Pourquoi les économistes s’intéressent-ils aux drogues ? – Lire l’interview

Par Pierre Kopp

Contact : pierre.kopp@univ-paris1.fr
Page personnelle

Revenir au billet principal
_______________________


Vidéo 1 : Perspectives d’économistes sur la drogue

Pourquoi les économistes s’intéressent-ils aux drogues ?

J’ai envie de dire : pourquoi pas ? Ce n’est pas interdit. En matière de recherche,  de connaissances, il y a une saine compétition entre les différentes branches de la recherche, et cela fait sens que les économistes mettent leur grain de sel. Je dirais aussi qu’il n’y a qu’à juger sur les résultats. Est-ce que, dans les vingt-cinq ou trente-cinq dernières années, les économistes ont dit quelque chose d’intéressant sur le trafic et la consommation de drogue ? Si la réponse est oui, cela justifie qu’ils se soient investis.

D’une façon plus théorique, je dirais que la consommation de drogue s’effectue sur un marché. En général, là où il y a un marché, un économiste va étudier ce marché. Plus en détails, je dirais que, même si c’est une consommation addictive, les individus qui consomment des drogues réagissent à un certain nombre de signaux, et notamment aux signaux de prix et de coûts : le prix de la drogue, mais aussi le coût que représentent la probabilité d’être arrêté ou la probabilité de subir des violences quand on achète ou quand on vend, et également la probabilité d’avoir un coût en termes de dégradation de sa propre santé. Or l’une des caractéristiques du métier d’économiste est de s’intéresser à la façon dont les individus modèlent leurs comportements en fonction de paramètres d’incitation qui les entourent. C’est pour cela que je crois que c’est tout à fait le travail d’un économiste.

Qu’est-ce que le coût social ?

Le coût social (les économistes parlent aussi de « coût externe ») est le coût que la pratique des uns inflige aux autres. Qui sont les uns, qui sont les autres ? Il y a une petite ruse car on considère que le fumeur ou le consommateur d’alcool est doté d’un « double moi » : on dit double-self en anglais, c’est-à-dire qu’il y a « moi », et « moi qui fume ». « Moi qui fume » inflige un coût à « moi qui ne fume pas ». C’est important car cela veut dire que toutes les conséquences qui sont infligées par les fumeurs aux fumeurs eux-mêmes vont faire partie du coût. La valeur des décès, des cancers, tout cela va être considéré comme une conséquence non intentionnelle du fait de fumer, ou du fait de boire : c’est ce qui explique que les chiffres soient aussi importants et ne se réduisent pas au tabagisme passif ou aux conséquences pour les tiers de la consommation d’alcool. On englobe donc ce qui concerne les consommateurs et ce qui concerne les tiers.

Alors, qu’est-ce que c’est ? Les décès (les gens meurent et c’est une perte pour la collectivité), la valeur des incapacités dues aux maladies, aux traitements (le coût des soins). C’est également, en plus, le fait que si les gens décèdent tôt, on ne leur versera pas de retraite : c’est une économie pour les finances publiques, on entend parfois des gens faire des commentaires : « le tabac c’est formidable, cela fait faire des économies à la société, comme cela on ne paie pas de retraites ». Cette réflexion est complètement idiote, parce que lorsqu’on met d’un côté les économies de retraites et de l’autre les dépenses publiques de soins, on voit bien que les dépenses publiques de soins sont infiniment supérieures à l’économie de retraites.

De façon générale qui doit supporter ces coûts ?

La question est de savoir si les individus qui consomment des drogues ont le droit, ou si la société aurait raison de reconnaître à ces individus le droit d’infliger au reste de la collectivité des coûts. Un premier modèle consisterait à dire : « les choses sont simples, vous êtes informés, vous êtes au courant que le fait de fumer n’est pas excellent pour la santé. Vous avez des maladies, vous assumez personnellement le coût des maladies que vous vous infligez ». Dans ce cas, on pourrait imaginer un système d’assurance où, pour les fumeurs, les assurances coûteraient plus chers que pour ceux qui ne fument pas. Dans ce cas, il n’y aurait pas de raison de taxer de façon très élevée les cigarettes, au contraire on dirait : « les cigarettes ne sont pas chères, vous faites des choix individuels, vous fumez, vous prenez des risques, vous vous assurez et, si vous avez des coûts, c’est votre assurance, donc la prime d’assurance un peu élevée, et donc vous qui assumez vos coûts ».

