La croissance des firmes, Lire l’Interview

Par Angelo Secchi

Contact :  angelo.secchi@univ-paris1.fr
Page personnelle

Revenir au billet principal
_______________________

VIDEO 1 : LA CROISSANCE DES FIRMES

Pourquoi s’intéresse-t-on à la croissance des firmes ?
Il faut considérer la croissance des firmes comme une mesure de performance. L’idée est d’étudier et d’opérer sur les causes de la croissance des firmes, de voir pourquoi certaines firmes croissent plus que les autres, et donc d’étudier par exemple quel est l’effet des politiques qui incitent à l’innovation. Y a-t-il d’autres interventions, par exemple sur la structure propriétaire des firmes, qui ont des effets sur les dynamiques de croissance ? Est-ce que, par exemple, l’idée d’avoir des firmes à structure propriétaire familiale est une bonne chose pour la croissance ? Est-ce qu’avoir une structure plutôt concentrée sur de petites firmes flexibles est une bonne idée en termes de croissance ? Ces aspects sont, pour moi, plus importants que de concentrer les efforts sur les firmes qui sont déjà des firmes à succès.

Comment peut-on comprendre la croissance des firmes ?
Il est très important d’étudier la structure du taux de croissance des firmes françaises, c’est-à-dire la structure de la distribution du taux de croissance des firmes en France. On peut envisager deux modèles de description du taux de croissance des firmes manufacturières.
Dans le premier, il y a un taux de croissance moyen des firmes françaises, et une hétérogénéité autour de ces taux de croissance typiques qui n’est pas très élevée. On n’observera jamais de firmes qui croissent à des taux complètement différents des taux typiques. Pour clarifier cette idée, on peut penser à la hauteur chez les êtres humains : la hauteur moyenne d’une femme ou d’un homme en France est entre 1m70 et 1m75, et il est impossible de trouver quelqu’un dont la hauteur est deux ou trois fois plus élevée, ou moins élevée, que la hauteur moyenne.
Il y a un modèle alternatif dans lequel on a encore un taux de croissance moyen des firmes françaises, mais où il est plus probable d’observer des taux de croissance deux, trois ou quatre fois plus élevés, ou plus bas, que la croissance typique. Ce modèle-là, découvert par la recherche en économie, est plus approprié à la description du taux de croissance des firmes manufacturières en France.

Existe-t-il des moyens simples pour décrire la croissance des entreprises ?
On peut le faire si l’on accepte l’idée d’une description un peu simple du marché, et si l’on accepte l’idée selon laquelle le marché est un endroit dans lequel il y a des opportunités d’affaire, avec des firmes en concurrence les unes avec les autres pour s’approprier ces opportunités d’affaire. Il faut aussi accepter l’hypothèse que ces opportunités d’affaire sont bonnes ou mauvaises, mais que les firmes ne savent pas si elles sont bonnes ou mauvaises à l’avance.

Quel est le lien entre la croissance des firmes et les opportunités d’affaire ?
Je voudrais proposer une description du marché comprenant un ensemble d’opportunités d’affaires et un ensemble de firmes qui sont en concurrence pour capturer ces opportunités d’affaires. Qu’ai-je en tête lorsque je parle d’opportunités d’affaire ? Il s’agit par exemple de l’ouverture d’un nouveau marché, ou du lancement d’un nouveau produit. Une caractéristique très importante est que les firmes ne savent pas, à l’avance, si cette opportunité d’affaire est bonne ou mauvaise. Lorsqu’on lance un nouveau produit, on ne sait pas si le produit va être un succès. Les modalités selon lesquelles les firmes capturent ces opportunités d’affaires sont la clé pour comprendre si le premier modèle de description du taux de croissance, avec une croissance typique et peu de variabilité autour, est approprié pour décrire la réalité. Si l’on accepte l’idée qu’il est plus probable que des firmes ayant déjà capturé des opportunités d’affaire en capturent de nouvelles, on va générer une structure de taux de croissance des firmes qui est plus proche de ce que l’on observe en réalité.

