Qu’est-ce que la désindustrialisation en France ? Lire l’interview

Par Jean Imbs

Contact : jean.imbs@univ-paris1.fr
Page personnelle

Revenir au billet principal 
___________________________

VIDEO 1 – Qu’est-ce que la désindustrialisation ?

C’est l’idée que la composition de l’économie change au cours du temps. Par exemple en France, dans les années 1950-1960, une bonne moitié des emplois était des postes manufacturiers ou industriels. Aujourd’hui on est plus proche de 20 %. Nous souhaitons comprendre pourquoi la composition de l’économie et de l’emploi change au cours du temps, pourquoi elle va de l’agriculture vers la manufacture et de la manufacture vers les services.

Pouvez-vous nous donner des ordres de grandeur ?

En France, dans les années 50, l’agriculture représentait un bon quart de l’emploi. Aujourd’hui il en représente à peu près 2 %. C’est un gros changement sur une cinquantaine, une soixantaine d’années. Dans le même temps, les services (services marchands, services non marchands, services à la personne, hôtellerie, restauration, services immobiliers, services financiers) représentaient autour de 25-30 % dans les années 50 et sont maintenant plus proches de 50-60 % de l’économie en termes d’emploi. Donc il a eu des changements fondamentaux sur deux générations.

Quelles sont les explications de ce changement ?

Il y a trois explications potentielles.
– La première est basée sur le progrès technologique. Certains secteurs ont des progrès technologiques plus rapides que d’autres et naturellement ils se débarrassent de l’emploi. Pour la France, l’agriculture a un progrès technologique élevé, donc l’emploi sort de l’agriculture pour se réallouer dans d’autres secteurs, manufacturiers ou de services. Cette explication est purement exogène, on ne peut pas faire grand-chose, c’est juste un fait de la nature.
– La deuxième explication est basée sur le fait qu’avec nos niveaux de revenu, la manière dont on consomme, dont on demande, change. En pourcentage, quelqu’un dont le niveau de revenu est relativement bas va dépenser une plus grande partie de son budget pour des produits de première nécessité, en particulier les produits agricoles. C’est seulement au fur et à mesure que le revenu augmente que la proportion de services va augmenter au détriment de l’agriculture ou de la manufacture.
La première explication est basée sur une théorie de l’offre alors que la deuxième est basée sur une théorie de la demande.

Ces effets d’offre et de demande suffisent-ils à tout expliquer ?

La troisième explication a à voir avec l’ouverture au commerce international qui peut accélérer ces phénomènes. Lorsque la Chine commence à commercer avec le reste du monde, si effectivement il y a des effets de demande ou d’offre, le fait qu’un pays aussi grand commence à commercer avec l’Europe ou la France a un effet majeur sur la structure de l’économie en France. Tous les produits manufacturiers sont produits en Chine, donc en France on fait le reste, à savoir plutôt des services.

Quelles sont les conséquences de ce phénomène de désindustrialisation ?

Il y a au moins deux conséquences importantes en termes d’inégalités au sein de l’économie.
– La première est que, si effectivement des emplois dans certains secteurs sont détruits, par exemple à l’occasion de l’ouverture avec la Chine, du progrès technologique ou du changement de la demande, ce n’est pas simple de réallouer les individus d’un secteur à un autre. C’est tout le problème de la désindustrialisation de manière générale : qu’est-ce qu’on fait d’individus dont les qualifications ne sont plus adéquates avec le nouvel état de l’économie ? La première conséquence est qu’il est important d’avoir un système de formation continue qui permette de former des gens qui ont perdus leur emploi à d’autres jobs. Donc il y a un problème de formation et d’éducation qui est crucial.
– La deuxième conséquence est une conséquence sur les inégalités salariales, qui a à voir avec le fait que, dans certaines circonstances qui sont assez fréquentes, les emplois manufacturiers qui sont détruits dans les pays riches sont remplacés par des emplois de services qui ont un salaire plus faible. Dans la mesure où toute l’économie transite d’un point manufacturier important vers un point manufacturier plus faible (les services), on peut voir une paupérisation de l’économie puisque les salaires en moyenne baissent en ne prenant pas en compte cette réallocation-là. Dans quels services on voit les salaires baissés de manière si claire ? Et donc un service, il ne baisse pas, Deux exemples extrêmes : les services financiers qui sont parmi les salaires les plus élevés auxquels on peut penser dans notre économie actuelle, et les services non marchands (tout ce qui est vie associative, provision de biens publics) qui ont des salaires beaucoup plus faibles. Donc la composition de l’économie en termes de types de services a un effet majeur sur les inégalités et sur la masse salariale.

VIDEO 2 – Conséquences de la désindustrialisation

Les emplois supprimés sont-ils récupérés dans d’autres secteurs ?

La création d’emplois vient contrebalancer ce phénomène de destruction d’emplois. Dans l’exemple que je donnais, il y a de la destruction d’emplois dans le secteur agricole. Le pendant de cela est qu’il y a des jobs qui se créent dans d’autres secteurs qui permettent d’absorber le surplus d’emplois dégagé, par exemple dans l’agriculture. Le fait que l’agriculture soit passée de 25 % à 2 % de la masse de l’emploi français ne veut pas dire que le taux de chômage est passé à 23 % : d’autres emplois ont été créés dans d’autres secteurs.
Mais les caractéristiques de ces nouveaux emplois sont souvent, parfois, différentes de manière fondamentale. C’est important. Par exemple, le salaire moyen typiquement payé dans un métier manufacturier, dans l’industrie, est très souvent supérieur au salaire moyen payé dans certains services. Évidemment pas dans les services financiers, mais dans les services non marchands par exemple où les salaires, typiquement, sont inférieurs aux salaires dans les activités manufacturières.
Donc il y a effectivement de la destruction et de la création d’emplois, mais elle se fait au détriment, dans l’exemple que je donnais, du salaire individuel. Non seulement on doit avoir une économie qui change en termes d’allocation de l’emploi, mais en plus on peut avoir des effets de bien-être importants puisque je passe d’un job avec un salaire relativement élevé à un job avec un salaire plus faible potentiellement.

Il n’y a donc pas d’équilibre entre l’offre et la demande ?       

Si, c’est au contraire cohérent avec un équilibre d’offre et de demande. Ce qui se passe, que l’explication soit basée sur la technologie ou sur la demande, c’est qu’à cause d’une modification, dans le premier cas des taux de progrès technologique relatif, la production par exemple agricole peut être assurée par un nombre plus restreint d’agriculteurs. C’est-à-dire que 2 % d’agriculteurs aujourd’hui délivrent autant de production agricole que les 25 % d’il y a deux générations. Pourquoi ? Parce qu’ils ont accès à une technologie plus avancée, à plus de machinerie, à plus de capital, donc ils sont plus productifs.
Donc au contraire c’est la manifestation d’un phénomène d’équilibre que, lorsque l’emploi se restreint dans un secteur donné parce qu’il devient plus facile de produire les biens de ce secteur, l’emploi se réalloue ailleurs. C’est parce que l’emploi se réalloue ailleurs que la demande est cohérente avec l’offre agricole, maintenant plus élevée. Le fait que l’emploi soit réalloué d’un secteur à l’autre, parce que le progrès technologique de ma première explication diffère d’un secteur à l’autre, ou parce que les agents « riches » veulent manger quelque chose d’autre que les agents « pauvres », aboutit à un équilibre qui vérifie que l’offre soit égale à la demande. Ce qui se passe c’est que l’élément déclencheur du phénomène soit être à l’offre, soit être à la demande mais cela ne veut pas dire que s’il y a l’offre, la demande ne se modifie pas en fonction de cette nouvelle offre, ou si il y a la demande ce que l’offre ne se modifie pas en fonction de ce que la demande est. C’est juste quel est l’élément déclencheur du phénomène.

Y a-t-il une différence de rémunération, à qualification équivalente, lorsqu’on change de secteur ?

Ces effets de composition sont importants. Certains types de service offrent des salaires inférieurs à ceux offerts, pour un niveau de qualification égal, dans le secteur manufacturier. On le sait, c’est clairement le cas des services non marchands, peut-être de certains services, comme par exemple, les services à la personne. En revanche, pour tout ce qui concerne les services aux entreprises (avocats, comptabilité, etc.), pour tout ce qui a à voir avec le composant service de l’activité d’une firme manufacturière, c’est beaucoup moins clair que le salaire baisse. Donc, si la composition de cette désindustrialisation va d’exploitations minières vers des services aux entreprises (avocats, comptables, ou services financiers), il n’y a pas de problème majeur en termes de distribution de salaire. Mais, en France par exemple, les services non marchands représentaient à peu près 15 % de l’emploi dans les années 60, aujourd’hui cela a doublé, c’est à peu près 30 % de l’emploi. Les services non marchands, en excluant tout ce qui est hôtellerie, restauration, services aux entreprises, services immobiliers, services financiers, représentent vraiment 1/3 de l’emploi aujourd’hui en France. Donc cela fait une énorme différence pour ce qui est des salaires agrégés.

Quel est l’impact sur la croissance ?

La question de la croissance est directement reliée parce qu’on sait qu’un des moteurs de la croissance à long terme est l’accumulation de qualifications, la formation continue ou la formation en général. Il y a des services, dans un monde qui se désindustrialise, qui ont un potentiel de croissance plus élevé que d’autres, ne serait-ce que parce qu’ils contiennent beaucoup plus de capital humain, de qualifications implicites. Donc là encore, la désindustrialisation de la manufacture vers les services est un phénomène clair, mais c’est important de savoir de quels services on parle. En France, je le répète, ce sont surtout les services non marchands qui ont augmenté depuis deux générations, ce qui est un problème.

VIDEO 3 – Désindustrialisation et inégalités

Va-t-on vers un modèle globalisé où chaque pays se spécialise ?

Pour l’instant, les inégalités entre pays ne sont pas observables. Si je compare des pays qui sont en train d’achever leur désindustrialisation, par exemple les pays du Benelux, la France ou l’Angleterre, on voit très peu de différence en termes de revenu par tête moyen. Mais il n’est pas interdit de penser qu’une spécialisation dans les services au fur et à mesure, par exemple, que l’Europe continentale se spécialise dans la production de services, ait des implications d’ici une génération sur le PIB par tête, parce que les services non marchands ont beaucoup moins de potentiel de croissance que les services marchands. Donc on pense à l’Angleterre et à la City, spécialisées dans les services financiers, mais on peut aussi penser aux services aux entreprises du Nord-Est de l’Europe, de la Belgique en particulier.

Existe-t-il d’autres implications en matière d’inégalités ?

Une autre implication sur les inégalités est la possibilité qu’une économie de services devienne une économie où la propriété immobilière a une place centrale dans l’activité économique, dans la mesure où un cabinet d’avocats, un cabinet de notaires, un restaurant, un hôtel, ont tous besoin d’un endroit physique.
Il y a également une possibilité que la spécialisation de l’économie vers les services, donc la désindustrialisation d’une économie développée, ait un impact d’une part sur les prix immobiliers et en retour sur les inégalités. Pour beaucoup de services, les services aux entreprises, les avocats, les services financiers de manière générale, mais aussi les magasins, les restaurants, les hôtels ont besoin d’une propriété immobilière dont la localisation et l’attraction sont importants. Par contraste, une mine de charbon a, certes, besoin d’un terrain mais n’a pas besoin d’avoir un terrain particulièrement attractif. Donc il y a une possibilité que, lorsqu’une économie se spécialise dans les services, il devienne de plus en plus important d’avoir des biens immobiliers associés à la production de ces services, dont le prix augmente au fur et à mesure que l’économie se spécialise dans les services. Du coup, lorsque le prix des maisons augmente, il y a la possibilité que la valeur ajoutée, la production qui sert à rémunérer le travail se réduise au profit de celle qui sert à rémunérer les biens immobiliers. Cela crée une inégalité entre le capital (ici les maisons) et le travail.

Quelles sont les conséquences de cette inégalité travail vs valeur immobilière ?

Les conséquences sont difficiles à identifier. Ce qui est certain, c’est que cela explique pourquoi la plupart des économies désindustrialisées (on pense aux Etats-Unis, à l’Angleterre) sont des économies où le prix des maisons explose ou a explosé. C’est une manière de comprendre l’interaction entre les deux.
Qu’est-ce qu’on doit faire contre cette forme d’inégalité ? Ce n’est pas clair. Il y a une manière évidente de combattre les inégalités créées par le prix de l’immobilier, c’est la construction immobilière qui augmente l’offre de quelque chose qui devient de plus en plus demandé au fur et à mesure que l’économie se spécialise dans les services. C’est possible. Je ne suis pas certain d’être convaincu, dans la mesure où il n’en restera pas moins que, même si l’on construit plein de bureaux ou de jolis bâtiments tout autour des Champs-Elysées, un magasin sur les Champs-Elysées continuera à avoir un premium qui vient du fait que la localisation est exceptionnelle. Je ne suis pas sûr de savoir quelles sont les implications politiques, au-delà du fait de comprendre qu’il y a des raisons fondamentales pour que le prix des maisons augmente dans les économies de services, et qu’il n’est pas forcément légitime ou bénéfique de réguler le prix de ces maisons ou de le forcer à baisser.

Que peut-on faire pour augmenter cet espace ?

Je crois que la réponse à cette question dépend de la nature de la complémentarité entre les activités de services et les biens immobiliers. Pourquoi est-ce qu’on pense que, pour ces services prometteurs qui se développent dans les pays riches, il est impérieux d’avoir une propriété immobilière, et de quel type de propriété immobilière il s’agit ? Dans l’exemple des hôtels ou des restaurants, de manière intrinsèque l’offre de magnifiques restaurants ou de magnifiques hôtels sur les plus belles avenues du monde est, par définition, réduite, sauf à créer d’autres magnifiques avenues, mais c’est un long chemin. Ce qu’on peut essayer de faire dépend de la nature de la complémentarité entre propriété immobilière et activités de services. Encore une fois, il y a des activités de services où c’est sans doute beaucoup plus le cas que d’autres. J’ai pris l’exemple de l’hôtellerie ou de la restauration, ça me semble très frappant pour ces secteurs-là. Cela l’est un peu moins pour les services aux entreprises. Si l’on pense aux avocats et aux notaires, l’investissement qui semble s’imposer est un investissement de bureaux. Pour le coup, une augmentation de l’offre verticalement avec des gratte-ciels semble répondre à ces préoccupations-là.

La France se spécialiserait-elle dans les « services les moins rentables » ?

Je ne sais pas si « rentable » est le bon mot. C’est une conjecture, mais on a envie de penser qu’un service qui offre, à un niveau de qualification donné, des salaires plus faibles n’a qu’un potentiel de croissance plus limité que d’autres. Je ne sais pas si on le voit déjà, mais c’est clairement un motif de préoccupation. Je pense que la perspective d’économies développées spécialisées dans les services n’est pas du tout un problème, il y a beaucoup de services qui s’exportent déjà, qui s’exporteront de plus en plus et qui ont un potentiel de croissance majeur, pour peu qu’on ait une main-d’œuvre qualifiée pour les services en question, qu’il s’agisse de services immobiliers, d’avocats ou de professions à haut capital humain. Le problème est plutôt la désindustrialisation vers des activités de service qui ont un salaire plus bas et peu de potentiel. C’est un problème que l’on a, visiblement, pour l’instant en France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.