Quels sont les problèmes que pose ce modèle ?

Il est complexe de savoir quels sont les comportements à risque dont le coût des conséquences devrait être privatisé. La société, en tout cas en France, fonctionne de façon assez englobante en considérant que l’ensemble des conséquences médicales des risques que les gens prennent sont socialisées, et la sécurité sociale est là pour cela.

L’autre raison pour laquelle un modèle d’individualisation des coûts est un peu compliqué est – et cela nous ramène à une question qui est assez intéressante pour les économistes – de savoir dans quelle mesure les individus qui consomment les drogues sont rationnels. Cela nous conduit à la question de l’addiction. Parmi les fumeurs par exemple, 75 % regrettent d’avoir commencé à fumer, il y a très peu de fumeurs « heureux », la majorité des fumeurs disent : « si j’avais su, si j’avais pu, si c’était à refaire, je ne le ferais pas ». On a donc le sentiment que ces gens ne sont pas des individus qui font chaque matin un choix libre en disant : « voilà, moi je vis en fumant et j’en assume les conséquences ». On voit bien que ces gens sont dans une spirale d’addiction et que même si leur rationalité, à mon sens, est intacte, ils ont un certain nombre de biais cognitifs qui font qu’ils ont énormément de mal à prendre aujourd’hui des décisions qui seraient bonnes dans le long terme, et ils ont tendance à prendre aujourd’hui des décisions de faiblesse qui satisfont leurs intérêts immédiats et qui se jouent aux dépends de leurs intérêts de long terme. Si on les interroge, ils en sont parfaitement conscients, ils disent « bien sûr, si je pouvais, sur le long terme j’arrêterais de fumer ».

Il y a donc vraiment des conflits de temporalité chez les individus, des difficultés à sortir de la consommation des drogues, qui sont là-aussi un bon argument pour penser que la responsabilisation par les coûts n’aurait pas un effet dissuasif satisfaisant. Disons qu’il y aurait peut-être un effet dissuasif pour certains, mais le coût en termes d’assurance et de maladies risque d’être exorbitant.

Vidéo 2 : La drogue et la société

Quels sont les drogues les plus dangereuses ?

La dangerosité des drogues est une question un peu compliquée. Sur quelle échelle de temps doit-on comparer ? Il est sûr que fumer du tabac tue un fumeur sur trois : c’est manifestement extrêmement dangereux. En revanche, fumer un joint de cannabis, si on s’apprête à piloter un hélicoptère, c’est instantanément très dangereux et, que ce soit un hélicoptère ou un tracteur, la question est de savoir si l’on parle sur le long terme ou instantanément. En fait, la notion de danger s’inscrit dans plusieurs dimensions : il y a le danger de l’usage sur le long terme, il y a le danger instantané quand vous associez l’usage d’une drogue à un autre comportement. Et le danger n’est pas le même selon les âges : fumer du cannabis tous les matins avant d’aller en cours à 14 ans aura probablement des conséquences sur le résultat scolaire, mais la même chose à 89 ans, si l’espérance de vie est de 90, représente un danger différent.

C’est une question complexe, à laquelle on a du mal à répondre. Il y a une façon simple d’y répondre c’est de dire : qu’est-ce qui tue le plus ? C’est le tabac : 75 000 morts par an, suivi de l’alcool 60 000. Mais c’est un peu fallacieux de présenter les choses comme cela, parce qu’évidemment cela tue beaucoup parce que beaucoup de gens en consomment, mais indéniablement le tabac est très dangereux, quelle que soit la quantité que l’on consomme. Il n’y a pas d’usage non-dangereux du tabac, la première cigarette augmente le risque relatif de maladies et de décès. Il y a un usage tempéré de l’alcool d’environ trois verres pour un homme et de deux de verres pour une femme, ce sont les quantités où l’on n’augmente pas les risques relatifs de décès ou de maladies. On n’a pas le même type de données sur les autres drogues.

Quels sont les mécanismes économiques pour les drogues illégales ? 

On joue sur le prix pour les drogues légales par le biais des taxes. Lorsque les drogues sont illégales, l’État ne peut pas les taxer mais il y a une autre forme de « taxe » qui opère puisque les individus qui consomment des drogues illégales prennent le risque d’être arrêtés, d’être sanctionnés. Donc la sanction pénale joue comme une façon d’augmenter le coût de la consommation, ou de probabiliser l’espérance de coût de la consommation.

Évidemment, on est tenté de dire qu’il faut augmenter la probabilité d’interpellation des individus ou le montant de la sanction jusqu’au moment où le coût de consommer une drogue illégale va être tel que ce coût va être supérieur aux bénéfices. Cela pose toute une série de problèmes. Cela pose un problème de libertés publiques d’augmenter le nombre de gens qui vont être sanctionnés… Les statistiques montrent que 75 % des élèves de seconde ont déjà consommé du cannabis en région parisienne, alors cela devient compliqué de jouer sur le nombre. On peut décider de jouer sur ceux qui ont une consommation régulière, qui récidivent dans la consommation, et là on va augmenter la sanction pénale.  Si l’on regarde le problème dans son ensemble, en augmentant la sanction pénale on diminue leur consommation de cannabis mais par ailleurs, on les amène en prison, « la fameuse école du crime », ce qui peut les conduire à être désocialisé, on peut briser leurs études. S’ils quittent la MSE (Maison des sciences économiques, où Pierre Kopp enseigne) parce qu’ils ont fumé du cannabis pour aller faire trois mois de prison ferme, les conséquences peuvent être plus négatives que les bénéfices… Donc c’est vrai que la répression joue comme une taxe, mais c’est une taxe un peu particulière parce qu’elle joue sur la liberté des gens.

Existe-t-il d’autres aspects à ces mécanismes ? 

Un autre aspect – c’est le fruit d’une recherche récente – est lié au fait qu’il y a des gens atypiques. C’est plutôt une bonne nouvelle. Dans mes travaux je me réjouis toujours quand j’observe l’hétérogénéité des comportements, que les gens ne sont pas moutonniers et qu’en fait il y a pleins de comportements très différents et que les gens réagissent à des environnements de façon très différente. Ici le problème est qu’une petite part des consommateurs de cannabis, environ 14 % des consommateurs de cannabis, réagissent à l’envers, c’est-à-dire que si on les interroge, et qu’on leur demande « dans les composantes du plaisir que vous éprouvez à fumer du cannabis, est-ce que la probabilité d’être arrêté ou d’aller en prison est un coût pour vous ? » Normalement, pour un économiste, la réponse c’est « oui ». Or 14 % d’entre eux disent «  non, le fait de transgresser la loi fait partie du plaisir ». Comme c’est un peu atypique, pour tester cela on leur pose d’autres questions : « si le cannabis était en vente légalement, est-ce que vous continueriez à en consommer ? » et l’un d’entre eux disait, de façon assez drôle, « non, moi le cannabis en supermarché ou le cannabis en pharmacie, très peu pour moi, cela ne m’intéresse pas ». Donc il y a 14 % des consommateurs de cannabis qui exhibent, parmi leurs motivations, l’intérêt qu’ils trouvent au produit mais également le fait de jouer avec la transgression des règles. Cela dit, il y a tous les autres qui réagissent, entre guillemets normalement, c’est-à-dire qu’ils sont sensibles à la pression, et quand la pression monte, ils diminuent leur consommation.

Vidéo 3 : Le marché du cannabis thérapeutique

Pourquoi certains pays acceptent l’idée du cannabis thérapeutique et pas la France ?

