La concurrence favorise-t-elle le consommateur ?

par Stéphane Gauthier

Contact : stephane.gauthier@univ-paris1.fr
Site personnel

__________________________________________________

Pour en savoir plus :
La concurrence fragilise-t-elle le marché ?

Image2

Lire l’interview
_________________________

La concurrence, sous l’effet de la main invisible, devrait bénéficier à tous ! Et en particulier aux consommateurs, parce qu’elle pousse les prix d’équilibre à la baisse. Mais en est-il vraiment ainsi ? La concurrence préserve-t-elle réellement notre pouvoir d’achat ? Pas si sûr …
L’équilibre est en effet une situation très particulière sur le marché : l’offre y est égale à la demande, et surtout chaque entreprise anticipe correctement ce que vont faire ses concurrents. En s’appuyant sur des exemples concrets de problèmes posés sur le marché de la téléphonie mobile ou dans le secteur aérien, Stéphane Gauthier nous montre qu’une fusion, voire un monopole, pourrait conduire à des prix plus bas qu’ils ne le seraient avec une concurrence plus forte. Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui la concurrence prive les entreprises des clés pour comprendre et prévoir le comportement de leurs concurrents ; elle compromet l’efficacité des décisions qu’elle prend et conduit à un environnement plus versatile. Devrait-on pour autant rejeter toute forme de libéralisation ?
Non ! nous dit-il. Stéphane Gauthier discute les forces et les faiblesses de la concurrence en s’appuyant sur recherches récentes qu’il mène en collaboration avec Gabriel Desgranges.

Stéphane Gauthier est Professeur d’économie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre associé de PSE – Ecole d’Economie de Paris. Après être passé par l’université Paris 1 durant sa thèse, il revient aux sources en septembre 2011 au CES en tant que chercheur spécialisé en économie publique. Il étudie notamment l’interaction de l’impôt indirect avec d’autres instruments fiscaux que la puissance publique peut mobiliser, l’impôt sur le revenu par exemple. Aujourd’hui, ses recherches s’orientent sur la rationalité des anticipations que forment les entreprises face à une concurrence accrue.

L’étude sur le sujet :
Rationalizability and Efficiency in an Asymmetric Cournot Oligopoly,
Document de travail du CES
Gabriel Desgranges and Stephane Gauthier, March 26, 2014

 

Pour aller plus loin, Revue de presse

Illustration de l’exemple évoqué : la fusion de Delta Air Lines et de Northwest

– « Delta Air Lines, le miraculé du ciel américain« , Les Echos, 09/03/2014

 « Delta et Northwest fusionnent pour former la première compagnie aérienne américaine« , Le Monde, 15/04/2008

– « Fusion American Airlines-US Airways : faut-il soutenir le marché ou l’entreprise ?« , Le Monde, 14.08.2013

– « Les États-Unis bloquent la fusion entre American Airlines et US Airways« , le Figaro, le 13/08/2013

 

Bibliographie :

–  Gabriel Desgranges et Stéphane Gauthier, « Asymmetric information and rationalizability« , Economy Theory, November 2013, Volume 54, Issue 3, pp 789-804.

–  Hector Calvo-Pardo, « Are the antiglobalists right? Gains-from-trade without a Walrasian auctioneer« , Economy Theory, 2009, n°38, p.561–592. (lire la version Document de travail)

–  Roger Guesnerie, « Défaillances de coordination volatilité des marchés« , Working Paper PSE N° 2010 – 46


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *