Subventionner les énergies renouvelables ou taxer les énergies non-renouvelables ? Lire l’interview

Par Antoine d’Autume

Contact : dautume@univ-paris1.fr
Page personnelle

Revenir au billet principal
_____________________

Quels sont les outils économiques pour mener la transition énergétique ?

Comme toujours il y a des sanctions d’un côté et des incitations positives de l’autre. Du côté des sanctions, il y a la taxe carbone mise en place de plusieurs façons. Ce n’est pas forcément une taxe, cela peut être des marchés de permis d’émission. C’est reconnaître qu’il y a un coût supplémentaire, le coût climatique, qui n’est pas pris en compte de façon spontanée par les agents économiques et les entreprises, et le leur faire payer. C’est punitif. Bien sûr, il y a un rendement de l’autre côté, ce sont les gains en matière d’environnement et de climat que l’on aura. Il y a un deuxième grand instrument qui, on le comprend bien, est le plus populaire : ce sont les subventions. Au lieu de taxer ce qui n’est pas bon, on subventionne ce qui est bon, donc on subventionne les énergies renouvelables. Spontanément tout le monde préfère cela, sauf qu’évidemment l’économiste va appeler à réfléchir un peu plus profondément aux avantages et aux inconvénients de ces deux méthodes car elles ne sont pas équivalentes. La première chose qui vient à l’idée, mais qui n’est probablement pas la plus importante, c’est que les subventions ont un coût, et qu’il va falloir trouver de l’argent pour les financer. Dans la conjoncture actuelle, ce n’est pas facile. Tandis que la taxe, au contraire, a un rendement. Elle n’est pas faite pour ça mais elle procure des fonds à l’Etat, c’est ce que l’on appelle un double dividende qui peut servir à diminuer d’autres taxes et qui fournit des moyens de financement à la puissance publique.

La politique énergétique doit-elle taxer ou subventionner ?

Cette question apporte des réponses qui doivent être clarifiées car elles ne vont pas de soi. Entre taxer ce qui est mauvais et subventionner ce qui est bon, selon les cas on peut se dire qu’il vaut mieux faire la deuxième chose, il vaut mieux être positif et pas punitif. Mais ce n’est pas si simple car il y a des questions de coûts, et il y a aussi des arguments plus forts. L’analyse économique dit qu’en réalité, il vaut mieux taxer les énergies polluantes que subventionner les énergies non polluantes. Cela n’est pas du tout équivalent et l’argument est finalement simple à comprendre. Si l’on subventionne les énergies non-polluantes, évidemment on va avoir un effet d’aubaine, un trop fort encouragement à consommer de l’énergie, on aura finalement un équilibre dans notre consommation qui ne sera pas satisfaisant. Tandis que si l’on taxe les énergies polluantes, on va exactement là où se trouve le problème, c’est donc une meilleure réponse.

Comment faut-il faire pour mettre en place ce dispositif ?

La première chose est sans doute de taxer les secteurs polluants. Si l’on veut subventionner les secteurs non-polluants, en fait il faudrait aussi subventionner tous les secteurs de consommation pour ne pas déplacer les équilibres de manière illogiques. Donc si l’on se contente de subventionner seulement les énergies non-polluantes, les modèles montrent que l’on obtient moins de résultats que si l’on taxe directement l’énergie polluante. Donc il faudrait subventionner beaucoup de choses, et pour des raisons un peu plus difficiles à comprendre, il faudrait finalement taxer le travail pour ne pas donner trop d’incitation à produire plus dans les autres secteurs lorsque l’on subventionne. On a tendance à dire que cela revient plus ou moins au même, que vous avez une fraction, le prix du renouvelable par rapport au prix du non-renouvelable, et que soit vous augmentez le prix du non-renouvelable soit vous baissez le prix du renouvelable et que cela va revenir au même. Et bien cela n’est pas du tout exact.

Quels sont les arguments pour subventionner les énergies renouvelables ?

Il y a des arguments très forts « pour », mais qui sont à un autre niveau : ce sont les effets d’apprentissage. Très consciemment,  depuis longtemps, on s’est dit qu’il faut acquérir des connaissances, être capable d’être bien meilleur en production de panneaux solaires, en matière d’éolien. La puissance publique peut contribuer à cela en soutenant tout cet effort pour aller vers les énergies renouvelables. Et c’est vrai qu’il y a eu des gains de coûts importants. Ceci dit, tout ne s’est pas passé aussi bien qu’on l’aurait voulu parce qu’on vit dans un monde ouvert. On disait au début qu’il fallait qu’on développe chez nous une industrie de panneaux solaires, et ça a été presque abandonné. Tout vient de Chine maintenant.

Pourquoi les entreprises ne font-elles pas elles-mêmes ces investissements ?

Pourquoi les entreprises, qui sont assez grandes, assez solides pour faire des investissements qui seront rentables 10 ans ou 15 ans après, ne font-elles pas ces investissements ? On a des réponses. Parce que nous sommes dans un environnement très mouvant, c’est difficile, plus risqué qu’ailleurs, de faire des prévisions. C’est certain que l’Etat doit jouer un rôle, mais comme on le dit souvent, cela devrait être un rôle en amont, au niveau de la recherche, un rôle de coordination. Ce n’est pas évident que c’est à lui de financer cela. En tout cas, il faut se préoccuper des coûts.

*   *   *

VIDEO 2 : GESTION ET POLITIQUE DES ENERGIES RENOUVELABLES

Qu’est-ce qu’une énergie renouvelable ?

Les énergies renouvelables sont des énergies qui, premièrement, peuvent être permanentes tandis que les énergies fossiles que l’on utilise sont en voie d’épuisement. Indépendamment du changement climatique, c’est un problème de pénurie qui se présente, dans assez longtemps mais quand même. Deuxièmement, les énergies fossiles sont, comme tout le monde le sait, à l’origine d’émissions de gaz à effets de serre qui contribuent au réchauffement climatique, tandis que les autres énergies y échappent, donc de ce point de vue-là elles sont très nécessaires.

Le problème de ces énergies, que soit l’éolien, le solaire, l’hydraulique, est qu’elles sont difficilement à la mesure des besoins d’énergie que l’on a développés, et auxquels on s’est habitués. Donc il faut une recherche très importante pour progresser dans l’utilisation de ces énergies.

Pourquoi les énergies renouvelables sont-elles si peu utilisées ?

Les coûts de production d’électricité à partir de ces énergies renouvelables ont baissé, au moins de moitié depuis une quinzaine d’années. On a beaucoup acquis de connaissances techniques. Mais elles restent nettement plus chères que les moyens traditionnels qu’étaient le gaz, le charbon et les énergies fossiles plus généralement.

Il y a un type d’énergie particulier qui est le nucléaire. Le nucléaire n’est sans doute pas une énergie renouvelable, mais il présente l’avantage de ne pas créer d’émissions, en revanche il présente d’autres dangers que l’on a du mal à évaluer, ce qui fait qu’on aimerait un jour pouvoir s’en passer. Mais, dans un pays comme la France qui a fait le choix du nucléaire, c’est difficile à imaginer à brève échéance.

Les énergies renouvelables sont-elles une alternative économiquement réaliste ?

Concernant les énergies renouvelables, on apprend beaucoup aujourd’hui, on sait les produire moins cher, mais malgré tout, pour le solaire, la France n’est pas merveilleusement dotée par rapport à d’autres pays. Il y a des inconvénients liés au fait que ce sont des énergies intermittentes, c’est-à-dire qu’elles ne sont pas disponibles quand on veut, et si l’on caricature un peu, elles sont disponibles lorsqu’on n’en a pas besoin, c’est-à-dire que l’on va pouvoir faire de l’électricité lorsqu’il fait très beau alors qu’on n’a pas besoin de se chauffer. Cela veut dire, et je le souligne, qu’il faut faire attention lorsqu’on compare de manière brute les coûts respectifs des uns et des autres. Le coût d’une énergie intermittente doit être augmenté d’une certaine marge de précaution parce qu’on sait qu’on ne pourra pas toujours l’utiliser.

Peut-on parler de politique énergétique aujourd’hui ?

Cette politique énergétique existe, elle existe depuis longtemps. Elle était là, au départ, pour des soucis d’indépendance énergétique. Maintenant, depuis au moins 20 ans, elle est là pour des raisons climatiques. C’est vraiment très présent dans les objectifs des autorités en charge de notre politique énergétique. Cette politique énergétique doit viser à modifier les comportements des agents économiques, c’est-à-dire des ménages et des entreprises. Il faut être plus économe en utilisation d’énergie, être moins énergivore, notamment en utilisant moins les ressources les plus polluantes. Pour cela il faut envoyer une incitation aux agents, un « signal prix » comme on dit. C’est ce qui est derrière l’idée de mettre en place un prix du carbone, ou bien une taxe carbone, de faire payer aux agents économiques le coût de production. Lorsqu’on produit des gains, il y a tous les coûts en travail, en matière première que chaque chef d’entreprise connaît et qu’il prend en compte. Mais il y a aussi des coûts qu’il ne prend pas en compte parce que ce sont des coûts diffus, des coûts externes, les « externalités » comme on dit. Et si on ne le force pas à les prendre en compte, il n’en tiendra pas compte. Donc, il faut mettre en place un prix du carbone, et que ce prix du carbone entre dans les calculs économiques. Les chefs d’entreprise peuvent très bien comprendre qu’il faut prendre en compte tous les coûts pour évaluer la réalité d’une opération économique.

Comment fonctionne la taxe carbone ?

Comment peut-on faire payer ce prix du carbone ? Soit c’est une taxe : selon les émissions, on mesure les émissions et on fait payer en fonction cette taxe. Ça s’est fait en France comme dans beaucoup de pays mais cela n’a pas eu beaucoup de succès. Malheureusement, notre expérience a été un peu ratée et c’est bien embêtant.

On avait eu, premièrement, une « contribution climat énergie » qui avait été assez bien définie et qui portait sur les ménages. On a essayé de la mettre en place en 2010. Elle consistait à faire payer une taxe carbone pour la consommation d’énergie par les ménages. Le dispositif était complexe puisqu’on redistribuait le gain de la taxe pour que cela soit neutre en moyenne. Le jeu avait été d’expliquer aux agents que, même s’ils ont l’impression qu’on prend d’une main ce que l’on redonne de l’autre, et bien parce qu’on ne prend pas de la même façon qu’on redonne (on redonne de manière mécanique tandis qu’on prend de manière très incitative), cela pouvait avoir un effet. C’était une bonne mesure qui était tarifée à un niveau assez bas, et qui malheureusement a été censurée par le Conseil constitutionnel avec une argumentation, je dois dire, un peu difficile à suivre par un économiste. Finalement elle a disparu.

Peut-on envisager d’autres politiques énergétiques ?

Une autre politique, qui elle concerne les entreprises et qui a été mise en place au niveau européen, est le marché de permis d’émission. A priori, pour un économiste, une taxe ou un marché de permis, cela revient au même. Si vous voulez émettre, en contrepartie soit vous payez une taxe, soit vous achetez des permis, et les deux sont plus ou moins équivalents. Ce marché a été mis en place depuis au moins une dizaine d’années au niveau européen, et il fonctionne. Il fonctionne en principe, parce que toute la question est de savoir le nombre de permis, la quantité de permis mise sur le marché par les autorités. Si l’on en met trop, le prix s’écroule. Ce prix du carbone a beaucoup bougé, et le marché n’a pas tout à fait atteint ses objectifs, mais c’est quelque chose qui fonctionne, on s’y est habitué. La difficulté est de doser la quantité d’émissions que l’on souhaite assurer, dans un compromis entre les restrictions dans un but climatique et le fait de ne pas trop peser sur l’activité économique.

*   *   *

VIDEO 3 : POLITIQUE ENERGETIQUE NATIONALE VS EUROPEENNE

 

Pourquoi faut-il autant de temps pour conduire la transition énergétique ?

La lutte contre le réchauffement climatique est inévitable. Je crois qu’il n’y a pas beaucoup de scientifiques qui contestent l’idée selon laquelle on est entrés dans une phase de danger pour l’humanité, en particulier pour une certaine partie de cette humanité, et qu’il faut agir, mais que l’action prend du temps. Il faut mener des politiques climatiques déterminées. La question est de savoir quelle est la meilleure façon de faire. La transition énergétique consiste à diminuer la part des énergies fossiles sur laquelle s’est basé le développement économique depuis longtemps, et le remplacer autant que faire se peut par des énergies renouvelables qui n’ont pas les mêmes conséquences climatiques, mais qui aujourd’hui sont beaucoup plus chères. Donc il faut trouver la meilleure façon de le faire.

Comment sont évaluées ces politiques énergétiques ?

Il y a beaucoup de travaux économiques qui essaient d’évaluer ces politiques, y compris en termes financiers, bien que certains des bénéfices soient évidemment non monétaires. Mais on peut quand même, comme le font toujours les économistes, leur donner une évaluation économique. Le problème est donc de trouver le chemin qui va permettre d’avoir ce qu’on appelle en général la croissance, et plus généralement de maintenir un niveau de vie important. Premièrement, ne pas mettre en cause la croissance économique, trouver une croissance économique un peu différente. Deuxièmement il faut aussi se soucier de la répartition des gains entre les différentes couches de la population, et entre les différents pays de la planète. C’est une question très importante que rappellent tous les pays en voie de développement, et qu’ils rappelleront notamment lors de la conférence qui va bientôt se tenir à Paris. C’est évidemment l’un des enjeux. Donc on cherche une solution « efficace », comme dit l’économiste, et on cherche une solution aussi juste que possible.

Pourquoi l’Europe ne joue-t-elle pas un rôle moteur dans la politique énergétique ?

C’est une très bonne question. Le fait est que l’Europe a joué un rôle moteur au niveau mondial dans les politiques climatiques, on a affiché des objectifs et tout cela est très bien. C’est mieux pour avoir une concurrence franche et correcte entre les différents pays, parce qu’évidemment, si certains pays font une politique climatique, ils subissent un coût, et si d’autres ne le font pas, ils bénéficient des progrès qui sont effectués sur le plan climatique.

Pourquoi n’existe-t-il pas une taxe carbone européenne ?

Le problème, comme tout le monde le sait, est que la politique fiscale n’est pas du ressort de l’Union européenne mais reste nationale. C’est une difficulté importante, je pense que beaucoup de citoyens et d’économistes le regrettent. On a parlé d’harmonisation fiscale depuis la création de l’Europe et on n’a pas avancé autant qu’il le faudrait. Mais il est certain qu’envisager une taxe carbone européenne, pour l’instant, ce n’est pas possible. Et pour des raisons un peu subtiles, le marché des permis d’émissions s’est révélé plus facile à mettre en œuvre, c’était quelque chose de nouveau. Il faudrait l’unanimité des pays de l’Europe pour qu’on puisse avoir une taxe carbone commune, donc pour l’instant ce n’est pas à l’ordre du jour.

Quelle serait la meilleure utilisation des recettes d’une taxe carbone ?

Il faut bien voir que l’objet de la taxe n’est pas d’abord de prélever des ressources pour la communauté. Le premier objectif est de dissuader et d’orienter les choix des agents, et c’est pour cela que, dans la taxe carbone à la française, on pouvait redonner autrement l’argent et on avait souhaité afficher cela, que ce n’était pas une taxe faite pour collecter des ressources.

Néanmoins, c’est vrai que cela collecte des ressources, et quelques fois cela peut être utile, pas seulement pour des questions de déficit. Toutes les taxes ont des inconvénients, elles créent des distorsions et finalement freinent l’activité économique. Pourtant on est obligés d’en faire, donc il faut trouver celle qui la freine le moins. En France notamment, on utilise beaucoup de taxes sur le travail. Tout le système de protection sociale est basé sur des cotisations qui pèsent sur le travail et donc il y a une idée, qui est là depuis longtemps et que les écologistes soulignent souvent à juste titre, qui consiste à dire qu’il serait bien de pouvoir utiliser le produit de cette taxation écologique pour diminuer les taxes distorsives, donc faire moins de taxes sur le travail et faire plus de taxes sur la pollution. C’est une excellente idée.

La transition énergétique peut-elle apporter de la croissance ?

Est-ce qu’on aura une croissance supplémentaire ? Cela dépend par rapport à quoi. On peut se poser la question de manière conjoncturelle, c’est-à-dire qu’étant donné que nous sommes en crise, est-ce que cela va nous aider à sortir plus vite de la crise. En partie oui, bien sûr. Dans une politique keynésienne où l’on soutient l’activité, c’est mieux de le faire par des investissements. Et si on le fait par des investissements, cela présente aussi d’autres avantages. Lorsqu’on a besoin de faire une politique de relance, une politique environnementale peut très bien jouer un rôle. Mais à plus long terme, et de manière plus générale, l’objectif n’est pas tellement de chercher une croissance plus forte, mais de trouver une croissance qui, d’abord, assure l’emploi pour pratiquement tout le monde, et qui assure une augmentation des niveaux de vie. Là on se rend compte que le niveau de vie doit intégrer de nouvelles variables qui n’étaient pas prises en compte avant, et qui pourtant sont parfois lourdes de risques, peut-être moins en France mais beaucoup dans d’autres pays. L’objectif de la politique climatique n’est pas tellement d’avoir une croissance plus forte mais d’avoir une croissance plus efficace pour l’homme, finalement. C’est cela qu’il faut rechercher, et savoir si cela se traduira sur le taux de croissance est très difficile à dire. Cela dépendra de beaucoup de choix économiques de long terme, des agents, de combien ils veulent travailler, est-ce qu’ils veulent travailler moins, etc. Les interactions de ces choix avec les politiques climatiques sont très difficiles à voir, mais il y a des rapports. Est-ce que si l’on vivait dans un monde plus vert, on souhaiterait prendre plus de loisirs, est-ce qu’on accepterait de travailler moins ? Pour certains sans doute, pour d’autres pas. Donc il est très difficile de dire l’impact que cela aurait sur un taux de croissance tendanciel de long terme. Il est déterminé par beaucoup de facteurs qui sont très profonds et qui tiennent aux comportements des individus, qui peuvent changer et qui sont difficiles à prévoir.

La politique énergétique concerne-t-elle seulement la question climatique ?

Il est vrai que la politique énergétique ne concerne pas seulement la question climatique. C’est un grand vecteur très important, mais on sait bien qu’il y a des énergies polluantes, qu’il y a des énergies dangereuses, il y a des fuites dans les rivières, etc. Ce sont d’autres risques environnementaux que le risque climatique, et qui doivent être surveillés, d’abord par le règlement, pas tellement par les taxes. Il ne s’agit pas de taxer les gens qui polluent, il s’agit plutôt d’interdire les émanations qui peuvent être dangereuses pour la population. Donc le mécanisme n’est pas le même.

 Quelle est la particularité du risque climatique ?

Le risque climatique est plus diffus. Il n’interdit pas radicalement les émissions, parce que cela reviendrait à arrêter pratiquement l’économie. Il s’agit de les réduire, et les réduire là où cela coûte le moins cher à la communauté. Tandis que pour beaucoup d’autres risques environnementaux, on est plus proche de l’interdiction pure et simple.

Quels sont les secteurs les plus sensibles aux taxes carbones ?

Les secteurs qui perdraient sont ceux qui sont les plus énergivores, évidemment. Il ne faut pas penser seulement à l’industrie mais aussi au transport bien sûr, à la vie quotidienne et au chauffage domestique. Cela entraînerait une augmentation des coûts, des coûts de construction de logement si l’on veut être plus efficace énergétiquement. Cela entraîne une augmentation et tout le monde paie à proportion des émissions qu’on crée. C’est assez logique dans cette démarche qui consiste à prendre en compte les coûts réels de notre activité, même des coûts qui ne sont pas individuels, qui sont diffus mais qui concernent toute la population. L’industrie, évidemment, perdra parce que c’est coûteux, mais il faut espérer que leurs concurrents internationaux feront face aux mêmes coûts. Les activités comme par exemple le transport, le transport aérien etc. devront effectivement être renchéries. Est-ce que cela a du sens de faire voyager des produits agricoles en avion d’Afrique en France, où finalement on les rémunère peu là-bas et où le coût du transport représente une proportion importante du coût final ? Plus on prend en compte les coûts carbonés, moins nous devrions faire cela. Cela pourrait nous amener à changer notre manière de consommer.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.