Quelques pays acceptent l’idée que le cannabis puisse avoir des effets antidouleur et qu’il s’inscrive dans les soins palliatifs pour les gens qui ont des maladies dont ils ne se remettront pas et des maladies qui les font souffrir. Je suis économiste, pas médecin, donc je n’ai strictement aucune idée des vertus thérapeutique du cannabis. J’imagine que si certains pays ont inclus le cannabis dans les traitements palliatifs, c’est qu’il y a des publications qui montrent que cela a des vertus thérapeutiques. Ce que je sais en revanche, c’est que l’histoire de la médecine et l’histoire de la douleur en France est un peu spécifique et qu’on a mis très longtemps à accepter l’idée que la douleur devait être traitée de façon sérieuse, et pendant très longtemps les médecins ont refusé ou freiné la distribution d’opiacés, notamment en soins palliatifs, parce que cela ne correspondait pas à l’idéologie en la matière. Henri Bergeron, sociologue à Sciences Po, est plus compétent que moi sur cette question, nous avons écrit un article ensemble mais c’est plutôt lui qui porte cette réflexion.

Est-ce que le marché du cannabis thérapeutique tend à se développer ?

Il y a une statistique qui est extrêmement intrigante. Les soins palliatifs sont essentiellement de la morphine, un dérivé de l’opium, et la dernière fois que j’ai regardé (ce que je vais dire date un peu) 80 % de la production d’opium à des fins médicales était acheté et consommé par sept pays, ce qui veut dire que, si ces statistiques sont toujours vraies, il y aurait une très forte hétérogénéité sur la façon de traiter, par exemple, les 3 derniers mois d’un cancer du foie, ce qui est une expérience extrêmement douloureuse. Donc on voit bien qu’il y a des modalités d’accompagnement vers la mort et de la douleur extrêmement différentes d’un pays à l’autre, et que ces modalités renvoient (là je sors de mon champ de compétence) à la façon dont le système médical est capable d’intégrer des drogues qui, par ailleurs, sont utilisées de façon illégales, et à d’autres fins, dans les traitements palliatifs.

Pourquoi le cannabis reste illégal dans certains pays ?

L’une des raisons qu’on invoque pour freiner l’usage du cannabis thérapeutique consiste à dire que si l’on crée un marché légal, il va falloir approvisionner des hôpitaux, il va probablement falloir en vendre en pharmacie, et on va susciter un marché « noir » important. Il y a des gens qui vont acheter, soi-disant, pour des motifs médicaux et qui en fait vont revendre. Il y a des enfants qui voleront dans la trousse à pharmacie de leurs parents et ainsi de suite.

C’est vrai que ce danger existe, mais on sait quand même partiellement le gérer : il y a tout un système d’ordonnances assez complexes, de tableau A, tableau B, qui permettent de rendre assez difficile l’accès aux morphiniques, y compris aux gens qui en ont besoin. On contrôle leur consommation, leur ordonnance n’est valable qu’un temps extrêmement court. On a donc une très grosse expérience de la gestion des morphiniques, donc on ne voit pas pourquoi cette expérience ne pourrait pas être mise au service de la gestion légale du cannabis thérapeutique. Par ailleurs, cela soulève la question suivante : s’il y a un marché légal et que l’on craint que ce marché légal alimente le marché illégal, n’est-ce pas l’occasion de reposer la question de savoir si maintenir le cannabis dans l’illégalité a réellement un fondement ?

Que se passerait-il si l’on passait à un régime légal ?

Il n’y a pas d’étude qui permette de comparer, de façon fiable, pour un même pays car au moment où nous parlons, le cannabis est soit légal, soit interdit, nous n’avons pas de contrefactuel. En revanche, on peut modéliser ce qui se passerait si l’on passait d’un régime à un autre régime, c’est ce que je suis en train de faire. J’essaie de créer un modèle qui permettrait de voir l’ensemble des conséquences, pour une société comme la France, d’une légalisation du cannabis.

Quels sont les paramètres importants ? Premièrement, le prix : à quel prix le cannabis serait-il mis sur le marché ? Il faut que ce prix soit suffisamment élevé pour ne pas stimuler la consommation par le biais de l’élasticité prix/demande, et il faut en même temps que ce prix soit suffisamment bas pour ne pas favoriser un marché clandestin. C’est vraiment le premier paramètre, le niveau du prix.

Ensuite, qu’est-ce qu’il va se passer ? En fonction du prix qui sera fixé, si le prix est fixé correctement (et on peut l’ajuster), on peut espérer que l’on va stabiliser le niveau de consommation. Si l’on stabilise le niveau de consommation, on aura toujours le même niveau de dépenses publiques de santé engendrées par la consommation de cannabis. En revanche, on va économiser l’ensemble des dépenses répressives côté police et côté justice, et on peut réaffecter ces sommes à d’autres usages.

Vidéo 4 : Mesure de la consommation et de la vente des drogues

Comment obtenez-vous des données sur le marché illicite ?

C’est vrai que les données sont en partie dissimulées. Comme je travaille sur toutes les drogues, et notamment sur l’alcool et le tabac, on a quand même accès à des données. Si l’on parle maintenant des drogues illégales, les statistiques n’existent pas, les gens ne déclarent pas leurs consommations, etc. Il me semble que cela rend les choses d’autant plus intéressantes. En tout cas, moi, j’ai plus de plaisir et plus d’intérêt, et sans doute plus de compétences, à recueillir des données à partir des expériences des consommateurs, par le biais d’enquêtes spécifiques, et à construire moi-même des données pour les interpréter ensuite. Cela rend, d’un certain point de vue, les choses assez excitantes. Est-ce que l’on est vraiment capable de recueillir des données ? Les données sur la consommation, oui, parce que, de façon assez étonnante, les gens ne dissimulent pas. Dans une interview en face à face, les gens ne dissimulent pas leurs consommations, ils sont assez lucides. Si l’on pose des questions qui se recoupent suffisamment, on voit bien lorsqu’ils sont incohérents, quand ils mentent, mais en règle générale on arrive à avoir de bonnes données de consommation.

Est-ce difficile d’obtenir d’autres données que celles de la consommation ?

C’est un peu plus compliqué avec les petits revendeurs, parce qu’on a soit des données de police (on y a difficilement accès), soit on peut collecter des données par le biais des procédures qui ont été jugées (là il y a un biais de sélection parce qu’on juge ceux qui se sont fait attrapés donc ce ne sont pas forcément les « meilleurs »). Donc les données que l’on a sont forcément suspectes, puisqu’elles sont biaisées par le fait que ce sont ceux que l’on a attrapés. La façon dont la police et la justice produisent des statistiques est également, je dirais un peu « pro domo ». Dans ces statistiques, lorsqu’on interpelle quelqu’un, on exprime toujours la valeur de la saisie en multipliant le nombre de grammes saisis par le prix de vente dans la rue. Cela fait des gros chiffres, mais si vous êtes grossiste, vous ne vendez pas la cocaïne à 600 euros le gramme, vous la vendez à 300 euros le gramme, donc, en fait, les statistiques vont toujours gonfler le chiffre d’affaires en prenant le prix de la rue. Et puis, très souvent, la police et la justice ont du mal à faire la différence entre le profit et le chiffre d’affaires, et on a tendance à oublier que les gens qui vendent, admettons, à 400€, ils ont acheté à 200€, et que donc leurs profits est 200€ et pas 400€. Ce sont des points un peu élémentaires que l’on arrive à reconstituer.

Sinon il y a une autre façon de procéder qui consiste à interviewer les petits revendeurs. Il y a des équipes qui l’ont fait, je l’ai fait également. Là, il y a d’autres formes de biais, ce sont plutôt des biais d’égo, c’est-à-dire que quelqu’un qui vend, admettons, de la cocaïne à 50 euros le gramme, va toujours vous dire que c’est lui le dealer de telle star. C’est ce que j’appelle le biais d’égo, il faut avoir des clients importants. Ensuite, il va toujours multiplier la meilleure vente de la semaine, c’est-à-dire son meilleur chiffre d’affaires de la semaine par 7 jours et par 52 semaines, alors qu’en pratique, il ne vend pas tous les jours, très souvent il n’a pas la marchandise, très souvent ils sont en vacances, en prison ou ils ont pris un coup sur le nez et ils sont en train de réparer le nez. C’est assez intéressant d’être capable de reconstituer des données un peu fiables à partir de ce type de source.



Citer ce billet
SorbonnEco (2014, 7 octobre). Pourquoi les économistes s’intéressent-ils aux drogues ? – Lire l’interview. SorbonnEco. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uhm5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.