Peut-on réduire les effets des catastrophes climatiques ? Lire l’interview

par Stéphane Zuber

Contact : stephane.zuber@univ-paris1.fr
Page personnelle

 Revenir au billet principal
_______________________

Quels types d’impacts entraînent les catastrophes climatiques ?

On a tous en tête des exemples de catastrophes climatiques, on en voit beaucoup dans les journaux. On se souvient par exemple des catastrophes qui ont frappés les États-Unis, notamment Katrina en 2005 ou Sandy plus récemment en 2012, avec des impacts économiques importants. À chaque fois, il y a eu plus de 70 milliards de dollars de dommages, donc d’un point de vue économique ce sont des impacts extrêmement forts. En France aussi, on a eu des exemples de catastrophes climatiques qui sont restées dans les esprits, notamment la canicule en 2003 ou un certain nombre de tempêtes, la tempête Xynthia ou celle de 1999, avec, à chaque fois là aussi, des impacts économiques importants, de l’ordre du milliard ou du milliard et demi d’euros.

Une autre grande conséquence de ce genre de catastrophes climatiques, ce sont les impacts humains, le nombre de morts ou de blessés. Par exemple, dans le cadre de la canicule de 2003, on parle de 15 000 décès en France.

Ce sont donc des phénomènes qui impactent les économies de façon très fortes.

Pourquoi les pays ont intérêt à limiter ces impacts ?

Si l’on regarde l’impact dans les pays développés, il y a une croissance du montant des dommages au cours des dernières années, mais en part du PIB, il y a stagnation en fait. Donc les pays développés n’ont pas nécessairement d’intérêt immédiat à limiter ce type de risques. Cela dépendra un peu de la forme que prendra le changement climatique, ce qui est encore incertain. Par exemple dans le cas des tempêtes tropicales qui se déplacent vers le Nord, vers les États-Unis, il se pourrait qu’à terme cela produise des impacts très forts, mais pour l’instant on ne voit pas d’intérêt immédiat à une action très forte.

À l’inverse, dans les pays en voie de développement, notamment le Sud-Est asiatique où il y a énormément d’inondations ou de glissements de terrain, les impacts sont déjà très forts et assez visibles.

En quoi les risques climatiques posent-ils un problème d’équité ?

Il y a deux types de problèmes d’équité dans le cas des risques climatiques.

Le premier est le problème d’équité entre les générations. Quand on parle de changement climatique, on parle de risques qui vont se produire d’ici une centaine d’années, donc ils vont frapper les générations futures. Il s’agit de savoir dans quelle mesure on veut prévenir l’impact que l’on peut avoir sur les générations futures et quelle est notre aversion à avoir ce type de catastrophes dans le futur.

Le deuxième aspect concerne les problèmes d’équité entre régions. Des chiffres indiquent que 95 % des morts sont dans les pays en voie de développement et que 50 % des évènements climatiques extrêmes se sont produits en Asie au cours des dernières années. Donc on voit très clairement que le problème du changement climatique est aussi un problème d’équité entre régions. C’est aussi cela qui rend parfois difficiles les accords climatiques, parce que les pays développés et riches n’ont pas directement intérêt à réduire ces risques qui vont frapper en fait d’autres régions.

Donc il faut intégrer ces questions d’équité au sein des accords climatiques pour donner plus de poids, plus de volonté pour réduire le changement climatique ou, en tous cas, le limiter.

Pour limiter ces impacts, doit-on parler de politiques de prévention ?

On parle de politique de prévention quand il s’agit de réduire la fréquence ou la probabilité d’un évènement qui a un impact sur l’économie en général. Dans le cas des évènements climatiques, il s’agit en fait de réduire la fréquence des tempêtes, des sécheresses, des écoulements de boue, etc.

Comment peut-on faire ce type de politique de prévention dans le cadre des événements climatiques ? Une façon de faire est de limiter le changement climatique. Les travaux du GIEC ont montré que le changement climatique pouvait avoir un impact sur la fréquence des catastrophes naturelles. Donc lorsqu’on va faire des politiques qui limitent le changement climatique – au niveau global bien sûr, puisqu’il faut réussir à se coordonner entre tous les pays pour réduire les émissions globales de carbone – on va avoir une limitation de l’augmentation de température au niveau global, et mécaniquement cela va induire une baisse de fréquence des grosses catastrophes climatiques de type tempête ou sécheresse.

Quels sont les déterminants d’une politique de prévention ?

Une politique de prévention va dépendre de deux choses. D’une part, des impacts attendus. Si un événement catastrophique se réalise, quel est le coût pour l’économie ? Et déjà, de ce point de vue, il y a un certain nombre de difficultés, parce que lorsqu’on parle de catastrophes naturelles, on a à la fois des coûts directs, c’est-à-dire l’impact sur l’économie, sur les routes qui sont détruites, les systèmes électriques qui sont endommagés, et des coûts indirects, c’est-à-dire à plus long terme qu’est-ce-que cela veut dire pour l’économie d’avoir fait face à ce type d’impact climatique.

L’autre difficulté est qu’il y des impacts tangibles et des impacts intangibles. Les impacts tangibles concernent le coût économique tel que l’on mesure d’habitude, et les impacts intangibles sont les impacts humains, le nombre de morts, le nombre de blessés, qui sont plus difficiles à mesurer.

Tout cela constitue une partie des déterminants de la politique de prévention. Plus ces impacts vont être forts – et il faut prendre en compte la totalité des impacts directs, indirects, tangibles et intangibles – plus on va avoir à faire cette politique climatique.

L’autre déterminant va être de savoir dans quelle mesure je peux limiter la fréquence des impacts, quel pouvoir je peux avoir sur la maîtrise des risques. Par exemple, dans le cadre d’une politique climatique, dans quelle mesure je vais pouvoir limiter la fréquence des ouragans ou des sécheresses si je fais une politique climatique au niveau global ?

_____________________________________________

Vidéo 2 – Le coût des politiques climatiques

Quel est le coût des politiques climatiques sur la croissance ?

Il est évident que les politiques climatiques ont un coût, et ce coût peut avoir un impact sur la croissance à court terme. Mais, par le développement des technologies vertes, ces politiques climatiques peuvent aussi avoir des impacts différents sur la croissance et générer de la croissance.

Mais les risques climatiques peuvent eux aussi avoir un impact fort sur le stock de capital dans l’économie, sur les infrastructures, et être eux-mêmes une façon de limiter la croissance à long terme.

Donc, prévenir les risques climatiques permet de garantir une certaine croissance dans le futur, en garantissant une continuité pour un certain nombre d’infrastructures, et aussi une continuité au niveau des populations humaines.

Comment mesure-t-on le coût de ces impacts ?

Pour mesurer des impacts économiques sur les infrastructures ou des dommages économiques directs, c’est assez facile : on a les prix, les valeurs du marché, il est donc assez facile de valoriser cela d’un point de vue économique.

Quand on parle des impacts intangibles, il est beaucoup plus difficile de savoir quel est le prix d’une vie humaine, de moindres hospitalisations, de moindres accidents. C’est assez difficile, mais il y a des méthodes économiques qui existent pour valoriser ce genre d’impacts. Pour l’instant il n’y a pas d’étude qui permette de valoriser cela d’un point de vue global. Mais on a des méthodologies pour donner ce qu’on appelle une valeur à la vie qui permet de mesurer la valeur d’une réduction de la longueur de la vie des individus, ce qui est une façon de valoriser ce type d’impacts intangibles. Mais ces méthodologies, pour l’instant, sont assez difficiles à mettre en œuvre. Elles supposent un certain nombre d’hypothèses qui sont toujours discutées, donc il n’y a pas d’accord sur la valeur exacte de ce type d’impacts.

Une autre difficulté est que, lorsqu’on parle par exemple de la valeur de la vie, on a des valeurs qui sont différentes entre pays développés et pays en développement, puisque l’on se base en général sur des valeurs de marché, sur les assurances-vie. Donc on a des différences très fortes sur la valeur d’une vie aux États-Unis et au Gabon, par exemple. Et la question est de savoir si l’on veut corriger ce genre de chose ou pas. Si l’on corrige, cela risque de donner une valeur beaucoup plus forte aux impacts climatiques.

Quel est l’impact sur la santé humaine ?

L’un des points sur lequel on insiste assez peu pour le moment, ce sont tous ces impacts intangibles sur la santé humaine. Là, il y a des choses assez faciles à faire.

Le développement de médicaments et la prévention médicale pour un certain nombre de maladies liées à des impacts climatiques sont encore assez faibles. Donc c’est un type de politique que l’on peut faire, développer des technologies médicales et faire de l’aide médicale. Ce sont des politiques qui sont a priori assez peu chères.

Toute cette question de la prévention des impacts humains est, pour l’instant, un peu marginale. Je pense que c’est là où l’on peut avoir un impact plus fort et peut-être moins coûteux que sur des impacts économiques directs.

Existe-t-il des options technologiques pour prévenir les risques climatiques ?

Il existe un certain nombre de technologies qui permettent, par exemple, de limiter le changement climatique de façon assez drastique, qu’on appelle « geo engineering ». Il s’agit de faire l’ingénieur avec le climat. Il existe aussi des études économiques sur le coût de ces choses-là. Le problème est que ces technologies, pour l’instant, ont des conséquences qui sont mal maîtrisées et assez incertaines, donc il y a beaucoup de discussions sur quel est vraiment l’impact et quelle serait vraiment la valorisation de ce genre de technologie.

Quelle est la bonne politique à mettre en place, et quand ?

Effectivement, il a toujours une question d’arbitrage pour savoir quand mener une politique. C’est une question très importante qui suscite beaucoup de débats. Il n’y a pas nécessairement d’accord entre les chercheurs sur ce point-là.

Si l’on fait de la prévention tôt, on pense en général que les coûts seront un peu moins forts, alors que plus tard, il faudrait agir plus fortement pour arriver au même niveau d’intervention. Mais si l’on attend un peu, on peut aussi avoir des technologies meilleures – là, il a un risque sur la possibilité ou pas d’avoir ces technologies.

C’est cet arbitrage que l’on arrive à modéliser dans les études économiques, mais il n’y a pas d’accord entre les chercheurs sur la temporalité la meilleure pour faire ce genre de politique.

_________________________________

Vidéo 3 – Les politiques d’adaptation

Existe-t-il d’autres options que la prévention ?

À côté des politiques de prévention, il y a ce que l’on appelle des politiques d’adaptation. Il s’agit de se préparer à ce type d’événement, comme par exemple en construisant des digues pour que suite à des ouragans comme Katrina ou comme Sandy, il n’y aient pas d’inondations à New York ou à la Nouvelle Orléans. On peut au niveau individuel ou au niveau d’un pays se préparer à ces événements climatiques.

Mais l’un des gros problèmes pour un certain nombre de pays est que les populations se trouvent souvent situées près des côtes, là où les dangers sont les plus forts. Le type de chose que l’on peut faire est donc aussi de repenser la localisation géographique des populations. C’est un problème très compliqué, de long terme, de penser à comment vont évoluer les habitations humaines dans le futur.

Comment s’adapter aux risques migratoires qu’entraînent ces catastrophes ?

Il est évident que le changement climatique est un problème global, donc on peut essayer de penser à des solutions globales. L’une des questions importantes qui risquent de se poser est la question des migrations des populations vivant dans des zones qui ne seraient plus habitables ou difficilement habitables dans le futur. Pour l’instant, on n’a pas encore complètement réfléchi à ce type d’impact, c’est très difficile à prévoir, à modéliser. Ce sont des choses qu’on connaît mais qui sont pour l’instant difficiles à évaluer et à penser. Évidemment si des catastrophes vraiment très importantes se produisent, il y aura des tensions très fortes en termes migratoires, et nécessairement cela appellera des réponses globales à un moment.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.