Le rôle de la confiance dans le comportement et la prise de décision, Lire l’interview

Par Vincent de Gardelle

Contact : vincent.de-gardelle@univ-paris1.fr
Page personnelle

 Revenir au billet principal
________________________

 

Vidéo I – Quelle est la place de la confiance dans la prise de décision et le comportement ?

Lorsqu’on est confiant dans une décision, on est éventuellement amené à ne pas réviser la décision que l’on a prise. Alors que lorsqu’on est très peu confiant, on va éventuellement revenir sur sa décision, chercher des éléments pour confirmer la décision que l’on vient de prendre, ou on mettra moins de choses sur la table lorsqu’il s’agira de mettre en œuvre sa décision ou de passer à l’action.

Prenons l’exemple d’un médecin qui doit faire un diagnostic et qui est face à différents éléments d’informations, cela peut être la radio qu’il a ordonnée au patient, ou alors l’examen qu’il a fait passer au patient. S’il est très confiant dans son diagnostic, il pourra ne pas ordonner d’examen supplémentaire, alors que s’il est peu confiant ou qu’il a besoin de plus d’informations, il va orienter le patient vers un autre examen, vers un autre spécialiste, pour avoir plus d’informations et prendre une meilleure décision.

Comment mesure-t-on cette confiance ?

Pour mesurer la confiance, on utilise des expériences en laboratoire, c’est très simple. On fait venir des gens et on les met face à des situations de prise de décision. Après qu’ils ont pris la décision, on leur demande s’ils ont été confiants dans cette décision, et par exemple s’ils peuvent exprimer la probabilité avec laquelle ils jugent que leur décision était correcte.

Avez-vous un exemple d’expérience ?

Dans une expérience, on a utilisé des décisions de perception qui permettent de bien contrôler les paramètres expérimentaux. Cela peut être, par exemple, un mouvement à l’écran, et le sujet doit juger si le mouvement va vers la droite ou la gauche. Après cette décision, il doit rapporter sa confiance en indiquant la probabilité qu’il a d’avoir la bonne réponse.

Pourquoi vos expériences sont-elles si simples ?

Pour étudier la confiance, on étudie des situations de prise de décision extrêmement simples parce que, dans ces situations, on contrôle bien toutes les variables qui vont affecter la prise de décision, et on est en mesure de quantifier très correctement l’incertitude du sujet dans la décision. Si par exemple le sujet nous dit qu’il était à 90 % sûr d’avoir la bonne réponse, et qu’en fait il avait la bonne réponse 70 % du temps, alors on est en mesure de dire que le sujet est en sur-confiance, qu’il a une trop grande confiance par rapport à sa performance réelle.

Que cherche-t-on à apprendre par ces expériences ?

Les études qui sont faites en laboratoire ont différentes ambitions.

L’une est de voir les mécanismes par lesquels les sujets vont juger leur propre confiance. Sont-ils assez génériques, sont-ils les mêmes quelle que soit la tâche que fait le sujet ? Nous utilisons des tâches extrêmement simples mais, dans la vie réelle, les tâches sont un peu plus compliquées. L’un des premiers enjeux est de savoir si les mécanismes pour s’autoévaluer, juger de sa propre confiance, sont les mêmes quelle que soit la décision que le sujet doit prendre.

L’autre enjeu est de savoir quels sont les calculs que le sujet met en œuvre pour s’autoévaluer. Notamment, est-ce qu’il utilise toutes les sources d’informations dans sa décision ou est-ce que certaines sources d’informations vont avoir plus de poids que d’autres ? C’est très important de savoir comment les sujets s’autoévaluent et quels sont les mécanismes cognitifs et les calculs que le sujet fait lorsqu’il produit un jugement de confiance.

Dans quelles situations de la vie la confiance joue-t-elle un rôle ?

À l’école, la confiance peut avoir un rôle assez important. Lorsque les étudiants ont très peu confiance dans leur réussite, ils peuvent être peu motivés pour étudier, et on verra la réussite scolaire diminuer en conséquence.

Un exemple assez frappant est celui des stéréotypes. Lorsqu’on dit aux filles qu’elles sont mauvaises en maths, on observe qu’en conséquence elles vont peut-être réduire leurs efforts et être effectivement moins bonnes que les garçons dans un test de maths à la fin de l’année. Pour contrer ce phénomène, on pourrait essayer d’améliorer l’autoévaluation des filles qui, lorsqu’elles font un test de maths, seront a priori aussi bonnes que les garçons. Peut-être qu’elles ne sont pas assez confiantes et que le stéréotype va renforcer ce manque de confiance. Si l’on arrive à améliorer l’autoévaluation des étudiants, alors on pourra leur permettre d’avoir confiance en eux, dans leurs études, et donc être plus motivés pour étudier et pour faire plus d’efforts lors de l’apprentissage pour avoir de meilleures chances de réussite.

Vidéo II – La confiance dans nos prises de décision

Pour quelle raison avons-nous plus au moins confiance dans les décisions que nous prenons ?

Il arrive qu’on soit confiant lors d’une prise de décision, mais il arrive aussi qu’on soit très peu confiant. Cela s’explique parce que les différentes décisions ne sont pas toutes aussi faciles les unes que les autres. Pour certaines décisions, de nombreux éléments vont nous indiquer la même information et nous amener à favoriser un choix plutôt qu’un autre. Pour d’autres décisions, on va avoir des avis contraires. Par exemple au sein d’un comité de spécialistes qui doivent sélectionner un candidat, une partie des spécialistes va vouloir un candidat alors qu’une autre partie va vouloir un autre candidat. Dans ce cas, le président du comité doit arriver à mettre en commun tous ces avis, qui sont parfois contraires, et il aura peut-être moins confiance dans sa décision si le comité est très partagé que s’il est unanime.

Comment arrive-t-on à comprendre la prise décision et le rôle de l’incertitude ?

Pour des décisions élémentaires, on y arrive en étudiant par exemple une décision concernant le mouvement qui va à droite ou à gauche. Lorsqu’on fait le lien entre l’information qui est présente à l’écran et la réponse du sujet, on arrive à décomposer différentes étapes du traitement, et à ces différentes étapes de traitement on arrive à quantifier le degré d’incertitude qu’il y a dans le système cognitif. On voit qu’à la fin de la chaîne, lorsque le sujet fait sa réponse, il s’est passé beaucoup de choses et il y a différentes sources de bruit qui sont venus s’ajouter, alors que la réponse, lorsque l’on voit le stimulus à l’écran, est censée être immédiate. Lorsque l’on connaît toutes ces étapes de traitement, on est mieux à même de prédire quelle serait d’une part la confiance du sujet dans sa décision, mais aussi le fait que cette décision peut être répétée à travers différents instants dans l’expérience par exemple.

Comment la confiance affecte-t-elle la prise de décision collective ?

La confiance est aussi importante dans la communication entre les individus. Par exemple, lorsqu’on demande à un groupe de prendre une décision, différentes personnes, qui ont différentes informations à leur disposition peuvent communiquer l’information qu’ils ont, et le choix qu’elles feraient face à une décision. Elles peuvent aussi se communiquer entre elles leur degré de confiance assez facilement. L’une peut dire qu’elle est très sûre, et l’autre peut dire qu’elle est très peu confiante. Donc, lorsque ces décisions collectives doivent être prises, on observe que les individus, lorsqu’ils partagent leur confiance, sont capables d’intégrer la réponse de l’autre et de la pondérer par la confiance que l’autre a donné à sa réponse. Donc la confiance est une bonne manière de communiquer de l’information aussi.

À quoi sert la confiance pour communiquer au sein d’un groupe ?

La confiance que l’on donne à nos décisions peut se communiquer. Par exemple on peut prendre une décision en commun avec quelqu’un et communiquer la confiance que l’on a par rapport à cette décision. Il y a différentes manières de communiquer l’information. Dans les institutions, par exemple, le dialogue entre différentes parties peut être organisé de diverses manières. Des fois, il est possible que les différentes parties puissent contribuer à l’information juste en participant à un vote. Ils peuvent aussi parfois communiquer la confiance qu’ils ont dans le vote qu’ils pourraient faire. Si l’on arrive à mettre en œuvre des mesures, et si l’on arrive à bien comprendre comment les gens établissent ces jugements de confiance, on pourrait alors savoir les conséquences d’une utilisation de la confiance lors d’un vote, par exemple. On pourrait savoir si certains mécanismes collectifs de prise de décision pourraient bénéficier d’une utilisation de la confiance dans la décision collective.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.