Quelle est la réalité de la migration en France ? – Lire l’interview

par Hippolyte d’Albis

Contact : Hippolyte.d-albis@univ-paris1.fr
Page personnelle

 Revenir au billet principal
_______________________

VIDEO 1
Peut-on dire que la France est un pays d’accueil des migrants ?

Quand on se compare à d’autres pays, notamment aux pays développés, la France est l’un des pays les plus fermés. Si l’on prend comme mesure les entrées nettes, c’est-à-dire les entrées nettes des sorties, la migration représente 0,81 % par an, donc moins de 1 % : c’est trois fois moins que l’Allemagne, c’est à peu près six à sept fois moins que les États-Unis.

Y a-t-il plusieurs catégories de migrants ?

Il est nécessaire de distinguer, parmi les migrants, les migrants de nationalité française des migrants étrangers. Évidemment, lorsqu’un Français entre ou sort du territoire, cela va avoir un impact sur la taille de la population. Néanmoins, ce qui intéresse plus les économistes, ce sont les entrées d’étrangers, et notamment les conséquences de ces entrées sur l’économie française. Parmi les étrangers, il y a deux types :

– Il y a ceux qui ont le droit d’entrer et de sortir librement sur le territoire français. Ce sont généralement ceux qui appartiennent à la zone de libre-échange que représente l’Europe, par exemple l’espace Schengen.

– Et les étrangers qui sont en dehors de cette zone de libre-échange, pour lesquels il faut demander un droit pour entrer sur le territoire français. Ce droit, c’est le titre de séjour. Nous comptabilisons les entrées d’étrangers via la délivrance des titres de séjours par le ministère de l’Intérieur.

Pourquoi est-il difficile de mesurer la migration ?

C’est un phénomène qui est plus difficile à mesurer que d’autres. Par exemple, si vous prenez un phénomène démographique comme les naissances, vous avez des registres d’état civil, c’est très simple : quand on regarde les registres d’état civil, on sait combien d’enfants sont nés.

La migration est un phénomène plus compliqué. On pourrait se limiter à une entrée dans le territoire : quelqu’un qui entre en France est un migrant. Néanmoins, un touriste ne va pas être considéré comme un migrant. À partir de là, on va être obligé d’avoir une définition qui va nous permettre de créer une mesure. Les définitions internationales s’accordent à dire que cette mesure est liée au temps passé sur le territoire. Il faut non seulement entrer, mais ensuite y passer un certain temps. Lorsqu’une personne entre sur le territoire français, on ne va pas lui demander combien de temps il va rester : il faut attendre qu’il ait passé ce temps là pour qu’il soit considéré comme un migrant. On parle de migration permanente, et c’est celle qui nous intéresse le plus souvent car ce sont ces personnes-là qui vont éventuellement travailler ou s’investir dans la vie de la société, et dont on souhaite voir l’impact sur l’économie, ou sur la société en général.

Peut-on mesurer la migration autrement que par les visas ?

Bien sûr. La mesure avec les titres de séjours est très imparfaite parce qu’elle ne mesure pas la migration des personnes qui n’ont pas besoin de ces titres de séjours, par exemple elle ne mesure pas la migration entre pays d’Europe.

Pour pallier ces limites, on utilise généralement le recensement de la population. Les enquêteurs de l’Insee enquêtent auprès des ménages, et leur demandent leur nationalité et où ils habitaient l’année d’avant. Si la personne habitait à l’extérieur de la France, on considère qu’il vient d’arriver et ainsi on comptabilise et on reconstruit un flux de migration à partir des enquêtes de recensement.

Comment peut-on mesurer la migration clandestine ?

Par définition, la migration clandestine concerne les personnes qui n’ont pas de titre de séjour, donc qui ne sont pas présentes dans les bases du ministère de l’Intérieur. Néanmoins un clandestin qui resterait un certain temps en France finirait par être soit régularisé soit expulsé. C’est au moment de sa régularisation qu’il va apparaître dans nos bases. Donc nos flux ne tiennent pas compte de la migration clandestine au moment où la personne est clandestine, mais elle apparaît dans nos flux de migrants si elle reste ensuite sur le territoire.

Que pouvez-vous nous dire sur les étrangers qui rentrent en France ?

Les chiffres du ministère de l’Intérieur permettent très bien de caractériser les entrées d’étrangers extérieurs à l’Union européenne en France. En moyenne, au cours des dernières années, 180 000 personnes par an entrent en France avec un visa de longue durée. La date à laquelle ils entrent n’est pas forcément la date à laquelle ils obtiennent leur visa ; néanmoins, l’obtention de ce visa leur donne le statut de migrant « longue durée ». Sur ces 180 000 personnes, il y a 10 % de mineurs, et de façon générale, la population qui entre est très jeune, on n’est pas loin de 60 % qui ont moins de 35 ans.

Existe-t-il d’autres caractéristiques ?

C’est une population qui est assez féminine : 52 % des bénéficiaires de nouveaux visas sont des femmes. Cette population peut également être caractérisée en fonction du motif de délivrance du visa. Parmi les motifs de délivrances de titres de séjour, 50 % sont pour motifs familiaux, que ce soit du regroupement familial ou des conjoints de Français. Un quart sont des étudiants, qui représentent donc une part relativement significative. 10 % des visas correspondent à l’asile. Le reste se répartit entre les autres motifs, par exemple pour motif professionnel : les travailleurs représentent aujourd’hui environ 6 % du total des délivrances des visas. Donc nous ne sommes pas du tout un pays d’immigration du travail : à peu près 10 000 personnes entrent chaque année avec un visa de plus d’un an pour travailler en France.

Est-ce que cela veut dire que 90 % des migrants ne travaillent pas ?

Non, pas nécessairement. Ce n’est pas parce que vous avez un titre de séjour qui n’est pas pour motif de travail que vous n’avez pas le droit de travailler. Une personne qui vient pour motifs familiaux a le droit de travailler. Les étudiants ont aussi le droit de travailler à temps partiel. Les migrants travaillent, comme les autres, pour gagner leur vie et pour s’insérer dans la société.

VIDEO 2 –L’immigration familiale
D’un point de vue économique, quels sont les avantages et les inconvénients de cette migration ?

Comme pour tout phénomène économique, il y a des avantages et des inconvénients, et l’objectif pour un macroéconomiste est de voir globalement si les avantages l’emportent sur les inconvénients. Avec d’autres chercheurs affiliés au Centre d’Économie de la Sorbonne, nous avons menés une étude à partir de cette base de données pour essayer d’évaluer quantitativement les effets de la migration sur le chômage ou la richesse moyenne que l’on nomme le PIB par tête. Les résultats de l’étude indiquent que l’effet de la migration est globalement positif. Il n’y a pas d’effet négatif sur le chômage, mais il y a un effet positif sur la richesse moyenne.

Que peut-on dire de la polémique sur le regroupement familial ?

50 % des nouveaux bénéficiaires de titres de séjour le sont pour des motifs familiaux. Dans la moitié des cas, ce sont des conjoints de Français : une personne qui s’est mariée avec un étranger et qui souhaite le faire venir. C’est un droit, l’obtention du titre est presque automatique. Pour les autres, ce sont des conjoints ou des familles d’étrangers.

La politique de regroupement familial a été décidée depuis de nombreuses années, et il y a régulièrement des polémiques. Ce que montrent nos travaux est que les femmes et les familles contribuent en fait très positivement à l’économie française en travaillant dans des secteurs où l’on manque de main-d’œuvre.

Donc il me semble que la politique optimale, étant donné cette situation, est de favoriser le regroupement familial plutôt que de le rendre plus difficile. On s’aperçoit que, lorsque la femme migrante arrive tard, relativement âgée, elle a beaucoup plus de mal à s’insérer sur le marché du travail que si elle arrive relativement jeune. Donc toutes les contraintes sur le regroupement familial, généralement les contraintes économiques qui sont imposées aux migrants, vont à l’encontre d’une bonne insertion de la migrante sur le marché du travail.

Quels sont les effets positifs du regroupement familial ?

Par exemple les femmes migrantes, qui entrent généralement avec un motif « famille », s’insèrent sur le marché du travail français souvent dans le secteur des services à la personne. Ce faisant, elles libèrent du temps pour les natifs qui peuvent, d’une certaine manière, travailler plus et gagner plus. C’est pour cela qu’il y a un effet positif de la migration.

Peut-on craindre que ce type de migration entraîne les salaires vers le bas ?

En moyenne, les migrants ont un niveau de revenu plus faible que les natifs. Si l’on fait entrer des migrants, on peut se dire que le revenu moyen va diminuer, par un simple effet comptable. Néanmoins, l’économie marche rarement sur des procédés comptables, et il peut y avoir des effets induits par la migration. Je citais à l’instant le cas de ces femmes migrantes, mais il peut y avoir d’autres cas où les migrants s’insèrent dans la société et permettent aux autres d’améliorer leur condition économique.

VIDEO 3 – Migration européenne – Migration étudiante
Quelles sont les problématiques clés de la politique migratoire ?

Il y a différentes façons d’aborder la politique migratoire. L’économie ne doit pas être la seule, c’est un phénomène qui est social, qui est politique, et il faut prendre en compte toutes les dimensions.

Il me semble que l’une des urgences est de favoriser l’accès des étudiants. Il y a une véritable compétition au niveau international pour attirer les « cerveaux », attirer les étudiants, et la France doit réellement jouer son rôle là-dedans. Nos études ont montré qu’il n’y a pas que les cerveaux qui ont un impact sur l’économie française, l’ensemble de la migration peut avoir un impact positif.

Une autre urgence qui, me semble-t-il, devrait être à l’agenda des politiques, est la politique au sein de l’Union européenne. Nous sommes dans une zone de libre circulation, où il est par exemple possible d’aller librement de France en Allemagne, mais pour un migrant qui obtient le droit de résider en France, il n’a pas, par ricochet, le droit de résider en Allemagne. Il a un visa Schengen, ce qui lui permet d’aller en Allemagne, mais il ne peut pas y séjourner. Donc nous sommes dans une zone de libre-échange mais l’entrée dans la zone reste toujours sous le contrôle des États qui accueillent le migrant la première fois. Donc il me semble qu’il devrait y avoir une véritable réflexion au niveau européen pour harmoniser les pratiques et avoir une véritable politique migratoire européenne.

Quelles sont les défauts des pratiques européennes ?

L’exemple de l’asile est assez symptomatique. Tous les pays européens ont signé les conventions internationales qui les obligent à accueillir les réfugiés. La France est, d’ailleurs, le pays qui accueille le plus de réfugiés au monde. Néanmoins, en accordant le droit de rester dans son pays, un pays qui accueille un réfugié ne donne pas ce droit pour le reste de la zone de libre-échange. Ce qui s’est passé avec l’Italie et Lampedusa est tout à fait symptomatique de ce manque de coordination des politiques migratoires au niveau européen.

Peut-on dire que la France est un pays d’accueil pour les étudiants ?

Les visas étudiants représentent une part importante des visas en France. Nous sommes un pays d’accueil des étudiants, nous sommes très attractifs du fait de nos conditions de vie, mais aussi de notre système éducatif qui est très performant. Néanmoins, un des problèmes est que parfois ces étudiants, formés en France donc financés par le contribuable français, repartent ensuite. C’est quelque chose qui est un peu dommage, donc il faut penser à plus long terme et faire en sorte que les étudiants formés en France, et qui veulent rester, puissent rester. Il y a énormément de facilitations à mettre en place pour transformer ce titre de séjour étudiant en un titre de long séjour.



Citer ce billet
SorbonnEco (2014, 23 septembre). Quelle est la réalité de la migration en France ? – Lire l’interview. SorbonnEco. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uhm3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.