Inégalités de genre. Hommes et femmes au travail et dans la famille

par Catherine Sofer

Contact : catherine.sofer@univ-paris1.fr
Page personnelle

Pour aller plus loin

Peut-on agir contre les inégalités de genre ? Vers une réduction des inégalités de genre ? Les inégalités de genre ailleurs dans le monde

Catherine_Sofer_T2         Catherine_Sofer_T1          Catherine_Sofer_T3

 Lire l’interview
________________________

Malgré la polémique autour du terme « genre », l’étude du genre relève bien d’une approche scientifique. Qu’il s’agisse par exemple des inégalités de salaires, de l’accès à la promotion ou de la répartition inégale du travail domestique dans la famille, il s’agit de faits sociaux qui posent de nombreuses questions dans le champ des sciences sociales. L’économie du genre vise en particulier à mesurer et à identifier les principales causes des inégalités entre les hommes et les femmes, à la fois sur le marché du travail et dans la famille, grâce au recours à la modélisation économique et à des analyses empiriques rigoureuses.

Catherine Sofer est professeure émérite d’économie à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et professeure associée de l’École d’Économie de Paris. Membre du Conseil scientifique de l’Institut du Genre du CNRS, elle a été l’une des toutes premières économistes à travailler en France dans le domaine de l’économie du genre. Ses travaux portent notamment sur les discriminations de salaire et sur les inégalités dans la famille. À partir de modèles, de bases de données empiriques et d’expérimentation, elle s’est attachée à l’analyse de la division du travail entre les genres. Ses derniers travaux portent sur la modélisation économique et la mesure des stéréotypes de genre.

Quelques travaux sur ce sujet :

. « Sharing of Resources within the Family and the Economics of Household Decision-making« , avec S. Himmelweit, A. Sevilla-Sanz, C. Santos (2013), Journal of Marriage and the Family, vol. 75, n°3, p. 625-639. [Consulter l’article]
. « Women’s relative position and the division of household work: A study of French couples« , avec S. Rizavi (2009), European Journal of Economic and Social Systems, vol 22, n°2, p. 13-26. [Lire une version préliminaire de l’article]

. « Économie de la famille« , dans Dictionnaire de l’économie (2007), éd. Universalis et Albin Michel, p. 542-551.
. « Les choix relatifs au travail dans la famille : modélisations économiques des décisions du ménage et applications » (2005), Travail et Emploi, n° 102, p. 79-89. [Consulter l’article]
. « La croissance de l’activité féminine » (2005), dans Femmes, genre et sociétés : l’état des savoirs, La Découverte, p. 218-226.
. « Femmes, féminisme et théories économiques : la révolution discrète » (2003) dans Le travail du genre. Les sciences sociales du travail à l’épreuve des différences de sexe, sous la dir. de J. Laufer, C. Marry et M. Maruani, La Découverte-Mage.

En savoir plus :

Family Economics, par M. Browning, P.-A. Chiappori et Y. Weiss (2011), Yoram Weiss Tel Aviv University. [Consulter le document]
. « Gender and cooperative conflicts« , par A. Sen (1990), dans Persistent Inequalities, sous la dir. d’I. Tinker, Oxford University Press.

A Treatise on the Family, par G.S. Becker (1981), Harvard University Press.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *