Faut-il réformer le système de retraite ? Lire l’interview

par Elena Stancanelli

Contact : elena.stancanelli@univ-paris1.fr
Page personnelle

Revenir au billet principal
_______________________

Vidéo  1 : Le départ à la retraite des couples

Est-ce que le choix de départ à la retraite est une décision individuelle ou collective ?
Les individus en fin de carrière et qui ont travaillé toute leur vie regardent leurs contributions avant leurs départs à la retraite, afin de partir avec le taux plein. Donc le choix de départ à la retraite est individuel.
Mais la majorité de la population est en couple, plus de 70% de la population. Donc, un choix fait par l’individu peut avoir un effet sur l’offre de travail de son conjoint, sachant que 8 couples sur 10, en France, sont des couples biactifs, et que très souvent le mari est plus âgé que la femme. Quand le mari prend sa retraite, la femme est encore au travail, et très souvent elle n’a pas son taux plein. Donc du point de vue financier, ce n’est pas intéressant pour elle de prendre sa retraite en même temps que son mari.

Que veut direêtre un couple biactif ?
Le mot biactif définit les couples où les deux conjoints sont actifs sur le marché du travail. Cela représente plus ou moins 80% des couples en France. Les couples où la femme est au foyer sont appelés monoactifs.

Quelle est la particularité d’une prise décision dans un couple biactif ?
Dans la littérature économique, beaucoup de chercheurs, surtout aux Etats-Unis, sont parvenus à la conclusion que les biactifs partent à la retraite ensemble. Il s’agit là d’une hypothèse que je ne peux pas confirmer pour la France, car au contraire, il semble qu’en France, le conjoint le plus âgé, donc souvent l’homme, prend sa retraite en premier et c’est seulement quelques années plus tard que la femme va le rejoindre. La différence d’âge moyenne dans les couples en France est de 2 ans et demi, et le système de retraite est un système de retraite individuel, donc si une femme, qui est la plus jeune dans le couple, part à la retraite en même temps que son mari, elle partira avant son taux plein ce qui n’est pas dans son intérêt. Donc soit la littérature américaine doit être révisée pour tenir compte du fait qu’aujourd’hui beaucoup de couples sont biactifs, soit le système de pensions aux Etats-Unis est différent du système de pensions en France.

Pourquoi cette différence entre la France et les Etats-Unis ?
En France, presque la totalité des pensions sont des pensions publiques. Nous n’avons pas de pensions privées, de fonds de pensions complémentaires privés où les couples contribuent ensemble. Aux Etats-Unis, il y a beaucoup plus de retraites privées, donc les individus en couple peuvent avoir un fonds de retraite commun. De plus, aux Etats-Unis, on a aussi le droit, même dans le cas de pensions publiques, à une pension pour les conjoints, donc il n’y a pas qu’une pension individuelle. Donc, si la femme y perd en termes de taux plein, elle peut faire un petit calcul pour savoir si ce qu’elle perd en termes de taux de plein va pouvoir être compensé en termes de pension qu’elle va toucher par le biais de son mari. Ces questions ont été encore très peu exploitées. Dans le cas de la France, mes conclusions se basent sur des données qui ne permettent pas vraiment de voir le moment du départ à la retraite, on peut seulement observer si les deux conjoints sont en même temps retraités ou non.

Faudrait-il donner plus de flexibilité aux individus concernant le choix de départ en retraite ?
Donner plus de flexibilité aux individus concernant le choix du départ à la retraite, ou accompagner davantage les individus dans leurs retraites, réformer le système de retraite au niveau du couple est une option qui paraît très compliquée. Il est tout à fait envisageable de donner la possibilité aux couples qui le souhaitent de partir à la retraite ensemble. Mais dans un contexte où l’on veut que les gens continuent à travailler le plus possible, il n’est pas envisageable de permettre aux femmes dont le conjoint est déjà à la retraite de partir à la retraite anticipée. Donc les solutions ne sont pas évidentes. Les coûts de départs anticipés pour les femmes seraient très importants, et en ce moment toutes les politiques publiques vont dans la direction opposée. On pourrait éventuellement envisager de permettre au mari de rester au travail plus longtemps s’il le souhaite, mais cela ne paraît pas non plus très envisageable. Concernant la réforme des retraites, la seule solution qui semble envisageable est de permettre aux couples de contribuer ensemble à un fonds de retraite commun, de façon à amortir les coûts en termes de perte de droits à la retraite pour le conjoint le plus jeune si le couple décide de partir ensemble. Donc penser à des fonds de retraites communs dans lequel les couples peuvent cotiser ensemble. Les retraites complémentaires sont toujours individualisées, donc on pourrait avoir des retraites complémentaires « ensemble ». Certains couples doivent déjà le faire par des investissements dans le secteur immobilier ou dans des assurances-vie où ils contribuent ensemble. Là aussi c’est un domaine dans lequel on sait très peu de choses.

 Vidéo 2 : Les effets économiques des départs à la retraite

Comment les seniors s’adaptent-ils aux départs en retraite de leurs conjoints ?Selon mes estimations, la femme réduit d’environ deux heures par semaine son offre d’emploi lorsque le mari part en retraite. Mais mes estimations sont tirées d’une base de données en coupe, nous ne disposons pas d’informations exactes sur le moment du départ à la retraite pour le conjoint. Dans les bases administratives de la sécurité sociale, on connaît le moment où les individus partent à la retraite et s’ils ont le taux plein ou pas, mais ne nous savons pas qu’elle est la situation de leurs conjoints car les données administratives sont construites d’une façon individuelle et non au niveau du couple. Donc si l’on regarde les données administratives, on ne trouvera pas les réponses. On est obligé de travailler avec des bases de données qui ont été collectées pour d’autres buts. Une fois que l’on nettoie les « effets fixes » du couple (chaque couple a des caractéristiques inobservées que l’on peut contrôler), on observe les réductions d’heures de travail de la femme lorsque le mari part à la retraite, et c’est un effet symétrique : si les femmes partent à la retraite avant leurs maris, j’observe aussi une petite réduction d’environ deux heures par semaine de l’offre de travail.

Qu’est-ce qu’un « effet fixe couple » ?
Les « effets fixes couples » peuvent être contrôlés, par exemple pour le genre d’emploi du mari et de la femme. Les effets fixes couples peuvent être le contrôle de la différence d’âge entre deux conjoints, c’est-à-dire qu’une fois que l’on compare les effets fixes du couple, on va pouvoir tirer des conclusions valables pour la population du couple. On peut alors un peu contrôler que chaque couple est différent et qu’il y a de l’hétérogénéité individuelle.

Qu’est-ce que les effets dits « inobservables »?
Pour donner un exemple, dans un couple il y a certaines caractéristiques telles que le niveau de cohésion du couple que l’on ne peut pas directement mesurer. Un couple qui a très envie de passer beaucoup de temps ensemble, ce que l’on appelle le temps de complémentarité dans le temps de loisirs du couple, en termes économiques, peut varier énormément d’un couple à l’autre. Il s’agit des préférences des individus en couple mais elles ne sont pas « observables ». Elles peuvent en revanche avoir un effet très important sur le comportement d’offre de travail. Donc, dans un couple dont la préférence est d’avoir du temps de loisirs ensemble, on s’attendrait à observer un départ à la retraite plus proche du conjoint. Dans les couples où les deux conjoints sont très indépendants, on pourrait s’attendre à ce que le mari prenne sa retraite avant et la femme après. Mais ce n’est pas du tout ce que l’on observe. Lorsqu’on observe ces effets fixes inobservables avec des méthodes économétriques, on trouve qu’en moyenne les individus en France ne partent pas ensemble à la retraite, il y a toujours un petit décalage d’où les effets sur les heures travaillées qui vont être réduites.

Comment un départ à la retraite pèse-t-il sur la vie de souple des seniors ?
Pour les couples, est-ce plus rentable de partir ensemble ? Du point de vue économique, ce n’est pas évident, du fait que la retraite est individualisée. Du point de vue de la satisfaction personnelle, cela pourrait être très important de partir à la retraite ensemble. On a toujours cette idée que les gens en couple ont envie d’être ensemble et qu’ils font le maximum pour passer le plus possible de temps ensemble. Est-ce que cette idée est fondée pour les couples de seniors ? C’est une question difficile. Par contre est-ce-que le fait de partir à la retraite, même pour le mari, donc pour la personne la plus âgée dans le couple, est vraiment un choix ou est-ce un conditionnement du fait des règles de la pension qui font percevoir son taux plein ? C’est une autre question. Est-ce que les individus sont heureux au moment de partir à la retraite ? En tant qu’économiste, on ne s’intéresse pas vraiment au bonheur des gens, ce qui nous intéresse ce sont les coûts du malheur. Quelqu’un de très malheureux peut tomber malade. Cela peut avoir des coûts très importants, surtout pour les séniors. On a même des études qui documentent une augmentation du taux de mortalité.

Est-ce que le temps de loisirs pousse le conjoint actif à prendre sa retraite de façon anticipée ?
Est-ce-que l’envie de passer du temps de loisirs avec son conjoint peut conduire quelqu’un à partir à la retraite avant son taux plein ? Dans mes études je ne trouve pas ce genre d’effet. Dans la littérature économique, les chercheurs américains nous enseignent que les effets du temps de loisirs ensemble sont très importants et qu’ils peuvent déterminer le départ ensemble de deux conjoints dans un couple, ce qui n’est pas le cas en France.

Qu’est-ce que vos recherches nous apprennent sur le comportement des couples des seniors près de la retraite?
On peut s’étonner de mon résultat concernant le fait qu’il y ait une réduction des heures de travail d’environ de deux heures hebdomadaires pour les individus en couple lorsque leur conjoint part à la retraite, et que cet effet soit de la même importance pour les hommes et pour les femmes. Jusqu’à maintenant, on ne s’était jamais posé cette question. Toutes les études sur les départs à la retraite des conjoints ont été orientées sur les départs à la retraite ensemble. Il n’y a pas d’étude, à ma connaissance, qui regarde la possibilité de réduire ses heures de travail pour ajuster son emploi du temps à celui de son conjoint qui ne travaille plus.

Vidéo  3 : Les effets déstabilisants de la retraite

Pourquoi la retraite est-elle déstabilisante ?
Le départ à la retraite a un effet déstabilisant. Pourquoi ? Peut-être faudrait-il faire plus d’accompagnement des retraités, il faudrait que les gens qui arrêtent de travailler ne se retrouvent pas tout seul à domicile, à devoir s’improviser des occupations. Dans d’autres études, j’utilise des bases de données collectées sur l’emploi du temps des individus. On observe, lorsqu’on fait remplir à l’individu un cahier journalier où il raconte ce qu’il fait tout au long d’une journée, ce que font les retraités. Comme on ne travaille plus, on a au moins 7 à 8 heures par jour de disponible où il faut faire quelque chose. Habituellement les hommes s’investissent dans la production domestique et dans le temps de loisirs.

Comment un départ à la retraite pèse-t-il sur la vie de couple des seniors ?
Dans mes travaux, je montre que le passage à la retraite a un effet négatif sur la vie de couple. Au moment du passage à la retraite, les chances de séparation du couple augmentent d’une façon significative, même si seulement un tout petit pourcentage de couples âgés se séparent après 60 ans. Les départs à la retraite ont un effet déstabilisant sur le couple. À nouveau, il y a beaucoup de questions auxquelles on ne peut pas vraiment répondre à partir des données dont nous disposons. Mais certains éléments nous donnent envie d’aller plus loin, d’avoir des bases de données plus complètes. Ces questions ont une importance énorme du point de vue du coût pour la société, pour l’individu et pour le couple. Si le fait de partir à la retraite peut rendre les gens malheureux au point d’en arriver à une séparation, ou même à un décès, peut-être faudrait-il changer le système de retraite. Il faut laisser plus de choix aux individus, il faut permettre aux couples de partir ensemble s’ils en ont envie et il faut permettre aux seniors de continuer à être actifs même au-delà de leurs emplois.

Comment est occupé le temps qui se libère pour les retraités ?
On peut être surpris car, finalement, très peu de temps est passé ensemble par le couple, seulement 1 petite heure sur environ 7 ou 8 heures qui sont libérées par l’emploi. 2 ou 3 heures sont investies dans la production domestique c’est-à-dire que les hommes vont faire par exemple des courses, du bricolage, du jardinage, et 3 heures sont passées en temps de loisirs, ce qui peut inclure de faire une promenade, regarder la télévision, lire un livre. Sur les 8 heures qui sont libérées, seulement 1 heure est passée ensemble par le couple. Est-ce qu’une heure supplémentaire est quelque chose de très important, ou est-ce-que cela représente très peu ? Est-ce-que tout cela veut dire qu’il faut du temps aux individus pour reconstruire leurs vies ensemble car ils n’ont plus l’habitude de passer tellement de temps ensemble, ou sommes-nous dans une société où nous avons des comportements individualistes ? Soit on n’a plus envie de passer toute une journée ensemble avec son conjoint, soit il y a un problème dans les bases de données qui ne nous permettent pas de capturer ce moment de vie ensemble. Dans ce cas, ce sont peut-être d’autres données qu’il faut regarder.

Quelles sont les conséquences économiques des décisions prises par les séniors sur leur emploi du temps?
Le fait que les personnes âgées produisent beaucoup plus eux-mêmes peut avoir des conséquences qui ne seront pas très positives sur la croissance. Comme la proportion de personnes âgées dans la société est plutôt importante, si les personnes qui sont parties à la retraites consomment moins pour produire plus par elles-mêmes, cela a évidemment des conséquences économiques. Je ne vois pas trop les enjeux économiques en termes de loisirs, sauf si ce sont des loisirs payants, mais là on a très peu de données. On en trouve un peu en termes de garde d’enfants. Aux Etats-Unis apparemment, les retraités font beaucoup de gardes de leurs petits-enfants, peut-être beaucoup plus que dans d’autres pays où le système de garde d’enfants est institutionnalisé et public comme en France. Il y a une possibilité de substitution de la consommation privée par une production de service au sein du ménage, qui se développe au moment du passage à la retraite, et par des activités de bénévolat car les personnes âgés peuvent s’investir dans des activités de bénévolat.

Comment les différences entre hommes et femmes pendant leur vie active se manifestent-t-elles sur les pensions ?
La différence de salaire homme/femme est bien documentée. Le peu de données disponibles semble indiquer qu’au niveau des pensions, la différence entre les hommes et les femmes est encore plus importante. Dans la base de données dont je dispose, il n’y a pas le niveau des pensions des individus, donc je ne peux pas voir si les femmes touchent moins que les hommes.
En ce qui concerne les interruptions de carrière, toutes les réformes effectuées en France sont allées dans la direction opposée. Il y avait, dans le passé, un crédit, c’est-à-dire que les femmes qui avaient des enfants obtenaient une sorte de bonus de cotisations retraites. Le fait d’avoir eu des enfants donnait un peu de cotisations retraite en plus. Des réformes ont aboli ce système de bonus pour les enfants, donc on est allé dans la direction opposée. Maintenant, dans le système de retraite français, toutes les périodes de chômage, de maternité ou de congés parental donnent lieu à une couverture du dispositif de contributions de retraite.

Est-ce que cette réduction du temps de travail féminin existe aussi chez les hommes ?
Je peux faire le lien avec une étude récente de Dominique Goux, Eric Maurin,et Barbara Petrongolo. Ils ont étudié ce qui se passe dans les couples lorsqu’un des deux conjoints est employé dans une entreprise qui pratique les 35 heures. Ils montrent que le mari ajuste ses heures de travail en diminuant un tout petit peu ses heures de travail lorsque la femme est dans une entreprise qui pratique les 35 heures, alors qu’il n’y a pas de symétrie, la femme n’ajuste pas ses heures de travail lorsque le mari est dans une entreprise qui pratique les 35 heures. Donc ils se demandent si cela peut être dû au fait que les femmes n’ont pas assez de flexibilité dans leurs emplois, qu’elles ont moins de possibilité de réduire leur temps de travail, même si elles le souhaitent. Ce qui est intéressant, c’est qu’au contraire, pour les couples de séniors, les effets sont symétriques. Lorsqu’un des deux conjoints part à la retraite, il y a une petite réduction des heures de travail, et la taille de cette réduction, environ deux heures par semaine, est la même pour l’homme ou la femme qui est touché par le départ à la retraite de son conjoint. Pourquoi ? Est-ce parce que les individus en fin de carrière ont plus de « pouvoir », de possibilités de réduire leurs temps de travail ? Il reste des questions ouvertes sur lesquelles je vais continuer à travailler, donc je ne peux pas répondre pour le moment. Il reste encore beaucoup de questions ouvertes concernant les conséquences du fait qu’il n’y a pas de départ simultané à la retraite des deux conjoints. Quelles sont les conséquences économiques ? Quelles seraient les éventuelles réformes à proposer ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.