Faut-il démanteler l’euro ? – Lire l’interview

Par Agnès Benassy-Quéré

Contact : Agnes.Benassy@univ-paris1.fr
Page personnelle

____________________________
Retour au billet principal

Quels sont les bénéfices qu’apporte l’euro à la France ?

On peut en citer quatre.

Les gens pensent que les prix ont augmentés à cause l’euro. Le café au comptoir coûtait 1 franc, il coûte aujourd’hui 1 euro, donc 6 fois plus. Cette perception est erronée, l’inflation est beaucoup plus faible depuis la création de l’euro. Depuis que l’euro a été créé il y a 15 ans, les prix ont été multipliés par 1,27, donc ils ont augmenté de 27 %. Dans les quinze précédentes années, ils avaient augmenté du double. C’est le premier effet : un ralentissement très fort de l’inflation. Certains diront même trop peu d’inflation aujourd’hui, mais c’est un autre sujet.

Le deuxième bénéfice est, pour les entreprises, des taux d’intérêt réels, c’est-à-dire des taux d’intérêt corrigés par l’inflation, qui ont été deux fois plus faibles qu’avant l’euro. Avant l’euro, dans les taux d’intérêt, il y avait une prime de risque qui était donnée aux investisseurs pour compenser le risque de dévaluation du franc. Cette prime a disparu, et donc le bénéfice pour l’entreprise est de pouvoir emprunter moins cher.

Le troisième bénéfice tient au fait que la France a été protégée contre des dévaluations compétitives à l’intérieur de l’Europe. Si la crise de 2008 avait eu lieu dans le système monétaire précédent, qui était le système européen de changes fixes mais ajustables, il y a fort à parier que ce système aurait volé en éclats, avec des dévaluations compétitives notamment en Italie et en Espagne. Il faut bien avoir en tête que la France exporte plus vers l’Italie que vers les États-Unis. Il faut avoir conscience aussi que l’Espagne et l’Italie réunis représentent, pour nos entreprises, un marché presque aussi important que l’Allemagne. Donc la France aurait beaucoup souffert de ces dévaluations probables qui auraient eu lieu dans les pays du Sud.

Le dernier bénéfice pour la France tient au fait qu’avant l’euro, la politique monétaire de la France n’était pas indépendante. La politique monétaire de la France était dictée par l’Allemagne, car nous n’étions pas dans un régime de change flottant, donc de taux de change déterminé librement sur les marchés. La France était engagée à maintenir son taux de change fixe par rapport à l’Allemagne, mais sans pouvoir partager la souveraineté monétaire. Elle avait, d’une certaine manière, transféré sa souveraineté monétaire de facto à l’Allemagne. Cela s’est bien vu lors de la réunification allemande au début des années 90, où l’Allemagne a dû resserrer sa politique monétaire, et tous les autres pays ont dû suivre, et certains n’ont pas réussi, et c’était la crise du système monétaire européen. Donc, depuis l’euro, la France siège de nouveau pour la détermination de la politique monétaire, et la France a cette caractéristique d’être un pays médian :

– D’abord c’est 20 % de la zone euro. La France est un petit pays dans le monde, mais un grand pays dans la zone euro, donc elle pèse dans l’indice des prix de la zone euro agrégée, et a un poids très important de facto dans la détermination de la politique monétaire.

– La France est un pays médian, ce qui fait que la politique monétaire de la BCE correspond en général aux besoins de la France, ce qui n’est pas le cas, par exemple, des petits pays périphériques comme la Finlande ou le Portugal.

Que peut encore apporter l’euro à la France aujourd’hui ?

L’Euro peut encore nous apporter des bénéfices dans quatre directions principales.

La première est l’internationalisation de l’euro. L’euro s’est un peu développé comme monnaie internationale, nos exportateurs exportent naturellement vers la zone euro en euro, et vers le reste du monde en partie en euro. Mais cela pourrait être plus large que cela. On pourrait être comme les entreprises américaines pour qui il est hors de question de vendre dans une autre monnaie que le dollar. Cela pourrait être la même chose pour les entreprises de la zone euro qui vendraient uniquement dans leur monnaie. Cela limiterait énormément les risques. On sait que lorsqu’on veut vendre un produit, entre le moment où l’on fixe le prix et le moment où la facture est payée, il s’écoule un temps assez long, donc les fluctuations du taux de change introduisent du risque à ce moment-là. Dans l’autre sens, nos importations sont en partie facturées en euro mais cela pourrait être beaucoup plus large que cela.  On pourrait imaginer un jour où le pétrole serait payé en euro et non pas en dollar. C’est le premier bénéfice que pourrait encore nous apporter l’euro en se développant.

Il y a un deuxième bénéfice qui, lui, est complètement interne. Depuis les années 70, les gouvernements français n’ont pas réussi à ramener le solde budgétaire à l’équilibre. On a des déficits depuis les années 70. Or là, on voit que c’est en train de se produire, l’euro introduit une discipline que l’on n’a pas réussi à produire en interne. Donc finalement, c’est une protection pour le contribuable contre les « folies » de ces gouvernements qui continuent à faire de la dette au détriment des générations futures qui ne sont pas ses électeurs.

Le troisième point est que l’on peut imaginer qu’avec plus d’intégration – ce qui en train de se faire du côté de l’union bancaire, l’intégration financière – on aurait une meilleure protection des travailleurs, de l’activité économique plus généralement, contre des évènements aléatoires qui peuvent survenir à n’importe quel moment dans une économie. Par exemple, des évènements climatiques, des crises sectorielles : l’automobile, la téléphonie, des secteurs de l’agriculture… des secteurs particuliers qui sont importants pour l’économie et qui peuvent entraîner une récession. Des études sur l’économie américaine montrent qu’en ce moment l’intégration financière permet de beaucoup stabiliser l’activité pour deux raisons. Tout d’abord l’accès au crédit lorsqu’il y a des banques transnationales : par exemple, un crédit peut continuer à être procuré aux entreprises et aux ménages du pays en récession parce que cela ne dépend plus de la bonne santé des banques du pays concerné. Par ailleurs, les ménages peuvent diversifier leurs avoirs, leurs économies et peuvent investir non seulement dans les produits financiers immédiatement disponibles dans le pays, mais auront également de plus grandes possibilités d’investir dans les pays autour, ce qui permet par exemple, s’il y a des chutes des actions dans un pays particulier, de soutenir leurs revenus grâce à des hausses de prix dans d’autres pays. Ces deux effets-là sont très puissants aux États-Unis. On n’a pas toujours en tête qu’aux États-Unis, cette intégration financière a un rôle beaucoup plus important que le budget fédéral dont on parle tout le temps pour stabiliser l’activité.

Le dernier point est très important pour les Français car ils aiment bien la régulation internationale dans tous les domaines : la régulation sociale, la régulation du climat, la régulation financière. L’Union européenne a beaucoup plus de poids dans les négociations internationales lorsqu’elle est unie. On voit bien que l’Union européenne est un acteur respecté et craint pour les négociations commerciales, là où l’on a vraiment une politique unique commerciale internationale. Par contre, sur les domaines financiers, on est en ordre dispersé, au FMI, au G20. On pourrait imaginer qu’en s’unissant, la zone euro puisse avoir plus de poids dans la « re-régulation » de la finance internationale, la lutte contre les paradis fiscaux et toute une série de thèmes qui sont chers aux Français.

VIDEO 2 – Alternatives à une monnaie unique européenne

Et si on découpait la zone euro en deux ?

Certaines personnes proposent de découper la zone euro en plusieurs morceaux, souvent en deux morceaux : l’euro de Nord et l’euro du Sud. La première question qui se pose, c’est où se situe la France ? Est-elle au Nord ou au Sud ?

Si elle est au Nord, elle se retrouve face-à-face avec l’Allemagne en quelque sorte, puisqu’elle perd les deux autres grands pays qui auraient pu être ses associés, que sont l’Italie et l’Espagne. Donc elle est face-à-face avec l’Allemagne, qui est un grand pays excédentaire, avec une monnaie qui est forte et qui s’apprécie, avec toutes les difficultés que cela pose aux industries françaises.

Si elle est au Sud, elle perd d’un coup la crédibilité que donne la monnaie unique, la politique monétaire indépendante et une conception allemande de la politique monétaire – que l’on peut critiquer mais qui a au moins cette vertu d’introduire une inflation faible et des taux d’intérêt faibles parce que la politique monétaire est crédible.

En plus de tout cela, si l’on coupe la zone euro en deux, les bénéfices de l’euro qui sont liés à la disparition des coûts de transaction de change puis à la disparition du risque de change entre les partenaires européens, seront divisés par deux. Dans nos exportations, nous retrouverions des coûts de transaction de change et une incertitude monétaire dans toutes nos relations avec l’Italie et l’Espagne.

Au fond, il faut bien avoir en tête que lorsqu’on propose de couper la zone euro en deux, il n’est pas évident que la France y gagne, elle a même plutôt à y perdre.

La deuxième chose, c’est en dynamique : si l’on coupe une fois en deux, pourquoi pas une deuxième fois en quatre, et puis pourquoi pas en huit ? À partir du moment où l’on commence soit à couper en deux, soit à exfiltrer un pays de la zone euro, c’est un précédent et les marchés cesseront de penser que l’euro est un dispositif définitif. Ils recommenceront donc à mettre un prix sur l’éventualité d’une dévaluation dans tel ou tel pays. D’une certaine manière, c’est un retour en arrière, un retour au système monétaire européen de changes fixes mais ajustables, puisque la participation d’un pays à la zone monétaire n’est pas acquise.

Aujourd’hui dans un contexte de crise, ne faudrait-il pas démanteler l’euro ?

C’est une question tout à fait légitime. Ce qu’il faut se demander, c’est ce que l’on gagne et ce que l’on perd à démanteler l’euro.

Les partisans qui veulent démanteler l’euro mettent bien sûr en évidence  ce que l’on gagne. Ce que l’on gagne, c’est de pouvoir récupérer une indépendance de notre politique monétaire, de pouvoir dévaluer la monnaie et ainsi de gagner des parts de marché à l’exportation. Ce qu’il faut bien avoir en tête, c’est que cela correspond à un certain arrangement monétaire qui est le « flottement des monnaies ». Un autre nom pour le flottement des monnaies est la « guerre des monnaies ». Souvent ce sont les mêmes qui reprochent aux États-Unis ou au Japon de mener « la guerre des monnaies », et qui veulent d’une certaine manière importer cette « guerre des monnaies » à l’intérieur de la zone euro. Le problème, c’est que si la France récupère sa capacité à dévaluer sa monnaie, tous les autres pays la récupèreront également, et il n’est pas du tout clair que le franc, qui serait réintroduit, se déprécierait par rapport notamment aux monnaies du Sud. Il se déprécierait sans doute par rapport à l’Allemagne, mais s’il s’apprécie autant par rapport aux monnaies du Sud, on n’a rien gagné de ce point de vue-là.

Or, à côté, qu’est-ce que l’on a perdu ? On a réintroduit le risque sur les taux de change, et la nécessité pour les entreprises, par exemple, de s’endetter en monnaie étrangère parce qu’on ne leur ferait plus confiance dans leur propre monnaie ou de s’endetter dans leur propre monnaie à un taux d’intérêt plus élevé. Tout ce que l’on a gagné avec l’euro, on le redéfait pour un bénéfice qui paraît assez limité au fond. On perd la coordination des politiques monétaires que nous avons réussi à faire par la force avec l’union monétaire – puisqu’il n’y a qu’une seule monnaie, il y a forcément une coordination des politiques monétaires. Donc l’indépendance des politiques monétaires, c’est aussi la guerre des politiques monétaires.

Dans le court terme, il faut se demander ce qu’il advient des dettes existantes, les dettes publiques et les dettes privées. Pour les dettes publiques, la plupart d’entre elles pourraient être converties dans la monnaie nationale, donc cela fait nos affaires pour la dette publique française qui serait en franc, remboursée en franc, donc si le franc se déprécie, ce n’est pas trop douloureux. Mais nous sommes aussi créancier des autres pays de la zone euro, notamment la Grèce qui pourrait évidemment rembourser en drachme, donc pour les épargnants français, le gain n’est pas évident. Pour le contribuable c’est plutôt bien, mais pour les épargnants, c’est plutôt négatif. Et même pour le contribuable, indirectement, puisqu’en fait c’est l’État français qui a prêté à l’État grec, donc c’est le contribuable français qui devrait supporter la perte sur la Grèce.

On revient souvent au débat sur la dette privée. Les entreprises, notamment les entreprises françaises, sont très endettées en euro : en quelle monnaie serait cette dette, dans quelle monnaie serait convertie cette dette ? Et là, il n’y a pas de règles, donc ce serait du cas par cas. Donc forcément les « grands » seraient favorisés par rapport aux « petits », puisqu’ils ont une force de négociation avec les banques plus importantes que les petits. Cela pourrait durer des années de contentieux. C’est une très bonne affaire mais plutôt pour la profession des avocats d’affaires que pour le secteur réel de l’économie !

Comment procéder au démantèlement de l’euro s’il avait lieu ?

Si l’on pense que l’on peut organiser le démantèlement de l’euro de manière ordonnée, c’est un leurre. C’est forcément très violent, il n’y a qu’à penser à ce qui s’est passé en Argentine au début des années 2000, avec une monnaie qui se dévalue de 80 %, une incapacité à avoir un crédit de la part des autres pays, donc une incapacité à financer le déficit commercial. Cela veut dire couper dans les importations d’énergie, de médicaments, de produits qui peuvent être des produits de nécessité. Donc sur le plan social, cela peut être très difficile. Il faut savoir qu’une dévaluation, c’est une perte du pouvoir d’achat. Plus elle est rapide, plus elle est difficile à supporter. Comme on ne peut pas faire cela en un week-end, dès les premières rumeurs d’une renationalisation de la politique monétaire, les personnes qui ont une épargne, et notamment celles qui sont bien informées donc plutôt les classes supérieures,  auraient vite fait d’aller déménager leurs épargnes dans les autres pays. Donc, finalement, les personnes qui seraient vulnérables par rapport à ce changement de régime seraient les plus modestes. Ceux qui n’ont pas d’épargne, ou qui ont une épargne mais qui n’ont pas su trouver les circuits pour la déménager… Le jour où on leur a dit « on va tamponner les euros avec un tampon français et comme cela, ils deviennent des francs », pendant ce temps les gens plus riches, eux, prennent le TGV et vont les faire tamponner en Allemagne !

VIDEO 3 – Les banques et les crises financières internationales 

Quel est le rôle d’une banque dans les crises financières internationales ?

Il a plusieurs types d’entreprises, donc plusieurs types de banques : des banques locales, des banques nationales dont l’activité est restreinte au niveau du pays, puis des banques internationales qui ont des activités dans tous les grands pays du monde. Ceci est important. Pourquoi ? Parce qu’une faillite de l’une de ces banques aura un impact différent selon sa taille.

Une banque locale, si elle fait faillite, n’aura pas un impact très fort sur les marchés, ni d’effet « domino » très important. Donc l’État dans lequel elle se situe pourrait la laisser faire faillite en remboursant les déposants, en s’assurant que les déposants ne soient pas lésés, mais cela ne sera pas une catastrophe.

Par contre, les banques internationales, si elles font faillites, c’est une catastrophe pour le pays où elles ont leur siège. C’est une catastrophe internationale parce qu’il y aura un effet « domino » comme on l’a vu avec Lehman Brothers. Mais cela a aussi un impact parce que l’État va vouloir renflouer la banque, pour l’empêcher de faire faillite : pas pour la banque elle-même, on ne cherche pas à sauver les banques pour elles-mêmes, mais à cause des dommages pour l’économie, donc pour l’emploi, pour l’investissement. Donc l’État va chercher à la sauver comme cela a eu lieu en Irlande. Il faut savoir que l’Irlande, quand elle a cherché à sauver ses banques, a fait un déficit budgétaire qui a été jusqu’à 34 % du PIB. Donc clairement les banques à elles seules peuvent mettre un État dans le rouge. La tendance aujourd’hui en Europe, c’est d’européaniser la surveillance des banques, et européaniser ce processus qui vise à sécuriser le système bancaire, à la fois pour les emprunteurs et les déposants. C’est tout l’objet de l’union bancaire. Et si l’union bancaire réussit, cela va permettre de mettre en place des banques transnationales qui ne sont pas nécessairement internationales. Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire qu’elles agissent dans plusieurs pays à la fois, avec une implantation forte dans plusieurs pays et, à l’intérieur de la banque, on peut avoir des flux qui permettent, par exemple, de maintenir le crédit dans un pays en crise si, dans un autre pays, on a par ailleurs une économie qui fonctionne bien. Alors, c’est un projet très ambitieux car la tendance aujourd’hui c’est la fragmentation du système financier international et européen, où l’on demande aux banques dans chaque État d’avoir la trésorerie correspondant à l’État sans prendre en compte qu’il peut y avoir des filiales qui peuvent se prêter les unes les autres. La tendance c’est ça, au niveau international. L’Europe finalement irait à contre-courant, à essayer de réinstaurer une défragmentation du système financier de manière à avoir cette stabilisation par le système bancaire en cas de chocs sur l’activité, d’imprévus ou crises.

VIDEO 4 – PEDAGOGIE

Qu’est-ce-que le flottement des monnaies ?

On appelle flottement des monnaies la détermination du prix des monnaies selon la loi de l’offre et la demande, tout simplement. Donc on a un marché des changes qui est mondial, qui est énorme. Il s’échange pour 4 000 milliards de dollars par jour sur le marché des changes. Prenons une monnaie, le yen : l’offre et la demande varient de jour en jour, et quand l’offre augmente par rapport à la demande, le yen se déprécie, sa valeur baisse par rapport aux autres monnaies. Quand la demande de yen augmente par rapport à l’offre, le yen se renchérit, on dit qu’il s’apprécie. On parle de flottement si la banque centrale n’intervient pas sur le marché des changes. Dans le cas du yen, en fait la banque centrale intervient assez souvent sur le marché des changes, par exemple si elle considère que le yen est trop fort, alors elle va acheter du dollar, et payer avec du yen qu’elle crée. Mais pour un pays comme les États-Unis ou la zone Euro dans son ensemble, la monnaie est complètement flottante, cela veut dire que la banque centrale n’intervient pas.

La politique monétaire influence le taux de change parce qu’elle fixe le taux d’intérêt à court terme, et par les annonces le taux d’intérêt a pu monter. Donc par exemple quand la réserve fédérale américaine baisse son taux d’intérêt ou fait ce que l’on appelle le « quantitative easing », l’assouplissement quantitatif, c’est-à-dire l’expansion monétaire au-delà du taux d’intérêt qui est assez haut, cela contribue à affaiblir le dollar par rapport aux autres monnaies. Pourquoi ? Parce que la monnaie américaine étant mal rémunérée, personne ne va investir dans cette monnaie ; par contre, comme elle est « bon marché », c’est très intéressant d’aller s’endetter dans cette monnaie. Et l’endettement dans cette monnaie, c’est de l’offre de dollars, et l’investissement c’est la demande. C’est là que l’on voit que l’offre augmente et que la demande diminue, ce qui fait baisser le dollar.

Qu’est-ce-que la monnaie commune ?

Alors sur la question de la monnaie commune il y a plusieurs versions ; l’idée générale c’est que nous avons 18 pays dans la zone Euro, l’idée c’est de réintroduire 18 monnaies nationales et une 19e monnaie qui serait la monnaie commune. Les 18 monnaies seraient convertibles dans la monnaie commune qui serait la monnaie du commerce international et on aurait des monnaies nationales pour les transactions nationales. La difficulté par rapport à cela serait tout d’abord la complexité. Dans certaines versions, pour convertir les monnaies nationales dans une monnaie internationale, par exemple le dollar, il faudrait passer par la monnaie commune, donc on aurait double conversion. Le deuxième problème est de définir le régime de change, parce que si l’idée est d’avoir des changes flottants, autant avoir des monnaies indépendantes et pas de monnaie de commune. Si l’idée des personnes qui proposent cela est d’avoir un taux de change fixe mais ajustable, d’une certaine manière c’est un retour en arrière au système monétaire européen que nous avons connu entre 1979 et 1999, et qui a fonctionné plus au moins bien et notamment assez mal à partir du moment où on a libéralisé les mouvements de capitaux. On a connu une crise monétaire extrêmement violente au début des années 90, et tout de suite après tout le monde s’est rendu compte que ce système n’était plus tenable. Cela a été le déclenchement de la marche vers la monnaie unique. Donc revenir à ce système monétaire européen, ces changes fixes mais ajustables très vulnérables à la spéculation, c’est au mieux un leurre, au pire un cauchemar, puisque c’est la porte ouverte à cette spéculation qui mène à des crises récurrentes. Donc, finalement, la monnaie commune, le régime de change fixe mais ajustable, c’est un peu les inconvénients du change fixe sans les avantages : il y a des coûts supplémentaires liés au manque de crédibilité de cette fixité du taux de change puisqu’on sait qu’on peut dévaluer, donc il y aura toujours cette interrogation par rapport aux investisseurs : « je veux investir dans votre pays, mais je n’ai aucune certitude que vous n’allez pas dévaluer, donc je vous demande un taux d’intérêt plus élevé ». Donc on récupère des taux d’intérêt plus élevés qui ralentissent l’investissement, qui ralentissent l’économie, et pour finalement un gain qui paraît assez ténu.

Qu’est-ce-que la monnaie unique ?

Lorsqu’on a créé l’euro, on a créé une monnaie unique. Qui dit monnaie unique dit politique monétaire unique, donc banque centrale unique. Et on a complètement oublié que la monnaie n’est pas simplement créée par la Banque centrale, mais principalement par les banques, en fait. Et lorsqu’une banque fait un crédit à une entreprise, elle créée de la monnaie. Donc la banque centrale est « dans son coin ». D’un côté on a des banques surveillées par des États, et de l’autre côté on a la Banque centrale qui crée de l’euro, mais les banques en créées aussi, pourtant il n’y a pas de relation entre les deux. C’est cela que l’union bancaire va essayer de remettre « au carré » avec un système bancaire hiérarchisé au niveau de la zone euro et non pas au niveau de chaque État. Le projet d’union bancaire c’est une manière d’incorporer les banques au projet de monnaie unique.


 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.