Le chômage dans le contexte français, Lire l’interview

Par André Zylberberg

Contact : andre.zylberberg@univ-paris1.fr
Page personnelle

Revenir au billet principal
________________________

Vidéo 1 : Le chômage dans le contexte français

Quelles sont les principales causes du chômage en France ?

Je privilégierais deux causes principales pour expliquer le chômage. La première cause est le coût du travail, tout simplement parce que le chômage est un déséquilibre, c’est-à-dire que l’offre, le nombre de personnes qui veulent travailler est plus grand que le nombre d’emplois offerts par les entreprises. C’est ce qu’on appelle un déséquilibre sur le marché du travail, et la première variable à laquelle doit penser un économiste est que le prix ne s’ajuste pas. Donc, s’il y a du chômage, cela signifie que le coût du travail est trop fort, tout du moins pour une certaine catégorie de personnel. C’est la première explication.
La deuxième explication que je privilégierais est ce qu’on appelle la protection des emplois, c’est-à-dire toute la législation autour des procédures d’embauche, des procédures de licenciement, de la manière dont sont conçus les contrats, leur succession, qui font que pour un employeur il est plus ou moins facile de se séparer de ses salariés. Si la protection de l’emploi est mal conçue, évidemment l’employeur va vivre dans une grande insécurité juridique, et l’insécurité juridique va le conduire à se restreindre sur les embauches.

Est-ce que la solution réside dans l’allègement du code du travail ?

La question est typiquement française. Effectivement on a un code du travail qui est beaucoup plus compliqué que dans un certain nombre de pays comme par exemple le Danemark ou la Suisse. Pour aller à l’essentiel, je crois que le problème de la protection de l’emploi en France vient principalement de la définition de ce qu’on appelle « le licenciement économique ». Le licenciement économique en France doit être justifié par une cause « réelle et sérieuse ». Ces deux mots qui ont l’air très simple pour nous sont extrêmement compliqués pour les juges. Pour un juge, « réel et sérieux », c’est tellement flou que l’employeur se trouve toujours sous le coup d’une jurisprudence très compliquée, et en particulier la Cour de cassation a décidé qu’un licenciement économique était justifié seulement s’il préservait la compétitivité et non s’il l’améliorait. Nous sommes dans un distinguo juridique extrêmement complexe qu’aucun économiste, en réalité, n’est capable de trancher, encore moins un juge. Et pourtant, on vit dans ce régime-là, et ce régime fait qu’il y a une insécurité juridique considérable en France. Cette insécurité juridique peut se manifester par des procédures très longues, des obligations parfois de réembauche après des mois et des mois de procédure, et cette insécurité juridique est un vrai frein à l’embauche des travailleurs.

Est-ce qu’une politique dite de « dérégulation » est efficace ?

Une autre politique qu’on développe aussi pour la création de l’emploi et la baisse du chômage, ce sont les politiques dites « de dérégulation » du marché du travail. Là il faut être précis : cela vise essentiellement les règlementations contre l’ouverture des magasins le dimanche ou l’extension du travail de nuit, ainsi que l’accès à certaines professions dites « réglementées » (les pharmaciens, les notaires, voire les coiffeurs, les auto-écoles, etc.)
Sur ce type de questions, il y a pas mal d’études qui montrent qu’en gros, tout ce qui est « barrières à l’entrée», « barrières à la concurrence» sont plutôt défavorables à l’emploi. Si l’on ouvre ce genre de professions, si l’on dérèglemente un peu ces professions, on créera des emplois. Si l’on peut le faire, il faut le faire. Mais ce genre de politiques n’ont pas beaucoup d’effet en termes d’emplois créés, mais cela va dans le bon sens. Un point qui a été particulièrement bien étudié et qui a fait débat ces derniers temps est le travail du dimanche. L’extension du travail du dimanche pose un problème dans un certain nombre de pays, en Hollande, au Canada, aux Etats-Unis depuis déjà pas mal de temps, en Allemagne. Il y a eu un certain nombre d’études sur l’extension du travail du dimanche, et toutes vont dans le même sens, c’est-à-dire que ce type de politique conduit marginalement, mais pas forcément dans des proportions considérables, à des créations d’emploi.
Donc avant de discuter le pour et le contre, il faudrait – c’est l’un des problèmes des discussions sur les politiques économiques en France – avoir une certaine connaissance des évaluations, ce qui n’est pas le cas, et on fait d’ailleurs peu d’évaluation en France des politiques économiques qui sont mises en place. Sur la base de ces évaluations, on pourrait ensuite discuter : est-ce-que c’est une loi qui est applicable, qui est souhaitable ou pas ? Dans le cas des professions réglementées, du travail dominical et du travail de nuit, les études nous disent toutes que oui, cela a eu des effets positifs sur l’emploi.

Pourquoi est-ce si difficile d’anticiper une baisse du chômage ?

Que va-t-il se passer pour le chômage en France dans les 2 à 3 ans à venir ? Ce genre de question est très difficile, comme toute prévision en économie d’ailleurs. Le vrai économiste est un adepte de Pierre Back qui avait l’habitude de dire « que les prévisions sont d’autant plus difficiles qu’elles concernent l’avenir », on est vraiment dans cette problématique. Globalement, la politique française sur le front du chômage depuis 30 ans, quelle que soit la couleur politique, malgré l’alternance politique, c’est à peu près toujours la même c’est-à-dire pas de réformes profondes sur la manière dont fonctionne le marché du travail, pas de réformes profondes du coût du travail, de la manière dont se négocient les salaires, les conventions collectives entre les partenaires sociaux et le patronat. Il n’y a pas eu de vraies réformes de la formation professionnelle, etc. On est dans un modèle finalement assez « stationnaire », comme disent les économistes, qui va toujours produire les mêmes résultats. Cela ne veut pas dire qu’on n’aura pas de petites fluctuations, parce qu’il peut y avoir de bonnes surprises comme la baisse du pétrole, la baisse de l’euro, etc. qui va faire que cela va peut-être nous profiter. Mais structurellement, je pense que l’écart avec les autres pays qui ont mis en place les réformes dont je viens de parler, va se stabiliser, voire même va se creuser. Voici la prévision que l’on peut faire sur l’évolution du chômage dans les 2 à 3 ans à venir.

Vidéo 2 – Le rôle du coût de travail

Que veut-on dire par coût du travail élevé ?

 Le coût du travail est élevé mais il n’est pas élevé partout. La preuve en est qu’il y a des pays à faible taux de chômage et des pays à fort taux de chômage. La France fait partie des pays à fort taux de chômage, mais quand on regarde bien, qui est au chômage ? Concernant la France, mais c’est aussi vrai pour un certain nombre de pays qui ont un taux de chômage élevé, c’est qu’il y a peu de chômage parmi la population des 25-55 ans qui ont d’un niveau de formation correct voire élevé, voire moyen. Par contre le chômage va essentiellement toucher des populations plutôt jeunes, plutôt pas qualifiées, et c’est sur ces populations-là que le coût du travail va avoir une importance. Tout simplement parce que si ces populations-là ont une productivité relativement faible, et s’il y a un coût du travail plus fort que la productivité, évidemment vous n’allez pas embaucher ces personnes-là. C’est le problème principal pour la population non qualifiée en France.

Qu’est-ce qu’on inclut dans le coût du travail ?

C’est la somme de deux éléments, pour simplifier.  Il y a le salaire direct, qui va directement dans la poche du salarié, et les charges sociales. On a l’habitude de séparer les charges patronales et les charges salariales, mais en fait c’est une distinction qui n’a pas grand sens économique. Parce que l’ensemble des charges sont prélevées sur la valeur ajoutée de l’entreprise. Or en France, on a des charges sociales globalement très élevées. Certes, ces charges sociales servent à financer un certain nombre de dépenses, mais avant de servir à financer ces dépenses, elles représentent un coût pour l’entreprise. Donc si l’on veut faire baisser le coût de travail sans toucher au salaire direct qui va aller dans la poche du salarié, et qui va donc constituer son pouvoir d’achat, on doit avoir une politique de baisse de charges sociales. C’est la situation en France, et c’est ce qui s’est passé en France depuis environ 25-30 ans. De manière très régulière, on baisse les charges sociales, et toutes les évaluations dont on dispose montrent que c’est une politique relativement efficace.

Faut-il  baisser les charges sociales pour réduire le chômage ?

Le débat sur la baisse des charges sociales doit être également précisé, parce que baisser les charges sociales sur l’ensemble des salaires, sur le salaire médian ou au-delà du salaire médian n’a pas grand sens. Tout simplement parce que le taux de chômage de ces populations-là est faible, donc cela n’aura aucune influence. Cela va se répercuter dans le salaire direct et va éventuellement augmenter les personnes, mais cela n’aura pas d’effet sur leurs emplois. Par contre, si l’on a une politique de baisse de charges sociales au niveau des plus bas salaires, et en particulier au niveau du SMIC, cela devient très efficace au contraire. Ce que montrent les évaluations en la matière, en France et dans un certain nombre d’autres pays, c’est que baisser les charges sociales, donc baisser le coût du travail pour les personnes les moins qualifiées donc celles qui ont la plus faible productivité, a un effet direct sur leur niveau d’emploi.

Peut-on améliorer le SMIC en France ?

On peut se poser la question de l’utilité du SMIC dans ce cas précis. C’est une vraie question, et il ne faut oublier qu’un certain nombre de pays n’ont pas de salaire minimum, y compris les pays du Nord qui sont pourtant des pays où la protection sociale est forte et le pouvoir d’achat relativement élevé. Simplement ils ont des procédures de négociations salariales qui sont différentes des nôtres, souvent les salaires sont négociés par des syndicats dans des branches et l’on s’accorde sur des minimas particuliers selon les secteurs, selon les régions, selon les branches. C’est une possibilité. D’autres pays ont des salaires minimaux qui sont spécifiques à l’âge, il s’agit par exemple des salaires minimums pour les jeunes, pour les moins jeunes, pour les plus vieux, etc. En France, cette expérience n’a jamais marché, donc le salaire minimum jeune n’a jamais été instauré. On peut avoir aussi des SMIC régionaux, cela existe dans certains pays. La France se distingue par le fait que l’on a un SMIC totalement universel, élevé du point de vue des standards internationaux. Le coût du travail est élevé et universel que vous soyez jeunes, vieux, que vous habitiez l’Alsace ou la région PACA. C’est peut-être là qu’il y a une éventuelle marge de manœuvre en France, en modulant le salaire minimum selon les critères que je viens d’évoquer.

Quelles seraient les politiques les plus prometteuses pour réduire le chômage en France ?

Si l’on veut que le niveau du chômage baisse en France, en fonction des analyses que je viens d’évoquer, il faut jouer sur le coût du travail et sur les procédures de protection de l’emploi. Concernant le coût du travail on peut aller soit vers des SMIC plus modulés que ce qui existe à l’heure actuelle, soit, si l’on est attaché à notre SMIC universel, continuer une politique de baisse de charges afin de faire baisser le coût du salaire minimum autant que possible. Cette politique a des effets assez efficaces. La deuxième réforme qui me semble possible est la réforme de la protection de l’emploi. Là aussi, on doit essayer d’aller vers un système qui essaie de sécuriser davantage les parcours professionnels que les emplois existants. Cela signifie assouplir la rigidité du contrat de travail, en particulier les procédures complexes liées à la définition du licenciement économique, et aller vers une plus grande sécurisation des parcours professionnels. C’est-à-dire que quelqu’un qui serait au chômage serait mieux accompagné, mieux formé, pour mieux l’aider qu’actuellement à retourner vers l’emploi.

Vidéo 3 : Le partage du travail

Partager le travail, est-ce une solution ?

Une politique qui a été souvent plébiscitée en France, et pas qu’en France, est la politique dite du « partage du travail ». L’idée est très simple. Cela consiste à dire qu’il y a un nombre fixe d’emplois, et que pour qu’il y ait moins de chômeurs, il suffit de se partager ces emplois. C’était l’idée à la base des 35 heures. Mais cette idée est fausse du point de vue théorique, et également du point de vue empirique.
D’un point de vue théorique, elle est fausse parce que l’idée que l’on a un nombre fixe d’emplois dans une économie est erronée. Tous les jours, en France, 10 000 emplois sont créés et 10 000 emplois disparaissent. Les emplois peuvent être créés ou détruits très rapidement. De ce point de vue, dire que l’on va se partager un nombre fixe d’emplois ne tient pas la route.
D’un point de vue empirique, un certain nombre d’études sur les expériences du partage du travail, essentiellement par la baisse de la durée légale du travail comme le passage aux 35 heures en France (il y a eu la même chose au Canada et en Allemagne), montrent qu’en soi la baisse légale de la durée du travail n’a eu aucun effet sur l’emploi.

Pourquoi le partage du travail n’a aucun effet sur l’emploi ?

Lorsque je dis qu’il n’y a aucun effet sur l’emploi, je parle du partage du travail c’est-à-dire de la baisse de la durée légale du travail en soi, indépendamment de toutes formes de politique économique. Dans ce cas-là, effectivement, cela n’a pas d’effet sur l’emploi. Mais souvent, ce genre de politiques du partage du travail ne sont pas « pures », c’est-à-dire qu’elles sont accompagnées par d’autres ingrédients. Par exemple, en France, les 35 heures ont été accompagnées de baisse de charges. Les baisses de charges n’étaient pas là par hasard, les pouvoirs publics avaient parfaitement conscience qu’en faisant 35 heures payées 39, on allait alourdir le coût du travail donc il fallut faire baisser les charges. Si l’on examine objectivement ces politiques-là, on voit que c’est plutôt la politique de baisse de charges qui a limité les dégâts en termes d’emplois, mais que l’on ne peut pas attribuer la stabilité, voire la création d’emplois, à la baisse de la durée légale du travail en soi.

Quel aurait été l’impact de la mise en place des 35 heures sans baisse des charges ?

Si on avait eu une politique consistant à faire que l’on fasse les 35 heures payés 39 et que l’on soit arrêté là, cela aurait simplement voulu dire que l’on augmente le coût du travail d’environ 10%. Je ne connais aucune étude qui dit qu’augmenter le coût du travail de 10% va créer des emplois. Toutes nos connaissances en économie dans ce domaine-là, nous disent qu’en général ce genre de politique va avoir pour effet de détruire des emplois de substituer l’homme à la machine etc. etc. Donc, ces politiques ont, essentiellement, un effet sur le coût du travail et il faut à un moment ou un autre, contrebalancer cet excès du coût du travail par une autre politique ; et c’est ce qui s’est passé en France on a contrebalancer par une baisse des charges sociales pour revenir à un niveau à peu près neutre en termes du coût du travail.

A qui profite la baisse des charges ?

La politique de baisse de charges au niveau du salaire minimum n’a pas ou n’aurait pas d’effets évidents sur le pouvoir d’achat. Le SMIC net qui rentre dans la poche du salarié n’est pas modifié. En revanche le coût du travail de l’entreprise va être abaissé par la baisse des cotisations sociales, ce qui va avoir un effet global sur l’emploi.
Est-ce que cela peut avoir un effet sur la croissance ? C’est un sujet beaucoup plus général, que la baisse des charges. On dit souvent que dès que l’on aura de la croissance, des emplois seront créés. Pour les économistes, cela ne veut pas dire grand-chose. La croissance et l’emploi sont deux variables déterminées en même temps, c’est-à-dire que si vous faites une politique qui est favorable à l’embauche, à l’ouverture des entreprises, vous aurez à la fois de la croissance et de l’emploi. Si vous faite une politique très restrictive dans ces domaines-là, vous n’aurez ni croissance, ni emplois. Donc attendre la croissance pour avoir des emplois, cela peut être vrai de manière très marginale, c’est-à-dire que vous pouvez profiter de la conjoncture extérieure par un petite relance de vos exportations, mais vous ne comblerez pas l’écart entre vous et vos principaux partenaires commerciaux.

Ne faut-il pas abaisser l’âge de la retraite pour faire baisser le chômage des jeunes ?

Une politique parfois évoquée pour faire baisser le chômage, en particulier le chômage des jeunes, consisterait à retirer de la population active « les vieux » pour faire de la place pour les jeunes. C’est une politique qui fait partie des politiques du partage du travail. Aucune étude empirique ne donne un début de validité à cette thèse. Toutes les études sur ce sujet montrent même le contraire, c’est-à-dire que les pays où le taux d’emploi est élevé sont également des pays où le taux d’emploi des jeunes est élevé, donc cela va de pair. Cela va de pair pour des raisons relativement simples, c’est qu’on oublie que l’économie, avant d’être des flux financiers, des jeunes et des vieux, etc., c’est d’abord une grande machine. La mécanique qui va créer la richesse d’un pays et qui va donner du travail à ses habitants, c’est tout simplement le nombre de gens qui sont en train de travailler. Si vous n’avez pas trop de monde en train  de travailler, ces personnes doivent quand même subvenir aux besoins de l’ensemble de la population. Donc, pour qu’un pays soit riche et crée des emplois, il faut faire en sorte qu’un maximum de gens puissent être en emploi. C’est plutôt cet aspect mécanique de l’économie qui fait en sorte que, si vous employez des séniors, vous allez créer de l’activité, vous allez créer de la richesse. Cette richesse va permettre d’embaucher d’autres personnes, et en particulier des jeunes qui cherchent du travail, et ce n’est pas en supprimant des emplois pour les séniors que l’on va créer des emplois pour les jeunes.

Vidéo 4 : Les emplois aidés

Est-ce que les « emplois aidés » peuvent contribuer à faire baisser le chômage?

La politique des emplois aidés est une politique ancienne en France, ainsi que dans un certain nombre d’autres pays. Elle consiste à dire qu’il y a des gens aux chômages, essentiellement des jeunes, qu’on va mettre temporairement dans des emplois aidés par l’Etat. On va faire baisser leur coût du travail de manière assez considérable. Il y a eu énormément d’études qui ont été réalisées sur les emplois aidés, aussi bien en France qu’à l’étranger. Elles convergent toutes vers un résultat relativement simple : les emplois aidés dans le secteur non-marchand n’ont à peu près aucune influence sur le devenir futur des gens. Au bout d’un certain temps, une fois que cet emploi aidé s’est achevé, la personne se retrouve à peu près à égalité avec les personnes qui ont simplement été au chômage et qui ont cherché un emploi pendant ce temps-là. Certaines études disent que cela peut même être pire pour eux, dans le sens où ils ont une espèce de « stigmatisation » du fait d’avoir été dans ces emplois qui ne sont pas forcément bien vus par les employeurs. En revanche, les emplois aidés directement dans le secteur marchand ont plutôt, du point de vue des études empiriques, un effet positif, c’est-à-dire que ces emplois aident à retrouver des emplois réguliers dans le secteur marchand.

Faut-il conserver la politique des emplois aidés ?

Un grand nombre de pays ont abandonné ce genre de politique, y compris les pays du Nord ont cessé d’investir massivement dans les emplois aidés dans le secteur non-marchand. La France, de son côté, continue à créer beaucoup d’emplois aidés dans le secteur non-marchand, parce que c’est une politique simple, facile, et qui a un effet à peu près immédiat sur les statistiques. Donc on fait baisser, par forcément de manière innovante mais significativement, le chômage avec ce genre de politique, mais évidemment quelques années plus tard on retrouve ces personnes au chômage ne serait-ce que dans le déficit de nos finances publiques.

Quels sont les alternatives aux emplois aidés ?

L’idéal serait de privilégier une politique d’aide pour les emplois dans le secteur marchand. Cela existe déjà avec l’apprentissage, et toutes les évaluations que l’on a de ce point de vue-là sont également positives. On a des évaluations sur la France, sur l’Allemagne, sur des pays qui développent l’apprentissage. En France, on a fait pas mal de progrès sur l’apprentissage, mais on est encore loin des pays qui ont développé ce système de manière très importante. On a encore énormément de marge de manœuvre par rapport à l’Autriche, la Suisse ou l’Allemagne. Donc une politique qui viserait à l’efficacité du retour vers l’emploi des populations défavorisées consisterait plutôt à transférer tous les fonds qui sont mis dans les emplois aidés dans le secteur non-marchand vers une politique beaucoup plus forte à destination de l’apprentissage et de la formation en général.

Pourquoi le secteur marchand est-il plus favorable au retour à l’emploi ?

Pourquoi les emplois dans le secteur marchand donnent plus de chances de retourner vers des emplois non aidés, des emplois réguliers comme on dit, que les emplois dans le secteur non-marchand ? La réponse qu’on donne habituellement, je crois qu’elle est vraie, est que ce sont des emplois où vous êtes directement dans une situation de travail, dans une entreprise et où vous voyez tout de suite ce qu’est le monde du travail. Vous êtes formés pour cela, et lorsque vous terminez votre parcours professionnel, vous connaissez le « monde de l’entreprise ». Ce qui n’est pas le cas pour le secteur non-marchand, à tort ou à raison. Le secteur non-marchand est vu par un grand nombre d’employeurs comme un endroit où l’on ne va pas vraiment apprendre ce qu’est le milieu de travail, où l’on va faire des tâches routinières, pas très utiles, où l’on ne va pas apprendre « l’esprit d’entreprise », etc. Cela stigmatise ceux qui sont dans ce genre d’emplois. Donc on va dépenser beaucoup d’argent pour une efficacité relativement faible, alors qu’on ferait mieux de transférer ces fonds vers des emplois aidés qui ont de l’efficacité, à savoir l’apprentissage et les emplois aidés dans le secteur marchand en général.


1 réflexion sur « Le chômage dans le contexte français, Lire l’interview »

  1. Ping : Le chômage dans le contexte français | SorbonnEco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.