VIDEO 2 : LA MODELISATION DE LA CROISSANCE DES FIRMES

Que cherche-t-on à expliquer avec ce genre de modèle ?
L’idée est d’avoir un modèle dans lequel un mécanisme est capable de générer un cercle vertueux, c’est-à-dire un processus qui s’autoalimente en termes d’argent investi, par exemple en recherche et développement ou dans d’autres fonctions de la firme. Une fois que ce cercle démarre, il va automatiquement générer des opportunités d’affaire qui vont faire croître la firme.

Ce cercle vertueux peut-il être stoppé ?
C’est une bonne question, et c’est l’un des aspects les plus importants de la modélisation théorique de ces problèmes. Ce type de cercles a une date limite au-delà de laquelle le cercle va s’interrompre. Les effets positifs d’une innovation, par exemple pour une firme pharmaceutique, ont une durée limitée, donc si un nouveau cercle ne démarre pas ensuite, tout le processus sera arrêté.

Que peut-on tirer de ces modèles de la croissance des firmes ?
Le message le plus important est qu’il ne faut pas considérer que des taux de croissance très particuliers, très élevés ou très bas, ne sont pas probables. Ils sont probables, certaines firmes vont avoir des croissances incroyables, et il faut considérer ce type de réponses des firmes dans la projection des politiques industrielles.

En période de crise, trouve-t-on la même diversité de la croissance des firmes ?
Les statistiques montrent que, même dans une phase de crise économique très forte comme aujourd’hui, dans une économie comme celle de la France, des secteurs souffrent mais d’autres grandissent, ne subissant apparemment pas les effets de la crise économique. Même dans les secteurs qui souffrent de la crise économique, il est très facile de trouver des firmes qui croissent très rapidement et qui sont très dynamiques dans l’économie.

Ce modèle peut-il être utilisé pour comprendre la crise grecque ?
C’est une question très difficile. La réponse simple serait non, mais j’ai en tête une utilisation possible de cette approche pour étudier la croissance des firmes en Grèce. Il serait très intéressant de voir si, dans un pays qui est dans une difficulté extrême par rapport à son système industriel et manufacturier, on retrouve les mêmes propriétés statistiques de la croissance des firmes. Il est vrai qu’il y a des différences énormes, mais la même structure statistique de la croissance des firmes caractérise des pays extrêmement différents comme l’Italie, l’Espagne et la France. Il serait donc très intéressant de voir si un pays en grande difficulté manifeste les mêmes propriétés, en regardant si la structure de l’économie grecque aujourd’hui est, du point de vue structurel, différent de la France, de l’Italie ou de l’Allemagne.

VIDEO 3 : La croissance typique vs. la croissance exceptionnelle

Qu’est-ce qu’une croissance typique ?
Pour comprendre la signification de la croissance typique, il faut considérer le mot « typique ». Dans un secteur donné, par exemple le secteur pharmaceutique, la croissance typique est le taux de croissance qui caractérise le plus probablement les firmes de ce secteur. Ce n’est pas un mot technique, c’est un mot de langue française qui signifie « le plus probable ». Bien évidemment, il y a des différences très marquées entre la croissance typique dans une phase de crise et dans une phase de croissance économique très rapide. Mais, encore une fois, pour la construction de politiques industrielles efficaces, ce n’est pas la croissance typique qui est importante – c’est facile de l’identifier et de considérer les effets de la croissance –, ce qu’il faut savoir c’est comment les firmes vont se distribuer autour de la croissance typique. C’est le plus important pour savoir si une politique publique a un effet par rapport à un autre effet.

Ces modèles permettent-ils de comprendre pourquoi certaines firmes croissent plus rapidement que d’autres ?
Dans l’absolu, la réponse est non. Mais beaucoup de bons indicateurs permettent de prévoir si une firme aura du succès dans le futur proche. On sait que les firmes qui croissent le plus sont les plus innovantes et les plus exposées à la compétition internationale, parce que sur les marchés internationaux il faut être compétitif, il faut être efficace dans l’organisation du travail. Il y a aussi des effets indirects car l’exposition à la compétition internationale donne aussi la possibilité d’apprendre les modalités d’organisation des firmes des pays plus développés, donne la possibilité par exemple d’employer des personnes arrivant de pays culturellement différents. C’est normalement un élément de succès pour les firmes.

 


1 réflexion sur « La croissance des firmes, Lire l’Interview »

  1. Ping : La croissance des firmes | SorbonnEco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.