La discrimination des immigrés de confession musulmane. Lire l’interview

par Marie-Anne Valfort

Contact : marie-anne.valfort@univ-paris1.fr

Revenir au billet principal

_____________________________________

Qu’est-ce que la discrimination ?

Les économistes définissent la discrimination sur le marché du travail comme une situation où deux personnes, pourtant de productivité identique, sont traitées de manière différente par un recruteur en raison de leur appartenance à des groupes sociaux ou démographiques particuliers. En d’autres termes, la discrimination fait référence à une situation où deux personnes sont traitées de manière différente de manière illégitime parce que ce traitement différencié ne repose sur aucune différence de productivité effective. 

Pourquoi vous intéressez-vous à la discrimination des musulmans sur le marché du travail ?

Le programme de recherche que nous avons lancé en 2009 est parti du constat qu’en Europe, les immigrés issus de pays à majorité musulmane sont fortement discriminés sur le marché du travail et notamment à l’embauche.

En France par exemple un testing sur CV a montré qu’un Français d’origine maghrébine ne reçoit que 35 convocations à un entretien d’embauche lorsque le Français d’origine française, alors même qu’il est doté du même CV, reçoit 100 convocations à un entretien d’embauche.

Cette discrimination est préoccupante parce que les immigrés issus de pays à majorité musulmane représentent une fraction importante de la population immigrée en Europe, près de 20 %. Leur discrimination est donc une menace à la cohésion sociale des pays européen puisqu’elle signale l’incapacité des pays européens à intégrer des individus dont la proportion dans les populations d’accueil ne va cesser de croître dans les années à venir. Donc ce constat, à mon sens, est suffisant pour expliquer pourquoi nous nous intéressons à ce type de discrimination, avec bien entendu pour objectif ultime d’essayer de formuler des recommandations susceptibles de contribuer à mettre un terme à ces discriminations.

Pourquoi vous intéressez-vous particulièrement à la France ?

Nous nous intéressons à la France parce que ce pays est le pays d’Europe de l’Ouest qui héberge la plus grande proportion de musulmans, les musulmans représentent 7,5 % à peu près de la population française d’après une estimation de 2010, soit 4,7 millions de personnes.

Est-ce vraiment la religion qui explique ces discriminations ?

Effectivement, la question mérite d’être posée. La religion n’est pas forcément le seul facteur qui pourrait expliquer pourquoi les immigrés issus de pays à majorité musulmane sont discriminés. La région d’origine pourrait également être à l’œuvre puisque la plupart des pays à majorité musulmane sont situés en dehors de l’Europe. L’un des mérites de nos travaux est de montrer que c’est la religion, et non la région d’origine, qui explique cette discrimination. Notamment à partir d’un testing sur CV que nous avons mené en France, nous avons montré qu’un Français d’origine sénégalaise a deux fois moins de chances d’être convoqué à un entretien d’embauche s’il est musulman plutôt que chrétien.

Comment expliquer ces discriminations ?

D’après la théorie économique, deux raisons pourraient expliquer cette discrimination.

La première raison a trait aux préférences des recruteurs. Ceux-ci ressentiraient un désagrément, un inconfort, à collaborer avec des musulmans. Dès lors ils seraient systématiquement défavorables aux candidats musulmans par rapport aux candidats non musulmans, y compris dans une situation où les candidats musulmans et non musulmans sont dotés exactement de la même productivité. 

Dans ce cas, si l’on se réfère à la définition que nous avons donnée au début de l’entretien, nous sommes face à une discrimination caractérisée que l’on appelle la discrimination par goût, et que l’on pourrait peut-être appeler, à meilleur escient, discrimination par dégoût.

Y a-t-il une autre explication ?

Alors la deuxième raison pour laquelle les employeurs pourraient discriminer spécifiquement à l’égard des musulmans a trait non pas aux préférences des employeurs mais à leurs croyances. Plus précisément, le CV d’un candidat ne permet pas à un recruteur de se faire une idée précise de la productivité de ce candidat. Le recruteur est donc incité à compléter cette information par ses propres croyances sur les caractéristiques productives inobservées du candidat, c’est-à-dire sur celles qui ne figurent pas dans son CV.

Comment construit-il ces croyances ? Et bien tout simplement en se fondant sur ce qu’il pense être la productivité moyenne du groupe démographique auquel le candidat appartient, en l’occurrence celui des musulmans. Ainsi, si le recruteur pense que les caractéristiques productives inobservées sont plus faibles chez les musulmans que chez les non musulmans, il sera systématiquement défavorable aux candidats musulmans, même si le candidat musulman et le candidat non musulman sont dotés du même CV.

Ce comportement aboutira à de la discrimination si le recruteur se trompe, c’est-à-dire si le candidat musulman est doté de caractéristiques productives inobservées au moins équivalentes à celles du candidat non musulman. Cette discrimination est appelée discrimination statistique, elle repose en effet sur un calcul statistique de la part du recruteur, puisqu’il fonde sa décision de recrutement sur ce qu’il pense être la productivité moyenne du groupe démographique auquel le candidat appartient.

Et dans les faits ?

Nos travaux ont montré que, malheureusement, les musulmans sont victimes à la fois d’une discrimination par goût et d’une discrimination statistique. Nos travaux montrent que les musulmans en France sont prisonniers d’un cercle vicieux qui suit la logique suivante. La population d’accueil exprime une discrimination par goût et une discrimination statistique à l’égard des musulmans. Cette discrimination, qui est perçue par les musulmans, les pousse au repli communautaire, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas incités à gommer les différences culturelles qui, déjà dans les pays d’origine, les séparent de la société d’accueil. Ce repli communautaire, à son tour, exacerbe la discrimination par goût et la discrimination statistique que la société d’accueil exprime.

Donc on voit bien que cette logique permet à un cercle vicieux de s’installer, et de manière plus préoccupante, de perdurer. Nos travaux montrent en effet que le déficit d’intégration des musulmans en France ne diminue pas avec le temps qu’ils passent sur le territoire français.

Comment sortir de ce cercle vicieux ?

C’est la question qui motive le dernier volet de notre programme de recherche. C’est une question cruciale, la cohésion sociale de notre pays en dépend en partie, les thématiques de la discrimination positive sont effectivement à étudier en profondeur. Malheureusement le lancement de ce programme de recherche est beaucoup trop récent pour nous permettre d’avoir déjà des réponses précises à partager mais, pour les personnes intéressées, ces réponses devraient être disponibles dans un ouvrage que nous publierons début 2015 aux Presses universitaires d’Harvard. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.