment dans les années 80, des déficits commerciaux et ils se sont endettés auprès des pays riches.

Que se passe-t-il lorsqu’un pays s’endette plus qu’il ne faut ?
Certains pays se sont beaucoup endettés sur les marchés internationaux et n’ont pas profité de cet argent pour développer l’industrie du pays. Par exemple concernant la Grèce, un pays qui s’endette beaucoup, on pourrait dire de façon caricaturale que l’Etat, ne parvenant pas à prélever suffisamment d’impôts, a utilisé une partie de l’endettement pour payer les dépenses courantes et pour payer les fonctionnaires. Evidemment, si vous vous endettez et que vous n’utilisez pas cet endettement pour développer votre économie, vous allez avoir des difficultés à rembourser. C’est en partie ce qui explique les difficultés que l’on a rencontrées pour un pays comme la Grèce. C’est toute la difficulté du créancier vis-à-vis de son débiteur. Prêter de l’argent à une entreprise, si elle a un bon projet, c’est une très bonne chose et l’entreprise pourra vraisemblablement rembourser si son investissement porte ses fruits. Mais si vous prêtez à quelqu’un qui utilise cet argent pour partir en vacances, il aura forcément des difficultés, à terme, à honorer ses engagements.

Ces flux d’argent entre pays correspondent-ils vraiment aux besoins de développement ?
Dans les années 2000, on a observé au niveau international qu’il y avait un excès d’épargne, principalement dans les régions d’Asie du Sud-Est, dans les pays producteurs de pétrole et, dans une moindre mesure, au Nord de l’Europe. Cette épargne a financé les besoins de financement que l’on a observés, principalement en Europe du Sud et surtout aux Etats-Unis.
Pourquoi les Etats-Unis ont un besoin d’épargne aussi important ? Principalement parce que, depuis à peu près 25 ans, le taux d’épargne des ménages américains, qui était déjà structurellement assez bas, a baissé dans des proportions très spectaculaires. Il faut savoir que le taux d’épargne des ménages américains à la veille de la crise des subprimes en 2008 représente moins de 2% de leur revenu. A cette époque, en Europe occidentale, le taux d’épargne des ménages est de l’ordre de 15%. Le paradoxe est que, dans les années 90, on a cherché à promouvoir et à développer les marchés financiers, et bien sûr cela a permis des flux d’épargne au niveau international. Je le répète, je pense que c’est quelque chose de très positif. On aurait pu s’attendre à ce que ces flux partent plutôt des pays riches où les besoins d’épargne sont aujourd’hui relativement faibles, parce qu’on est riche et qu’on a déjà cumulé beaucoup de capital, qu’on a des entreprises développées  donc nos besoins en développement et en épargne sont relativement faibles. Et qu’ils financent des projets d’investissement dans des pays qui cherchent à se développer, donc plutôt des pays pauvres ou des pays en voie de développement. Or c’est exactement l’inverse qui s’est produit. Ce qui s’est produit, de façon un peu schématique, c’est que l’épargne des pays en développement a financé des besoins d’épargne de pays riches, et notamment des Etats-Unis.

Comment a été utilisée cette épargne aux Etats-Unis ?
Dans un premier temps, un agent aux Etats-Unis qui a des besoins d’épargne importants, c’est l’Etat américain. Une grande partie de l’épargne chinoise a été investie dans des bons du trésor américain, donc elle a servi à financer des besoins de financement de l’Etat américain. Mais l’excès d’épargne chinois était encore supérieur donc les besoins de l’Etat n’ont pas suffi à absorber toute l’épargne mondiale. On a donc vraisemblablement utilisé une partie de l’épargne pour de l’investissement, par exemple dans des actions. Vraisemblablement qu’une partie de l’épargne mondiale a alimenté l’apparition de la bulle financière qui est survenue dans les années 2000 aux Etats-Unis. Les financiers du système financier américain, qui est très performant, voyant arriver au niveau national de l’épargne en provenance de la Chine ou des pays producteurs de pétrole, ont cherché de nouveaux moyens d’utiliser cette épargne. Les besoins de financement des agents traditionnels américains étaient satisfaits, puisque les agents traditionnels qui empruntent de l’argent n’avaient pas des besoins si importants que cela. Donc le système financier américain a cherché des agents nouveaux auxquels, d’habitude, ils ne prêtaient pas pour utiliser cet excès d’épargne qui refluait de Chine. En ce sens, on a essayé de mettre en place un certain nombre d’innovations financières pour financer des gens à qui on ne prêtait pas d’habitude. Ces agents sont justement des ménages américains plutôt non solvables, plutôt pas très riches, à qui généralement on ne prêtait pas et à qui on a prêté : ce sont ces fameux crédits immobiliers « subprimes ».

N’a-t-on pas eu peur de prêter aux pauvres ?
Bien évidemment, on a essayé de se prémunir contre le risque de ces agents peu solvables. Cela a été le travail de l’ingénierie financière de trouver de nouveaux dispositifs, de nouveaux montages financiers que l’on a vu apparaître à cette époque aux Etats-Unis, que l’on a appelé la titrisation des créances immobilières, la structuration des créances. Toute une série de dispositifs ont été mis en place pour essayer de réduire au maximum le risque consistant à prêter de l’argent à des agents dont on sait qu’ils sont peu solvables. On sait qu’ils sont peu solvables mais on va trouver des dispositifs un peu élaborés pour diversifier ce risque, on va « titriser », on va « structurer » et cela va permettre de leur prêter en réduisant au maximum le risque. On a vraiment cru qu’on pouvait utiliser cet excès d’épargne mondiale pour financer des besoins immobiliers de ménages plutôt défavorisés.

Les pays avec de l’excédent d’épargne n’ont-ils pas besoin de cet argent ?
Par exemple, un pays comme le Katar, qui a racheté le PSG, passe son temps à racheter de beaux hôtels sur la Côte d’Azur. Il a un excès d’épargne qui est investi pour acheter des clubs de foot. Si l’on prend la péninsule arabique dans son ensemble, c’est un concours à celui qui fera le plus grand gratte-ciel, des pistes de ski dans le désert à 50°C. Cela fait de beaux matchs pour le PSG, mais c’est quand même un emploi de l’épargne dont on peut craindre qu’il soit, finalement, peu productif. La péninsule arabique est une région très instable, qui a vraisemblablement des besoins de développement économique, et qui aurait besoin de se développer de façon beaucoup plus importante. L’une des solutions que l’on pourrait trouver à l’excédent d’épargne actuel, principalement l’excédent qui découle des excédents pétroliers, serait de recentrer cette épargne davantage sur des développements locaux. Il y a des besoins en éducation qui sont importants, des besoins en infrastructure… donc cette épargne devrait servir davantage à développer ces besoins. Mais cela implique aussi, incontestablement, de développer le système financier, y compris bancaire, de ces régions. Si vous voulez favoriser le développement économique de ces régions, il faudra sans doute mettre en place des structures financières dans ces régions. On l’a observé pour la Chine : très vraisemblablement, ce qui fait que la Chine a un grand excédent commercial est que les ménages chinois cherchent des produits financiers plutôt sûrs pour leur épargne, et que le système chinois n’est pas suffisamment développé pour apporter ces produits d’épargne plutôt sûrs. Finalement, les ménages chinois préfèrent que leur épargne soit placée dans des titres européens ou américains dont ils jugent la sécurité totale, enfin supérieure à que ce que peut leur proposer leur propre marché financier.

Pourquoi le secteur financier dans ces pays reste-t-il si peu développé ?
Il n’est pas forcément question de corruption, il est plutôt question de développement d’un secteur spécifique qui est le secteur financier. En Europe, si vous avez de l’épargne, que vous voulez la faire fructifier et que vous êtes un ménage, vous avez toute une série de produits financiers qui se proposent à vous, du plus tranquille, certes peu rémunéré mais de type livret A, qui vous couvre contre le risque inflationniste et qui protège votre épargne contre l’inflation courante à des produits plus élaborés, aux actions ou aux assurances vie. Tous ces produits permettent à l’épargne des ménages européens d’être placée au niveau national parce que le système financier est là, il est développé et il propose des produits plutôt sûrs. Ces produits n’ont pas encore d’équivalent dans certains pays en voie de développement, et c’est pour cette raison que les ménages de ces pays-là cherchent à placer leur épargne en assurance-vie américaine. C’est aussi cela qui est responsable des déséquilibres financiers dont on parle depuis tout à l’heure.

VIDEO 3 : Les déséquilibres commerciaux européens

Que peut-on dire des déséquilibres commerciaux européens ?
Au niveau européen, on a observé des déséquilibres commerciaux importants avec, d’une part, l’Allemagne et les pays scandinaves qui ont dégagé des excédents commerciaux importants, notamment à partir de 2000, et l’Europe du Sud, l’Espagne, l’Italie, la Grèce, mais aussi l’Irlande, qui avaient plutôt des déficits commerciaux qui traduisaient un besoin d’épargne.
Qu’est-ce qui explique l’excédent d’épargne de l’Allemagne ? On invoque généralement deux causes. La première cause est vraisemblablement démographique avec, dans les années 2000, des babyboomers qui deviennent des papyboomers et qui constituent une épargne de précaution pour assurer un complément à la retraite qu’ils vont pouvoir toucher grâce au système de retraite.

 Qu’est-ce qui explique l’augmentation de l’épargne en Allemagne ?
A été mis en place, au début des années 2000 en Allemagne, ce que l’on a appelé les lois « Hartz ». L’objectif était sans doute de générer un peu d’austérité salariale pour rendre le pays plus compétitif. Cela s’est traduit, et on le voit très bien dans les comptes nationaux allemands, par le fait que les salaires ont baissé et les profits ont un peu augmenté. L’austérité salariale mise en place en Allemagne s’est traduite par un transfert de revenus des salaires des ménages vers les profits des entreprises. On sait très bien, au niveau comptable, que les profits sont davantage épargnés que les salaires, et donc lorsque vous transférez des revenus salariaux vers des profits, vous allez induire une augmentation du taux d’épargne national. C’est un autre facteur qui explique que le taux d’épargne en Allemagne a augmenté durant les années 2000.

 Qu’en est-il des pays qui n’ont pas augmenté leur épargne ?
A l’opposé, on a constaté, dans les pays du Sud, des besoins d’épargne très importants qui se sont traduits par des déficits commerciaux. Ce qui s’est passé, c’est qu’une grande partie de l’épargne du Nord de l’Europe est allé financer ces besoins de financement du Sud de l’Europe.

Peut-on voir la crise grecque de l’été 2015 au travers de cette optique ?
C’est une conséquence de ce que l’on vient d’expliquer. D’un côté, un pays comme la Grèce, qui est un pays du Sud qui a un besoin d’épargne, s’est endetté auprès du Nord de l’Europe. De l’autre côté, des créanciers allemands qui essaient de défendre leurs intérêts, et donc de récupérer l’argent qu’ils ont prêté à la Grèce. La situation est sans doute difficile à résoudre, peut-être aussi parce qu’à la fois l’Allemagne voudrait que la Grèce devienne comme elle un pays qui puisse dégager des excédents commerciaux pour pouvoir rembourser ses dettes, mais en même temps elle refuse de baisser son propre excédent.

