Qu’est-ce que la Socio-Finance ? – Lire l’interview

Par Jorgen Vitting Andersen

Contact : jorgen-Vitting.Andersen@univ-paris1.fr
Page personnelle

Revenir au billet principal
________________________

Interaction entre comportements individuels et marchés financiers

Comment les interactions entre individus affectent-t-elles les prix sur les marchés ?Prenons un cas spécifique, un financier très connu d’ailleurs. George Soros, dans les années 90, croyait que la livre anglaise était surévaluée. Il avait contracté un grand prêt dans une banque anglaise pour acquérir des livres sterling et il a commencé à vendre les livres en dollars américains. Avec cette conversion, il a fait chuter le prix de la livre. D’autres ont vu la chute de la livre, et se sont dit qu’il fallait peut-être se retirer de ce marché. Alors ils ont fait la même chose. Il y a eu un effet d’entraînement, un effet « boule de neige », et cela a entraîné une chute du marché. Ensuite, quand le marché a « assez » chuté, Soros a converti tous les dollars qu’il avait en livres et il a fait un gain énorme.

Cet exemple est un peu extrême, mais il illustre qu’on peut avoir des champs où la prise de décision des gens peut faire changer les prix des marchés. Et, en changeant les prix des marchés, cela peut influencer la décision des autres. C’est très intéressant, je suis sûr que cela arrive quotidiennement dans les marchés d’une autre échelle, même aujourd’hui où il y a en grande partie des « tradings » qui se font au travers des ordinateurs. Ces programmes des ordinateurs sont écrits par des gens qui ont fait une certaine prise de décision pour acheter ou vendre des actifs.

Comment utilisez-vous des expériences en socio-finance pour comprendre des crises financières ?
Au LEEP, le laboratoire expérimental de l’université Paris 1, on a fait venir des étudiants pour faire du trading sur le marché, pour essayer de comprendre quels sont les facteurs qui conduisent, au niveau collectif, à une prise de risque excessive. On a vu des choses très intéressantes. Même si l’on connaît les profils de risque individuels, qu’est-ce qui va se passer au niveau agrégé du groupe ? L’idée au départ était de regarder ce qui se passe quand on met ensemble des gens avec des profils de risques différents. Lorsqu’on crée des prix avec les décisions de ces gens, peut-on comprendre la formation des prix sur les marchés ?

Qu’est qu’on a appris de cette expérience ?
Une des choses surprenantes est que, dans deux des quatre expériences avec uniquement des femmes, elles créaient des prix qui était excessifs, elles créaient des bulles spéculatives si vous voulez, dans lesquelles les prix s’éloignaient beaucoup du prix fondamental.

Pourquoi avez-vous introduit le critère du Genre dans vos expériences ?
L’idée de prendre des groupes uniquement avec des femmes ou avec des hommes était de faire prendre des décisions à des personnes dont on connaissait bien, à l’avance, les profils de risque. L’idée était d’essayer de comprendre, au niveau agrégé, la formation des prix. Seraient-ils différents selon le niveau du risque, par exemple s’il y avait des groupes de femmes qui étaient extrêmement averses au risque par rapport à d’autres groupes qui étaient plus d’accord de prendre des risques ?
A ma grande surprise, on a vu que deux groupes des femmes créaient des prix excessifs alors qu’un seul groupe d’hommes créait des prix excessifs. Ce n’est pas ce à quoi je m’attendais. Ce qui était encore plus intéressant, c’est la manière dont ce groupe de femmes créait ces bulles spéculatives. Elles le faisaient d’une manière où, individuellement, elles ne prenaient pas beaucoup de risques. Dans 3 des 4 expériences des femmes, elles avaient pris moins de risques que le plus faible preneur de risques dans les groupes des hommes. C’est-à-dire que les femmes ont réussi, d’une manière un plus subtile, à créer des prix collectifs qui étaient excessifs sans elles-mêmes prendre beaucoup de risques. C’était vraiment une chose très surprenante pour moi.

Votre modèle permet d’expliquer cette opposition entre risque individuel et risque agrégé ?
Quand j’ai vu ce qui se passait sur le marché, j’ai pu comprendre, dans mes modèles, qu’en fait le facteur de risques individuels n’est pas la chose la plus importante pour comprendre, au niveau agrégé, ce qui se passe sur la formation des prix. C’est plutôt une question de synchronisation, c’est un autre effet qui peut entraîner les marchés vers des choses un peu extrêmes. Cette expérience montre que, si l’on pose les bonnes questions, on aura des réponses, de temps en temps, un petit peu surprenantes…


Une réflexion au sujet de « Qu’est-ce que la Socio-Finance ? – Lire l’interview »

  1. Ping : Qu’est-ce que la Socio-Finance ? | SorbonnEco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *