Quel est le rôle économique des réseaux sociaux ? Lire l’interview

Par Margherita Comola

Contact : margherita.comola@univ-paris1.fr
Page personnelle

Revenir au billet principal
_____________________

Vidéo 1 : Les réseaux sociaux dans l’économie

Qu’est-ce que l’économie des réseaux ?
L’économie des réseaux sociaux est la partie de l’économie qui étudie les retombées économiques des réseaux sociaux, c’est-à-dire les liens interpersonnels entre les individus. La définition des liens dépend du contexte que l’on est en train d’étudier. Un lien peut être une relation d’amitié entre les gens, ou bien une participation financière si l’on étudie des industries, ou encore un lien de co-auteurs entre des chercheurs. Tout dépend du contexte que l’on est en train d’étudier.

Peut-on conceptualiser un réseau ?
Un réseau social est un graphique où les nodes (nœuds) sont les individus, et les relations entre eux sont comme des liens. Ces liens peuvent être définis en termes d’amitié, de collaboration, ou des liens de sang, de famille. La structure sociale de la communauté peut tout à fait être représentée par un graphique qui montre les connexions bilatérales entre deux personnes.

Pourquoi est-il important d’étudier les liens ?
La formation des liens à l’intérieur des réseaux est un sujet très important du point de vue de la recherche. Si l’on étudie les liens interpersonnels du type « amitié », on sait que l’on a une forte tendance à l’homophilie, c’est-à-dire qu’on a tendance à former des liens avec des personnes à caractéristiques similaires. On a beaucoup de liens avec des parents, des gens similaires au niveau de l’éducation. Ce sont les mêmes résultats que l’on trouve lorsqu’on parle de mariage. On sait que les gens similaires ont tendance à se marier, qu’ils soient similaires concernant des caractéristiques observables et souvent inobservables.

 Qu’est-ce qu’une caractéristique non-observable ?
Non-observable signifie non-observable pour l’économiste. Par exemple, un trait de caractère comme l’ouverture ou l’optimisme est une caractéristique individuelle qui, typiquement, n’apparaît pas dans les données, mais que nous savons que c’est très important pour la formation des liens. Deux personnes avec les mêmes approches de la vie, le même optimisme, auront tendance à se lier, même si nous ne le savons pas, parce que nous ne le voyons pas dans nos données.

Qu’est-ce qui rend l’étude des réseaux sociaux intéressante ?
Les réseaux sociaux sont des phénomènes très complexes. On essaie de les étudier du point de vue économique mais il n’y a pas que l’économie dans cela. Il y a beaucoup de règles sociales qui génèrent les réseaux. L’une des questions les plus intéressantes que les économistes se sont posées est de savoir si les individus sont stratégiques dans la formation des liens, c’est-à-dire « est-ce que je fais un lien avec toi parce que tu as des amis qui sont importants pour moi, et toi tu es le point d’accès à ces nouveaux amis ? » Je dirais que la réponse est non, c’est-à-dire que les gens sont très peu stratégiques au moment de former des liens sociaux, ils ont plutôt tendance à les former avec les individus qui sont plus proches d’eux, tout simplement, sans penser aux retours possibles en termes de contacts indirects.

Avez-vous un exemple d’appartenance à un réseau ?
Un très bon exemple est la recherche d’emploi. On sait depuis les années 60, grâce au travail des sociologues, que 60 % des emplois sont trouvés grâce à l’information transmise par des amis, ou par les amis des amis. Être au centre d’un réseau riche de contacts interpersonnels, de contacts humains, favorise donc l’emploi des gens qui sont au chômage. Entre un individu isolé et celui qui est au centre d’un réseau où beaucoup d’informations passent, il y a un évident gain monétaire.

Comment un réseau apporte-t-il un gain monétaire ?
Il y a certains contextes économiques où les externalités du réseau sont plutôt positives. C’est le cas de la transmission d’informations entre individus pour laquelle il est beaucoup mieux d’avoir plus d’amis. Il y a certains autres contextes où il est préférable de ne pas avoir trop de compétition sur des ressources limitées, alors il est mieux d’avoir moins de liens, moins de relations informelles.