VIDEO 4 : Les sources d’excès d’épargne en Asie

Pourquoi ces pays épargnent-ils autant ?
L’explication donnée à cet excès d’épargne dépend des zones concernées. Pour les pays producteurs de pétrole, c’est principalement la hausse du prix du baril de pétrole dans les années 2000. Pour la Chine, comme pour un certain nombre d’autres pays d’Asie, mais on va se concentrer sur la Chine qui est le pays le plus important de par sa taille. Il y a une vaste littérature pour essayer de comprendre les raisons qui poussaient les agents chinois à des volumes d’épargne aussi importants. Une des premières raisons est vraisemblablement le traumatisme de la crise financière de 1997-1998 pour les pays d’Asie. Cette crise financière est un peu lointaine, mais il faut se souvenir que c’était une crise de très grande ampleur et qu’elle a révélé qu’à l’époque, des pays comme la Chine ou la Corée avaient des déficits d’épargne et qu’ils empruntaient sur les marchés financiers l’épargne qui venait des Etats-Unis et d’Europe. Cette épargne était prêtée par les pays riches plutôt à court terme. Suite à un mouvement de méfiance, ces pays riches ont décidé, du jour au lendemain, de « couper les robinets » à ces pays-là. Donc ces pays qui avaient l’habitude de s’endetter pour financer leur développement n’ont plus trouvé les liquidités sur les marchés financiers. Ils en ont retenu, comme conclusion, que bénéficier du marché financier et de l’épargne venant des pays riches pour se développer est très positif mais aussi très risqué en cas de mouvement de panique. Ils ont retenu que, finalement, conserver une indépendance financière était peut-être préférable. Cela se traduit par le dégagement d’excédents d’épargne, d’excédents commerciaux. C’est pour cela qu’ils sont passés d’une position de besoin d’épargne à une position d’excès d’épargne.

Y a-t-il d’autres explications spécifiques pour la Chine ?

La politique de l’enfant unique, qui a visé à empêcher les familles d’avoir plus d’un enfant, a des conséquences importantes sur le comportement d’épargne.
En théorie du développement, on dit généralement qu’avoir beaucoup d’enfants quand est pauvre est un bon moyen de s’assurer pour ses « vieux jours », comme une bonne assurance retraite. Plus on a d’enfants, plus on peut espérer qu’un de ses enfants réussisse. Par exemple Esther Duflot, qui travaille beaucoup sur ces questions, dit qu’en Inde, le rêve de toute famille est qu’un enfant devienne fonctionnaire pour qu’il puisse subvenir aux besoins des parents pour leurs vieux jours. Donc, vraisemblablement, le fait de forcer les gens à n’avoir qu’un seul enfant les empêche de mettre en place ce dispositif assurantiel, et cela pousse les parents à constituer de l’épargne pour préparer les vieux jours.
Une deuxième conséquence assez dramatique est qu’avec la politique de l’enfant unique en Chine, les parents veulent des garçons. Un déséquilibre très spectaculaire est donc apparu entre le nombre de garçons et le nombre de filles. Force est de constater qu’aujourd’hui, il y a beaucoup plus de garçons que de filles. Cela implique, d’une certaine manière, l’apparition d’un « marché du mariage » (expression que je n’aime pas du tout employer) où les garçons se font concurrence pour essayer de trouver une femme, parce qu’il n’y a pas suffisamment de femmes par rapport aux garçons. Cela a poussé un certain nombre de familles à constituer des dots pour essayer de marier leurs garçons. Cela peut expliquer que les parents épargnent plus pour permettre à leurs garçons de se marier.

Existe-t-il une autre explication ?

Une raison peut-être plus fondamentale qui explique les taux d’épargne chinois importants est le fait qu’avec le développement économique en Chine, on assiste à l’apparition, dans les zones urbaines chinoises, d’une classe moyenne relativement riche, développée. Mais les dispositifs d’assurance sociale qu’on connaît, par exemple en Europe, ne sont pas encore développés : il n’y a pas de système de santé et d’assurance sociale comme en Europe, il n’y a pas de système de retraite suffisamment développé. Tout cela a bien évidemment poussé les ménages à constituer une épargne de précaution pour faire face à un imprévu, à une maladie ou pour préparer leur retraite.


2 réflexions au sujet de « Les grands déséquilibres mondiaux – Lire l’interview »

  1. Ping : Qualité efficiente de la commande publique | SorbonnEco

  2. Ping : Quels sont les enjeux de la commande publique ? | SorbonnEco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *