Le risque, c’est quoi ? – Lire l’interview

par Jean-Marc Tallon

Contact : jmt@univ-paris1.fr
Page personnelle

____________________________
Retour au billet principal

VIDEO I – Les apports d’une réflexion sur le risque.

Quelles sortes de risque sont étudiées par les économistes ?

Le risque est omniprésent dans la vie de tous les jours et sous des formes assez différentes. Vous avez des risques quotidiens comme prendre sa voiture, traverser la rue, consommer des aliments juste périmés. Vous avez, après, des risques beaucoup plus conséquents mais moins répétés, par exemple la décision d’investissement dans un actif financier quelconque, la décision d’éducation, la décision de se marier ou pas, la décision de résider dans une villa ou dans un appartement, etc. Ce genre de décision comporte des risques. Vous avez aussi des décisions qui comportent des risques au niveau social, économique, globale, comme par exemple, lors de la crise des subprimes : l’un des éléments incriminés était que ces fameux actifs toxiques dont on ne connaissait pas tellement la teneur, est que les gens ont achetés sans trop savoir ce qu’ils achetaient, qu’ils ont pris un risque sans savoir qu’ils prenaient véritablement un risque, et cela a dégénéré après, lorsque la nature même de ce risque a été révélée.

Est-ce que le niveau d’éducation sert à mieux appréhender le risque ?

Les ménages plus éduqués ont un comportement plus sophistiqués vis-à-vis du risque ; ils comprennent les risques qu’ils prennent, ils savent les peser, voir les avantages qu’il y a à prendre des risques, etc. Dans le domaine financier, on sait que les rendements sont plus élevés lorsque l’on prend plus de risques, mais il y a moins de chance de toucher ces rendements élevés. Ils ont donc un comportement plus sophistiqué qui se traduit par une prise de risque plus grande mais sans doute plus maîtrisée que pour des ménages un peu moins éduqués, qui sont entre les deux extrêmes, et qui parfois prennent des risques sans trop comprendre les risques qu’ils prennent et qui sont parfois déçus des résultats. C’est aussi en partie pour cela qu’il y a une directive européenne chargée de protéger les ménages et les consommateurs de produits financiers, pour éclairer les banques et les sociétés d’assurance dans les conseils qu’ils donnent sur les produits à prendre par ces ménages, pour essayer d’avoir une vision à peu près complète du degré d’aversion pour le risque de ces ménages, des projets qu’ils ont en tête pour leurs investissements et donc essayer de prendre au mieux les décisions, et les protéger contre des prises de risques parfois inconsidérées.

Comment ces recherches peuvent-elles améliorer le bien-être de la société ?

Il y a une bonne part de la population qui ne sait pas très bien quels sont les risques qu’elle prend, qui ne sait pas très bien définir son attitude vis-à-vis de ces risques. Il y a là, donc, des gains possibles de bien-être général si les banques et les sociétés d’assurance proposaient des produits appropriés pour cette population. Ceci est un point de vue strictement financier.

Maintenant, le risque est omniprésent dans la vie de tous les jours. Il y a des risques conséquents lorsque vous décidez d’acheter une maison, ou de faire construire quelque chose, ou à l’inverse de louer un appartement. Cela entraîne des risques différents sur votre situation. Lorsque vous décidez d’un choix d’éducation, lorsque vous êtes adolescent par exemple, les choix d’éducation sont des choix risqués, on ne sait pas si on va réussir dans la filière que l’on a choisie, on ne sait pas très bien quels seront les débouchés qui nous seront proposés. Donc essayer de mieux peser le pour et le contre dans toutes ces situations, d’une manière économique donc qui se veut rationnelle, sachant qu’il y a beaucoup d’autres facteurs psychologiques, émotionnels qui entrent en ligne de compte là-dedans, mais avoir une approche, déjà, un peu de base en économie pour ces choix-là est quelque chose qui peut améliorer la situation personnelle des gens.

Comment les décideurs politiques se comportent-ils face aux risques ?

La prise de décision publique en présence de risque est aussi omniprésente : lorsque l’on parle du débat sur le nucléaire, lorsque l’on parle de la vache folle il y a quelques années… donc des décisions à prendre dans le domaine public font évidemment la part belle à la prise de décision, dans le risque aussi. Et là on ne peut pas dire que le calcul économique public ait beaucoup pris en compte cette dimension dans le passé. Il y a eu une prise de conscience assez forte depuis une dizaine d’années, avec pas mal de commissions comme le Commissariat général au plan, par exemple, qui ont réfléchi sur le sujet : comment prendre en compte le risque dans la prise de décision publique, dans les investissements autoroutiers et autres ? Donc là, le calcul économique au sens traditionnel s’est un peu étendu, et il prend maintenant en compte ces aspects-là, de manière fragmentaire, partielle, mais il y a eu de réels progrès faits dans ce domaine.

Le principe de précaution, représente-t-il un ces progrès ?

Il y a un principe qui a émergé, depuis quelques décennies maintenant, qui est le principe de précaution dans lequel on doit – puisque c’est un principe constitutionnel maintenant – prendre des mesures appropriées pour préserver un certain nombre de choses. Le principe de précaution a été énormément débattu. Il a parfois été utilisé à mauvais escient, comme un principe de blocage. On retrouve un peu, là, la gradation des différents types de risque auxquels on fait face : il y a le risque habituel où le principe de précaution ne s’applique pas puisque les risques sont connus, on connaît les probabilités, etc. ; là où le principe de précaution s’applique, c’est le domaine où l’incertitude est plus floue mais où il y a quand même un certain nombre d’évidences scientifiques qui existent et sur lesquelles on peut s’appuyer. Donc on ne peut pas dire tout et n’importe quoi en se fondant sur le principe de précaution lorsque la science, au sens habituel du terme, a quand même des éléments. Il y a déjà plus de 70 ans que l’on sait que l’amiante c’est dangereux, que concernant le prion pour la vache folle, il avait une suspicion de transmission entre les espèces, etc. Donc là, il y avait des éléments scientifiques importants qui permettaient de prendre des décisions adaptées pour empêcher un certain nombre de mauvaises décisions publiques. Après, dans le domaine de l’incertitude radicale où l’on ne sait vraiment rien, le principe de précaution n’a pas grand-chose à dire. On est plus dans un domaine de fantasme… Mais dans des domaines tels que le réchauffement climatique ou autres, où l’on a des évidences scientifiques bien fondées, le principe de précaution permet de prendre un certain nombre de mesures de sauvegarde avant d’en savoir plus et avant de prendre les meilleures décisions possibles avec les connaissances du moment.

VIDEO II : Risques et Incertitude ?

Les individus arrivent-ils à appréhender les risques qu’ils prennent ?

Prendre un risque pour un individu, cela peut vouloir dire des choses très différentes. Il y a le risque bien balisé, le risque que l’on connaît : l’archétype c’est de jouer à pile ou face, ou jouer au loto. On connaît les résultats possibles, on connaît les probabilités avec lesquelles ces résultats arrivent. C’est une catégorie de risque qui est, finalement, assez peu fréquente dans la vie de tous les jours.

On a, après, une catégorie beaucoup plus large que l’on appelle en général « incertitude » plus que le risque, même si dans le langage courant le risque recouvre toute ces formes différentes. Avec l’incertitude, on commence à ne plus trop savoir quand les choses arrivent. On sait ce qui peut se passer mais on n’a pas une idée très précise des probabilités avec lesquels ces évènements peuvent arriver. Et là, on voit que les gens se comportent de manière assez différente par rapport à un environnement de risques très simples.

Et puis, il y a ce que l’on appelle parfois l’incertitude radicale, où l’on ne sait même plus ce qui va arriver. On n’a qu’une idée très vague des conséquences d’un certain comportement. On peut penser à des incertitudes scientifiques fortes, où tout est possible à un certain moment. Et là il y a encore un autre type de fonctionnement des individus face à ces incertitudes dites radicales.

Comment l’incertitude est-elle particulière ?

Dans l’incertain, les gens ont aussi un comportement très varié. Là, la chose vraiment cruciale est essayer de déterminer quelles ont les probabilités, on va dire de « survenance », de certains évènements, et c’est cela qui gouverne beaucoup l’attitude des gens vis-à-vis des décisions risquées qu’ils ont à prendre. Ils ont à la fois des attitudes plus ou moins prudentes, et en même temps une attitude qui est basée sur ce qu’ils pensent qui va arriver. Et là, on est sur des domaines où il n’y a pas de vérités absolues. Quelle est la probabilité que François Hollande soit réélu en 2017 ? Définir une probabilité à l’heure actuelle là-dessus, cela a du sens d’un point vu conceptuel, mais on ne pourra jamais vérifier que c’est la bonne probabilité, et donc différentes personnes vont avoir différentes évaluations de cette probabilité et auront des attitudes différentes, vis-à-vis d’un pari par exemple, sur « Est-ce-que François Hollande sera réélu en 2017 ? »

Qu’est ce qui détermine le comportement des individus face au risque ?

Le comportement des gens ’est évidemment quelque chose de très complexe. En économie, on a tendance à adopter une approche un peu réductrice des comportements pour essayer de les expliquer par quelques paramètres. Ce que l’on a pu observer, c’est qu’effectivement le contexte dans lequel la décision est prise, mais surtout l’expérience passée des gens dans certains domaines sont très importants pour expliquer leurs comportements à l’avenir. Il y a aussi beaucoup d’études qui montrent que les femmes prennent moins de risques que les hommes, que les personnes âgées prennent moins de risques que les plus jeunes, que les personnes plus riches prennent plus de risques que les personnes moins riches, etc. Donc il y a un certain nombre d’éléments comme ceux-là qui sont relativement robustes dans des études d’un certain nombre de pays, sur les caractéristiques démographiques, la plus ou moins grande appétence de la prise du risque des individus. Il y a encore beaucoup d’études à faire, mais il est vrai que certain faits stylisés comme ceux-là ressortent assez fortement dans ce domaine. L’expérience passée est beaucoup plus difficile à appréhender car il faudrait connaître l’historique des personnes que l’on interviewe pour pouvoir déduire quelque chose. Mais l’on observe par exemple très bien que des personnes qui ont eu des sinistres liés à des inondations ont tendance à plus s’assurer juste après l’inondation, avec d’ailleurs un comportement parfois un peu irrationnel du fait que cette assurance baisse au fil des ans.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.