Vidéo 2 : L’influence des liens sociaux sur le comportement des individus

Comment les réseaux influencent-ils le comportement ?
On peut imaginer un individu à l’intérieur d’un réseau social. Son comportement, son choix individuel dépend de sa position à l’intérieur du réseau. Par exemple si tu es un fumeur, tu peux décider d’arrêter de fumer ou pas selon ta position et selon le choix de tes partenaires. Sur le même sujet, on a des externalités au niveau de la criminalité. Certains criminels décident de poursuivre leurs activités parce qu’ils sont entourés de gens qui pratiquent ce même type d’activités. Ce même exemple fonctionne aussi pour les commerces. Certains avantages sont dus à la position de l’individu à l’intérieur de sa communauté.
Un des messages fondamentaux de l’économie des réseaux est que deux individus qui sont identiques du point de vue de leurs caractéristiques observées ont des comportements différents selon leur position à l’intérieur du réseau social. Une personne isolée ou une personne qui se trouve au milieu du réseau social peuvent avoir des comportements très différents. Ce raisonnement doit être intégré dans les modèles économiques.

 Est-ce que se lier avec des personnes semblables peut avoir un effet néfaste ?
 Prenons l’exemple de l’aversion au risque. Nous savons qu’il y a une sorte d’homophilie dans la formation des liens aussi concernant l’aversion au risque. Les personnes avec le même type d’approche face à l’inattendu ont tendance à se lier. Si l’on étudie le problème du point de vue agrégé, le réseau d’assurance informelle entre individus peut collapser très facilement parce que ce sont des gens très similaires du point de vue de l’aversion aux risques qui créent des liens ensemble. De ce point de vue, le réseau homophile est très vulnérable aux chocs.

Existe-t-il des contextes où il est plus important d’avoir des liens informels ?
Il est bien connu que les liens interpersonnels informels sont très importants pour la communauté des émigrants, parce qu’il s’agit de personnes qui arrivent dans un environnement qu’elles connaissent très peu, avec très peu d’informations sur les possibilités économiques d’emploi, et qui ont des capacités souvent inadaptées au contexte spécifique. C’est un cas spécial où l’appui sur des relations humaines est très important pour la recherche de logement et d’emploi.

Peut-on utiliser cette approche pour l’étude des réseaux des communautés de migrants ?
Justement, les réseaux entre migrants sont un cas très intéressant pour les économistes. Ce sont souvent des réseaux qui sont mis en place dans le pays de destination. Ce sont des gens qui arrivent et qui créent beaucoup de liens avec les gens qui viennent du même pays, mais ce sont des liens nouveaux, qui viennent d’être formés. C’est utile pour étudier les déterminants de la formation des liens. Lorsque l’on comprend mieux la structure d’un réseau, il est possible de faire des interventions ciblées, c’est-à-dire qu’il est possible de sélectionner la personne à qui il faut envoyer un message, donner de l’information, ou bien donner une tâche particulière. Mais pour arriver à la deuxième étape qui est le ciblage, il faut vraiment comprendre la structure du réseau, savoir qui est la personne la plus centrale, qui a le plus de capacité de diffusion d’information par exemple.

Sur quelles bases les liens entre migrants se créent-ils ?
Les nouveaux arrivants ont tendance à interagir avec ceux qui sont arrivés au même moment et avec gens qui sont arrivés bien avant. C’est un type d’interaction plutôt en « U » c’est-à-dire que c’est non-linéaire sur les temps d’arrivée. Toutes les études précédentes ont fait l’hypothèse que les immigrants ont une interaction homogène, mais ce n’est pas vrai. A l’intérieur du groupe, il y a des structures d’interaction qui sont très diversifiées quant à l’utilisation des liens sociaux.

Avez-vous des exemples concrets ?
Dans notre article, on a essayé de comprendre le type, la nature et l’utilisation des interactions sociales dans un groupe homogène de migrants qui venaient du Sri Lanka. On a recueilli des informations très précises sur un échantillon de migrants et on a vu la nature et l’utilisation de l’interaction sociale. Le résultat le plus intéressant est que l’interaction n’est pas homogène à l’intérieur du groupe. Par exemple, si l’on regarde le temps depuis l’arrivée dans le pays de destination, on observe que les émigrants ont tendance à interagir avec des gens qui sont arrivés en même temps qu’eux et avec des gens qui sont arrivés bien avant. C’est-à-dire on interagit avec des anciens migrants qui apportent beaucoup d’information sur l’environnement, et aussi avec de nouveaux arrivants, qui sont « comme moi ».

Vidéo 3 : Les réseaux sous le prisme économique

Depuis quand les scientifiques s’intéressent-ils aux réseaux sociaux ?
Le sujet des réseaux sociaux a été abordé à partir des années 60 par les sociologues. La plupart des phénomènes sociaux liés aux interactions informelles ont été très bien décrits par les sociologues. Après cela, les mathématiciens, les physiciens et les informaticiens se sont intéressés au sujet à partir des années 80, en apportant des points de vue différents. Les économistes sont arrivés très tard, il y a une quinzaine d’années. L’angle particulier des économistes sur les réseaux sociaux est en termes d’incitations et de stratégie dans la formation les liens. On étudie les réseaux comme les autres sciences, mais on porte une attention particulière aux incitations qui génèrent des réseaux, et à la question de savoir comment les modifier pour changer la structure du réseau.
La littérature économique sur les réseaux sociaux est divisée en deux volets. La première partie est l’étude de la formation des liens : comment les liens se forment entre les individus et comment il faut changer les incitations pour avoir un réseau différent ? La deuxième partie étudie les externalités des réseaux. Quand le réseau est déjà en place, comment la position de l’individu à l’intérieur du réseau explique son choix individuel, son résultat économique ? Les bons exemples de ce type d’étude sont les interactions criminelles, le choix de fumer, l’éducation. Je dis l’éducation parce qu’il y a une importante littérature qui montre que les étudiants restent à l’école plus longtemps si leurs amis ont aussi tendance à y rester. Cela peut générer des poches d’exclusion sociale pour les gens qui viennent de milieux défavorisés et qui sont coupés de l’accès à l’éducation formelle.

Les économistes traitent-ils les réseaux comme un marché ?
La théorie économique classique est typiquement basée sur des interactions qui sont homogènes, c’est-à-dire que tous les individus ont un profil qui peut être basé sur des caractéristiques observables, sur le marché du travail par exemple, et l’interaction de l’individu est indifférencié, pas personnalisé. C’est une des hypothèses de base du modèle néoclassique. C’est pour cela qu’au début, les réseaux n’avaient aucun espace dans la théorie économique. Maintenant on peut intégrer l’idée de relations personnalisées dans les modèles économiques en disant qu’il y a plus de probabilité d’interagir avec certains individus plutôt que d’autres. Le cas parfait est le commerce. Si l’on parle d’acheter des cigarettes, le lieu d’achat n’est pas important. Par contre si l’on parle de choses plus délicates comme par exemple réparer ma voiture, la relation interpersonnelle entre qui vend et qui achète le bien est plus importante, il y a vraiment l’espace pour une personnalisation du marché. C’est là que les réseaux prennent une place particulière.

Existe-t-il différentes formes de liens ?
On parle de formation de lien bilatéral quand le consentement des deux côtés est nécessaire. On parle de cela pour l’échange de marché. Typiquement, on suppose que l’échange est volontaire. Par ailleurs, il existe plusieurs situations économiques où l’un des deux côtés peut former un lien sans le consentement expresse de l’autre. On parle de cela par exemple lorsqu’on fait une connexion Internet sur une page, ou pour certains types d’échanges commerciaux où il est possible de s’engager dans un échange unilatéralement. Le processus de formation des liens a des répercussions très importantes sur la structure des réseaux qui émergent, et donc aussi à terme sur l’allocation des ressources et l’équité à l’intérieur du réseau. C’est pour cela qu’il est important d’étudier le mécanisme de formation des liens dans les réseaux sociaux. Dans notre article, on propose une méthodologie pour distinguer quel est le processus de formation des liens qui donne lieu aux liens que l’on observe dans les données déclaratives.
On peut donner un exemple pour expliquer pourquoi le processus de formation des liens est important en pratique. Imaginons que l’on observe des données sur des étudiants d’université qui ont répondu à la question « Quand vous avez un problème de mathématiques, à qui vous adressez-vous ? » On observe que les étudiants qui répondent « je vais voir le prof de maths » sont les étudiants qui s’en sortent le mieux au niveau des notes. Peut-on alors conclure que voir le professeur est la cause du succès de l’étudiant ? Oui et non, cela dépend du processus de formation des liens. Si, comme dans la plupart des cas dans les universités, le professeur est tenu de voir les étudiants, alors le processus de formation des liens est plutôt unilatéral, c’est l’étudiant qui décide d’aller voir le professeur, et il décide d’utiliser ce moyen pour progresser dans ses études. Dans ce cas-là on ne peut pas dire que c’est la rencontre avec le professeur qui a généré la note, c’est plutôt l’étudiant qui a voulu utiliser cette possibilité qui lui a été offerte. Dans d’autres cas, imaginons que ce sont les profs qui choisissent les étudiants qu’ils vont rencontrer. Alors on peut penser que la formation du lien est bilatérale, et que les étudiants qui sont exclus d’une rencontre avec les profs sont pénalisés. On peut tirer la conclusion que justement, il y a un lien de type causal entre la rencontre avec les profs et les notes de l’étudiant. Tout cela dépend du processus de formation des liens qui est en place.

Vidéo 4 : Les liens sociaux informels

Qu’est-ce qu’une relation informelle ?
Cela concerne la nature du lien. On peut étudier l’assurance informelle dans les pays en développement. Les individus n’ont pas d’assurance formelle, alors ils utilisent des liens interpersonnels, c’est-à-dire des petits prêts et des cadeaux, pour s’assurer contre les chocs et lisser la consommation. Dans ce contexte, un lien est un prêt entre deux individus de la même famille, ou des voisins par exemple. Dans d’autres cas, la relation interpersonnelle peut être une amitié entre deux individus, une collaboration scientifique, et ainsi de suite.

Avez-vous un exemple de réseau informel ?
Les réseaux d’assurance informelle dans les pays en développement sont très importants face aux chocs de nature économique. Ces chocs peuvent être idiosyncratiques, c’est le cas d’une maladie, de frais de justice, ce sont des chocs qui touchent l’individu tout seul. De l’autre côté, il y a les chocs agrégés, par exemple une sècheresse qui touche tous les agriculteurs d’un village. Un lien social peut être très utile pour faire face au premier type de choc, mais pas pour le deuxième, parce que tous les agriculteurs vont être touchés au même moment, alors ils ne sont pas capables de s’aider les uns les autres.

Quel rôle peut avoir un lien social informel dans l’épargne ?
L’épargne est un sujet particulièrement délicat pour les pays en développement où les gens trouvent difficile d’épargner et d’accumuler du capital. La question de recherche que je me suis posée est la suivante : est-ce que l’épargne formelle interagit avec les arrangements financiers informels ? C’est-à-dire lorsqu’une personne a accès à un compte épargne formel, est-ce que cette personne augmente ou diminue son niveau d’arrangement financier informel, c’est-à-dire des prêts ou des cadeaux avec des amis ou des parents ? Pour répondre à cette question, on a mis en place une expérience de terrain avec assignation aléatoire, ce que l’on appelle une expérience randomisée. En pratique on a pris de petites communautés au Népal, des villages, on a fait des loteries publiques pour partager les femmes entre deux groupes : un groupe de traitement auquel on a offert un compte épargne formel, et un groupe de contrôle. On a enregistré toutes les informations sur les échanges monétaires informels, avant et après l’intervention, et avec ce type de données on a pu répondre vraiment à la question : épargne formelle et interactions informelles sont-elles complémentaires ou substituables ? Nos résultats suggèrent un mécanisme de complémentarité. Les femmes qui ont eu la possibilité d’ouvrir un compte épargne ont commencé à prêter plus à l’intérieur du village.

Que peut-on tirer de concret de votre expérience ?
Le principal résultat est le fait que l’intervention randomisée a changé la structure du réseau social sous-jacent. C’est-à-dire que quand on donne des possibilités d’ouvrir un compte financier aux agents, les résultats sur les réseaux qui sont déjà en place sont vraiment forts. C’est extrêmement positif car on a trouvé un résultat de complémentarité et non de substitution. Si l’on avait trouvé un résultat de substitution, cela voudrait dire que l’on a dépensé beaucoup d’argent, qu’on a donné la possibilité d’ouvrir des comptes épargne, mais que l’agent a simplement remplacé un vieux système qui marchait, peut-être bien, par un nouveau système, et qu’en fait il n’y a pas eu d’augmentation au niveau des communautés. Nos résultats montrent une certaine augmentation de l’interaction financière, ce qui est plutôt une bonne nouvelle, je pense.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.